Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La crise migratoire devient « la crise de l’accueil des migrants » dans les médias, analyse sémantique janvier/avril 2018

28 juillet 2018

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Dossiers | La crise migratoire devient « la crise de l’accueil des migrants » dans les médias, analyse sémantique janvier/avril 2018

La crise migratoire devient « la crise de l’accueil des migrants » dans les médias, analyse sémantique janvier/avril 2018

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 3 mai 2018

La couverture médiatique de la crise migratoire a été marquée durant les premiers mois de l’année 2018 par de nombreux événements. Les plus marquants sont l’annonce des chiffres d’arrivées d’étrangers en 2017, les manifestations à Mayotte contre l’immigration et l’insécurité, l’explosion du nombre d’arrivées de mineurs étrangers, le débat autour de la Loi asile et immigration et les manifestations à la frontière franco-italienne. Revue de presse.

Pression migratoire

Les Échos nous infor­ment le 16 jan­vi­er que « le nom­bre de titres de séjour accordés par la France a pro­gressé de 13,7 % (en 2017 par rap­port à 2016 NDLR), avec notam­ment la forte hausse des entrées de réfugiés. La France a délivré 262 000 titres de séjour à des étrangers ». Le Figaro fait égale­ment état le 19 avril de l’arrivée de 79 500 clan­des­tins en France en 2017, « trois fois plus en trois ans » et le 4 avril de 121 000 deman­des d’asile déposées en 2017.

Cette pres­sion se traduit notam­ment par l’augmentation con­stante des clan­des­tins qui se regroupent au nord de Paris, avant une énième « mise à l’abri » : le 1er mars, ils sont selon Le Parisien « 300 migrants (qui) grelot­tent sous le périphérique ». Le 2 avril, ils sont selon Le Monde «  près de 2 000 migrants qui atten­dent de pou­voir dépos­er une demande d’asile dans le nord-est de Paris ». « On revien­dra tou­jours, soyez-en sûrs » dit l’un deux au jour­nal­iste. Le 27 avril Le Parisien nous informe que Paris devient « le nou­veau Calais ». « Ils sont 3 000 » dans le nord de la cap­i­tale. « Chaque semaine, 550 dérac­inés afflu­ent dans la cap­i­tale ». Le quo­ti­di­en rap­pelle les 30 opéra­tions d’évacuation des campe­ments organ­isées depuis juin 2015 et éval­ue à 150 mil­lions d’euros le coût annuel de la prise en charge des migrants en Ile de France. Le jour­nal fait état du désar­roi des riverains du camp de migrants qui « se sen­tent « aban­don­nés », « depuis que le camp de migrants s’est instal­lé, il y a des déchets partout ! ».

Con­cer­nant l’immigration clan­des­tine entretenue par des réseaux et les passeurs rémunérés ou bénév­oles, Le Figaro relate le 29 jan­vi­er qu’en 2017, « les ser­vices répres­sifs ont franchi pour la pre­mière fois la barre sym­bol­ique des 300 fil­ières d’immigration déman­telées en un an sur le sol français. (…) Un spec­tac­u­laire bond de 67 % en six ans ».

Le 14 mars France Info nous informe que « cinq nou­veaux cen­tres d’ac­cueil vont ouvrir en région parisi­enne. Le cen­tre de la porte de la Chapelle, bap­tisé la “bulle” instal­lée pour accueil­lir les migrants et réfugiés va être démon­té. Il sera rem­placé par cinq cen­tres d’une capac­ité totale de 750 places (con­tre 450 porte de la Chapelle), répar­tis dans cinq départe­ments ».

Le 9 avril, selon Le Dauphiné libéré « la gare SNCF de Bri­ançon ( a été ) trans­for­mée en dor­toir pour les migrants ». Une réal­ité con­fir­mée le 21 avril par Europe 1 : « Depuis un an, les Hautes-Alpes con­nais­sent un afflux expo­nen­tiel de migrants, essen­tielle­ment d’Afrique de l’Ouest. Selon la pré­fec­ture, 315 per­son­nes en sit­u­a­tion irrégulière ont été refoulées vers l’Italie en 2016 et 1 900 en 2017 ».

Calais

La sit­u­a­tion est tou­jours ten­due à Calais. Par­mi les faits divers, Le Monde relate le 2 févri­er « une explo­sion de vio­lence. Une rixe entre migrants afghans et africains a fait une ving­taine de blessés ». « Depuis la vis­ite, le 16 jan­vi­er, du chef de l’État, la sit­u­a­tion se détéri­ore un peu plus chaque jour ». Le 2 févri­er, Le Figaro nous informe qu’à Dunkerque, « des migrants s’en pren­nent à la police ».

Le 18 avril La Voix du Nord fait état d’un CRS blessé dans une alter­ca­tion avec des migrants.

Mayotte

Les man­i­fes­ta­tions con­tre l’immigration clan­des­tine et la délin­quance à May­otte font l’objet de plusieurs reportages :

Le 1er mars Le Figaro estime que « May­otte suf­foque. Un député affirme : « Les Maho­rais n’ont plus accès comme avant à la pré­fec­ture, aux écoles, aux hôpi­taux », tant le sys­tème est sat­uré par l’immigration illé­gale ». L’élu con­fie égale­ment : « Ceux de nos conci­toyens qui béné­fi­cient de la sécu­rité sociale sont même invités à aller se faire soign­er à la Réu­nion ou en métro­pole ! ».

Le 4 mars, lors du jour­nal de TF1, des habi­tants pointent les habi­tants des Comores. Une habi­tante témoigne : « on est fatigué de ceux qui vien­nent à May­otte pour vol­er ». Tou­jours sur TF1 le 12 mars, un reportage sur « la pre­mière mater­nité de France » à May­otte. « 70% des femmes qui accouchent sont clan­des­tines. Une Aide-Soignante recon­naît que c’est le droit du sol qui les attire : «Même si le père et la mère n’ont pas de papiers français, comme l’enfant est né à May­otte, un jour il sera Français». Le 17 mars, selon RT actu, « un groupe de citoyens annonce patrouiller dans les vil­lages du nord de May­otte pour arrêter les clan­des­tins, venus prin­ci­pale­ment des Comores et d’Afrique et les remet­tre aux gen­darmes – qui «col­la­bor­eraient». « La min­istre des Out­re-mer con­damne ».

Mineurs non accompagnés

Comme relaté dans un précé­dent arti­cle de l’OJIM, les médias font écho de l‘inquiétude de Prési­dents de Con­seils départe­men­taux qui doivent pren­dre en charge les mineurs étrangers isolés.

Le 7 févri­er, le site Fdes­ouche repro­duit une let­tre du prési­dent du Con­seil départe­men­tal d’Indre-et-Loire adressée au Pre­mier Min­istre. L’élu indique que « le bud­get départe­men­tal pour les mineurs « est passé de 3,8 M€ en 2016 à 11,9 M€, mon­tant équiv­a­lent à l’aide à l’investissement con­sacrée aux com­munes et aux inter­com­mu­nal­ités ».

Le Figaro fait le même con­stat le 15 févri­er au niveau nation­al : « Le nom­bre de mineurs étrangers explose. Le coût annuel de leur accueil atteindrait 1,5 mil­liard dans six mois, alors qu’il était éval­ué à 1 mil­liard en sep­tem­bre dernier ». « Si un migrant se voit refuser un accès aux Aide Sociale à l’Enfance dans une col­lec­tiv­ité, il peut tou­jours ten­ter sa chance dans une autre ».

Cer­tains mineurs étrangers sont vio­lents. Ain­si à Brest, Ouest-France relate qu’« une bande de mineurs étrangers, isolés, s’adonne à des vols, des vio­lences et à un traf­ic de stupé­fi­ants dans le cen­tre-ville. Policiers et élus s’avouent impuis­sants face à ce phénomène. Mais ces inter­pel­la­tions mul­ti­ples n’ont aucun effet sur les jeunes ». « Il s’ag­it de mineurs étrangers, isolés. Ils ne sont pas en sit­u­a­tion irrégulière car, quand on est mineur, on n’a pas besoin de papiers. Ils ne sont donc pas expulsables ».

Le phénomène est con­staté à Paris où selon Le Parisien le 28 mars, des « dizaines de mineurs maro­cains (sont) en errance dans les rues de la Goutte-d’Or depuis plus d’un an ». « Une péti­tion de riverains fait état d’une «  nette dégra­da­tion, mar­quée par l’apparition de prob­lèmes bien plus graves : vio­lence, cam­bri­o­lages, pros­ti­tu­tion et aug­men­ta­tion du traf­ic de drogue ».

Une délin­quance con­statée égale­ment à Ver­sailles dans Le Parisien du 21 mars.

Le 4 avril Mét­ro­pol­i­tain fait état d’une « filière déman­telée à Mont­pel­li­er : les mineurs isolés étaient adultes ». « Ces inves­ti­ga­tions ont été déclenchées après 17 plaintes déposées par le con­seil départe­men­tal de l’Hérault pour un préju­dice estimé à 900 000 euros, puisque les mineurs isolés qui étaient majeurs ont prof­ité des aides finan­cières et matérielles du Départe­ment». La prise en charge totale d’un mineur non accom­pa­g­né étranger coûte 284 euros par jour ».

Le 27 avril France Bleu relate une « révolte dans un foy­er pour mineurs étrangers à Nantes ». « Plusieurs pen­sion­naires se sont mis à cass­er des vit­res, des meubles et des ordi­na­teurs. La police a du inter­venir ». « Pourquoi ? Parce que plutôt que de leur don­ner de l’ar­gent, le départe­ment de Loire-Atlan­tique a décidé de leur fournir directe­ment des repas ».

Loi asile

L’OJIM a con­sacré deux arti­cles au traite­ment médi­a­tique du débat sur la loi Asile. Alors que le quo­ti­di­en Le Parisien par­le le 27 avril d’une loi « qui prévoit un dur­cisse­ment con­sid­érable des con­di­tions d’accueil en France » et que la fronde de quelques députés En Marche sem­ble être le prin­ci­pal enjeu pour beau­coup de jour­nal­istes, d’autres points de vue se font enten­dre dans les médias.

Le 17 févri­er, sur le site Atlanti­co, Eric Ver­aeghe évoque « la gauche Castafiore » qui donne de la voix. « Leur objec­tif est de trans­former des prob­lèmes poli­tiques en prob­lèmes affec­tifs, ou de cul­pa­bil­ité morale. Gus­tave Le Bon, notam­ment dans sa Psy­cholo­gie des Foules, avait très bien décrit ce mécan­isme, qui vise à détourn­er les indi­vidus de la ratio­nal­ité pour les manip­uler par des bons sen­ti­ments. On peut observ­er cette ten­dance générale à la gou­ver­nance par l’é­mo­tion dans le débat pub­lic français aujour­d’hui ».

Dans Valeurs actuelles du 19 avril, la jour­nal­iste Char­lotte d’Ornellas résume « la fausse fer­meté prési­den­tielle » en matière d’immigration. Elle égrène une longue liste « des dis­po­si­tions pris­es en faveur des clan­des­tins ».

Actions judiciaires

Les médias nous infor­ment régulière­ment des actions judi­ci­aires engagées par les asso­ci­a­tions d’aide aux migrants. Après la con­tes­ta­tion de la cir­cu­laire Col­lomb, du mon­tant de l’allocation d’attente, etc., France 3 nous informe le 24 jan­vi­er que « la sup­pres­sion des aides (au Passe Nav­i­go) pour les étrangers en sit­u­a­tion irrégulière (décidée par la Prési­dente du con­seil régionale est) annulée » par le tri­bunal admin­is­tratif de Paris. « Les béné­fi­ci­aires de l’aide médi­cale d’E­tat, devraient pou­voir de nou­veau béné­fici­er d’une réduc­tion de 75 % sur le prix du pass Nav­i­go ».

Le 25 févri­er selon Le Figaro, « des asso­ci­a­tions human­i­taires pour­suiv­aient l’État pour avoir refoulé, de façon expédi­tive et illé­gale, selon eux, 20 jeunes Africains venus d’Italie qui se dis­aient mineurs. Ces migrants soudanais, maliens, éry­thréens, guinéens ou égyp­tiens ». Ils ont obtenu gain de cause. Les asso­ci­a­tions « ont observé le tra­vail polici­er, cher­ché la faille et trou­vé par­mi les refoulés de jeunes étrangers sus­cep­ti­bles de for­mer, par leur entrem­ise, un recours pour excès de pou­voir. Le juge admin­is­tratif les a suiv­is. Il a estimé que « lorsqu’il n’est pas pos­si­ble de déter­min­er si l’étranger est majeur, le doute prof­ite à l’intéressé et le mineur pré­sumé non accom­pa­g­né d’un représen­tant légal ne peut être rap­a­trié avant l’expiration du délai d’un jour franc ».

Violence et délinquance en Europe

Le 17 févri­er, L’Obs con­sacre un arti­cle à « Casel Volturno, petite ville fan­tôme d’I­tal­ie, tombée aux mains des gangs nigéri­ans ». Sput­nik News relate qu’à Flo­rence, le 6 mars : « indignés par le meurtre d’un marc­hand ambu­lant séné­galais, des migrants africains ont man­i­festé, lun­di soir, dans le cen­tre de la ville ital­i­enne de Flo­rence, en com­met­tant des actes de van­dal­isme et en se livrant à d’autres excès ».

A Madrid, la mort inex­pliqué d’un séné­galais le 16 mars provoque selon RFI une « vio­lente bataille de rue qui s’en est suiv­ie avec les policiers, d’une vio­lence très inhab­ituelle à Madrid ». Selon Focus.De, à Donauwörth, en Alle­magne, « des dizaines de migrants provo­quent une émeute pour empêch­er les policiers d’expulser un clan­des­tin gam­bi­en, 30 arresta­tions ».

L’histoire et les faits revisités

On ne compte plus les man­i­fes­ta­tions et actions en faveur des migrants relayées dans les médias, même si leur sou­tien dans l’opinion reste à établir : de la fille de Jacques Chirac qui selon Le Point offre à des migrants les cos­tumes de son père aux forums de l’emploi réservés aux migrants.

Sans par­ler de l’abondante pro­duc­tion édi­to­ri­ale sur le sujet. Cela n’empêche pas 63% des français de penser qu’il y a trop d’immigrés en France selon un sondage BVA présen­té le 7 févri­er par Chal­lenges.

Alors que « l’histoire mon­di­ale de France » revis­itée façon « vil­lage glob­al » par P. Boucheron est large­ment encen­sée dans les médias, une enseignante, Bar­bara Lefèb­vre, fustige le 20 jan­vi­er sur C8 (Salut les ter­riens) l’enseignement d’une his­toire de la con­tri­tion et de la con­cur­rence mémorielle : « On a réin­tro­duit la préhis­toire, pour nous expli­quer l’Histoire sous l’angle des migra­tions ».

Pen­dant ce temps, La Provence nous informe que « SOS Méditer­ranée sen­si­bilise le milieu sco­laire aux flux migra­toires ». « Ouvrir les élèves vers une réflex­ion sur l’ex­il, vers ce choix de départ de son pays pour trou­ver un lieu de vie pos­si­ble. Cette action péd­a­gogique a démar­ré en région Paca mais implique désor­mais une quar­an­taine de bénév­oles à tra­vers la France et compte bien s’é­ten­dre à l’ensem­ble du ter­ri­toire nation­al à très court terme ».

Dans ces con­di­tions, on est à peine éton­né d’apprendre le 4 avril par BFMTV que « le par­quet de Paris a req­uis 5 000 euros d’a­mende avec sur­sis con­tre Nico­las Dupont-Aig­nan pour avoir évo­qué une “inva­sion migra­toire” dans un tweet en 2017 ».

Un réquisi­toire qui sem­ble don­ner rai­son à Dou­glas Mur­ray dont le livre, « L’étrange sui­cide de l’Europe », récem­ment pub­lié en France a été chroniqué notam­ment par Le Figaro : « Qu’on acqui­esce publique­ment au sujet de l’immigration à l’opinion majori­taire, et là on risque sa répu­ta­tion, sa car­rière et son emploi ».

Opposition

Comme relaté dans un arti­cle récent de l’OJIM, plusieurs man­i­fes­ta­tions con­tre l’immigration et l’insécurité ont été organ­isées ces derniers mois en Alle­magne, avec une cou­ver­ture médi­a­tique très faible. En France, l’opposition et le mécon­tente­ment au sujet de la poli­tique migra­toire se sont man­i­festés à plusieurs repris­es :

Le Parisien fait état le 19 jan­vi­er qu’à « Ville­momble : le maire ne veut pas des migrants ». « Une cen­taine de per­son­nes évac­uées tôt ven­dre­di matin d’un campe­ment à Saint-Denis ont été con­duites vers un gym­nase de Ville­momble. C’est à l’Etat d’agir, tonne (le maire). Il doit con­stru­ire des struc­tures pérennes, et arrêter de venir per­turber les activ­ités com­mu­nales. »

Le 22 jan­vi­er, à Lan­gourla (22), « l’opposition con­tre les migrants grandit » selon Breizh Info. À tel point que le 9 févri­er, « le con­seil munic­i­pal vote l’abandon du pro­jet d’accueil de migrants ».

Nous apprenons le 28 mars par Actu.fr que « l’accueil des mineurs isolés étrangers vient d’être con­testé devant la jus­tice par Alain de Peretti, citoyen de Gironde, opposé à la venue de ces migrants dans la com­mune de St-Macaire, dont il est voisin ».

Le 21 mars France 3 régions informe que le maire (DVD) de Cas­tres, Pas­cal Bugis, « refuse que les Français payent pour les migrants ». Ce qui vau­dra une polémique médi­a­tique analysée par l’OJIM.

À Blacé (69), le 9 mars Le Pro­grès relate qu’« une rési­dence prévue pour les per­son­nes âgées va peut-être accueil­lir des migrants mineurs. Un col­lec­tif d’habitants dénonce cette éven­tu­al­ité ».

Glob­ale­ment, dans la péri­ode, les médias auront lour­de­ment insisté sur l’aspect « répres­sif » de la loi asile immi­gra­tion, sans faire le lien avec une sit­u­a­tion qui appa­rait de plus en plus hors de con­trôle à May­otte, Calais, au nord de Paris comme ailleurs. Le peu­ple sem­ble tou­jours être l’« angle mort » des médias sur le sujet.

Alors que, comme nous le soulignions en 2017, les médias ont large­ment relayé la con­tes­ta­tion de la dis­tinc­tion réfugié politique/migrant économique, ce début d’année est mar­qué par de nou­veaux élé­ments de lan­gage. L’arrivée mas­sive de migrants serait nor­male et ce qui serait anor­mal serait l’inadaptation des capac­ités d’accueil. La for­mule, « il n’y a pas de crise des migrants mais une crise de l’accueil des migrants » est répétée en boucle dans les tri­bunes offertes aux jour­nal­istes, asso­ci­a­tions et per­son­nal­ités pro-immi­gra­tion: France Inter, L’Obs, France Info, Nice Matin, L’Opinion, Le Monde, Sud Ouest, La Croix, Libéra­tion, etc… Par­fait exem­ple de ce que le soci­o­logue Howard S. Beck­er dévelop­pait en 1963, dans le livre « Out­siders », des « entre­pre­neurs de morale ». Pour par­venir à leurs fins, les entre­pre­neurs de morale mènent une « croisade morale », des­tinée à gag­n­er l’opinion publique. Dans le cas présent, cette « croisade » large­ment médi­atisée prend la forme d’éléments de lan­gage répétés ad nau­se­am, afin de faire retourn­er une opin­ion publique, qui, mal­gré tout, reste réti­cente face à ces injonc­tions.

Crédit pho­to : Squat­te Le Monde via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).