Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : Calais, le peuple en angle mort [rediffusion]

7 août 2015

Temps de lecture : 11 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : Calais, le peuple en angle mort [rediffusion]

Dossier : Calais, le peuple en angle mort [rediffusion]

Ini­tiale­ment pub­lié le 19/11/2014

Pour les médias dominants, la situation dramatique dans laquelle se trouve la ville de Calais présente un acteur incompréhensible : le peuple de Calais.

En 1973, Jean Ras­pail décrivait dans son roman Le Camp des saints, parabole prophé­tique rééditée en 2012 par Robert Laf­font pour cause d’actualité prég­nante, les côtes français­es assail­lies par un mil­lion de migrants échoués sur ses plages, et évo­quait les cas de con­science trag­iques qu’une telle sit­u­a­tion impli­quait. L’état de la ville de Calais depuis quelques mois sem­ble une illus­tra­tion cru­elle­ment réelle de l’anticipation qu’avait réal­isée le romanci­er. Il n’y a qu’un seul point, cepen­dant, sur lequel Jean Ras­pail se trompait dans sa pré­dic­tion du désas­tre : si le gou­verne­ment et les médias regret­tent que la sit­u­a­tion s’embourbe, ils n’expriment pour­tant aucun cas de con­science. Tout juste avouent-ils un malaise. Car le con­flit cornélien que le romanci­er expo­sait tenait au choc de deux exi­gences : la pre­mière impli­quait, selon le pacte fon­da­men­tal noué dès l’origine entre les citoyens et l’État, la pro­tec­tion de ces derniers con­tre toute men­ace extérieure. La sec­onde rel­e­vait de l’impératif moral, chré­tien ou sim­ple­ment human­iste, de sol­lic­i­tude envers les mal­heureux et les exilés. En somme, il y avait autant de raisons morales de tir­er sur les envahisseurs pour défendre le pays et sa pop­u­la­tion, que de sec­ourir les migrants. Mais le pre­mier terme de cette con­tra­dic­tion ter­ri­ble a été com­plète­ment évac­ué de la con­science des élites médi­a­tiques et poli­tiques con­tem­po­raines. Si bien que le seul prob­lème qui demeure revient à savoir gér­er des flux migra­toires présen­tées au mieux comme « une chance pour la France », au pire comme inélucta­bles. Les citoyens qui y sont con­fron­tés ne sont plus les pre­miers acteurs légitimes du débat, mais les fig­u­rants d’un événe­ment sup­posé fatal. La souf­france du peu­ple n’est plus le souci car­di­nal, mais le dom­mage col­latéral d’un proces­sus de mon­di­al­i­sa­tion économique pro­mu par l’idéologie qu’appliquent les gou­verne­ments et que matraque­nt les médias aux ordres. Cette révolte des élites con­tre les pop­u­la­tions qui amène les pre­mières à trahir l’intérêt des sec­on­des, théorisée par Christo­pher Lasch et démon­trée au sein du best-sell­er d’Éric Zem­mour, Le Sui­cide français, se trou­ve illus­trée à Calais de manière exem­plaire. Si bien que les médias, lorsqu’ils se penchent sur cette sit­u­a­tion calaisi­enne invraisem­blable, don­nent l’étrange impres­sion de ne plus savoir quoi faire du peu­ple. C’est lui, et non l’étranger, qui est devenu incom­préhen­si­ble et dont on inter­roge la légitim­ité. Revenons sur cette remar­quable inver­sion du champ et du con­tre-champ.

Le migrant comme icône

Étrange­ment, dans le dis­cours des médias, l’un des acteurs du drame est par­faite­ment iden­ti­fié, quoi qu’il devrait au con­traire être celui qui soulève le plus de ques­tions, qui implique le plus de nuances et qui exige le plus de recherch­es, de pré­cau­tions, de com­plex­ité d’analyse : le migrant. Qu’il soit orig­i­naire de si loin­tains et si divers pays comme le Soudan, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Syrie ou l’Afghanistan ; qu’il fuit un pays en guerre, un régime réelle­ment dic­ta­to­r­i­al ou seule­ment vécu comme tel ; ou encore qu’il s’abandonne sim­ple­ment à l’illusion de l’El Dora­do bri­tan­nique, et qu’il s’y aban­donne par détresse, pour avoir été manip­ulé, par naïveté, par bêtise ou par un mélange de tout cela ; qu’il s’agisse d’un aven­turi­er doué de toutes ses forces ou d’une femme cher­chant à assur­er un avenir meilleur à son enfant, qu’importe : il est le migrant et, en tant que tel, il entre dans une case prédéfinie de l’idéologie dom­i­nante, sa réal­ité humaine par­ti­c­ulière n’ayant aucune impor­tance. En tant que migrant, il est l’icône de sub­sti­tu­tion d’une gauche ayant jeté le pro­lo dans les poubelles de l’Histoire, lesquelles, comme ce dernier, étant rance et moisi. Il est l’incarnation de la souf­france et de l’injustice du monde qu’il résume et hyper­bolise à l’exclusion de tout autre. En con­séquence de quoi, d’où qu’il vienne et quelles que soient ses moti­va­tions, quel que soit son com­porte­ment, il doit sus­citer l’empathie. Quiconque se sous­trait à cet impératif moral, à cette émo­tion oblig­a­toire, et même s’il le fait seule­ment pour ten­ter de réfléchir raisonnable­ment aux cir­con­stances, est immé­di­ate­ment perçu comme abject.

Orienter l’empathie

Ain­si, le migrant, humain incon­nu mais fig­ure rhé­torique achevée, doit être le vecteur absolu de l’empathie. Il s’agit là d’un impératif pré­con­stru­it qui ne souf­fre aucune déro­ga­tion et les médias vont donc sys­té­ma­tique­ment ori­en­ter vers lui l’empathie des foules. Cela fera office d’analyse et de réflex­ion. Dans le reportage de Sept à Huit, sur TF1, dif­fusé en octo­bre dernier sur le sujet, la manœu­vre est on ne peut plus vis­i­ble. En effet, les jour­nal­istes, par­mi tous les pro­tag­o­nistes du prob­lème, vont se focalis­er sur une mère et son enfant éry­thréens. Pour­tant, cette mère et son enfant, sont en eux-mêmes une excep­tion, la plu­part des migrants étant des hommes comme le stip­ule le com­men­taire. Lors des dis­tri­b­u­tions de nour­ri­t­ure, les femmes, si rares, ont l’autorisation de couper la file. Autrement dit, l’histoire de cette femme reste mar­ginale, mais c’est pour­tant cette his­toire qui va être dévelop­pée au détri­ment des autres, pour des raisons évi­dentes de cast­ing. Qui, en effet, aurait le cœur de ne pas s’émouvoir devant une femme seule et son enfant ? Même si le reportage bal­aiera ensuite les dif­férents aspects du prob­lème calaisien, il s’achèvera par une image de cette femme et de son enfant marchant seuls dans la nuit et sur un fond musi­cal pro­pre à inten­si­fi­er encore l’émotion légitime que ces deux êtres sus­ci­tent. Pour­tant, ce n’est pas, a pri­ori, d’une inva­sion de femmes et d’enfants facétieux dont la pop­u­la­tion calaisi­enne souf­fre et qui pro­duit son exas­péra­tion… Alors quelle est l’utilité de cette séquence, hormis ce qu’elle peut avoir d’émouvant, pour com­pren­dre les enjeux aux­quels sont con­fron­tés les Calaisiens ? Si ce n’est, bien sûr, de martel­er de la sorte, par un angle biaisé et par la pente d’une empathie naturelle, l’idée qu’il n’existe dans cette affaire qu’un seul type de vic­time qui devrait être pris en compte par l’opinion : le migrant.

Les bénévoles

Autres pro­tag­o­nistes du drame ser­vant le même objec­tif : les bénév­oles inter­rogés. Val­orisés par les reportages (ils ont un nom, une his­toire, con­traire­ment à la plu­part des autres Calaisiens), ces bénév­oles exem­plaires doivent ori­en­ter l’empathie pour les migrants par mimétisme avec celle qu’eux-mêmes éprou­vent. Dans le reportage de TF1, on nous présente ain­si Michel, un bénév­ole de l’association Salam. Étrange nom, d’ailleurs, pour une asso­ci­a­tion française de défense des migrants, que ce mot « paix » en arabe qui sug­gère curieuse­ment que le migrant viendrait avec l’intention d’en découdre… Michel emmène la femme éry­thréenne et son fils pren­dre une douche dans sa mai­son. Il ne va pas, cepen­dant, jusqu’à les héberg­er. Il con­serve donc un instinct de pro­priété privée, de fron­tière ; mais la fron­tière, si elle ne doit pas s’appliquer pour le pays, doit néan­moins être restau­rée à l’entrée de sa pro­pre mai­son. D’un autre côté, un élu munic­i­pal éti­queté au Front de gauche fait cir­culer une péti­tion per­me­t­tant aux divers com­merçants dont les affaires péri­cli­tent à cause des migrants de pro­test­er. Michel, lui, ne con­naît pas ce genre de soucis et pour cause : il est à la retraite. Comme Brigitte Lips, que nous mon­tre un reportage de France 2, et qui, quant à elle, recharge les porta­bles des exilés. Elle retrou­ve les migrants au por­tail devant le jardin de sa mai­son où elle échange tick­ets et télé­phones rechargés. La fron­tière existe aus­si pour elle, mar­quée par ce por­tail que, vis­i­ble­ment, les migrants ne fran­chissent jamais. Elle se mon­tre out­rée par les réac­tions d’exaspération qu’elle entend dans la ville de toute part. Comme Michel, si elle éprou­ve une empathie immé­di­ate pour les migrants, la réac­tion des Calaisiens lui demeure incom­préhen­si­ble, voire sus­pecte. Seule la souf­france des migrants existe, et seule celle-ci est légitime, comme l’expose égale­ment ce client d’un super­marché inter­rogé dans le reportage de France 2, lais­sant enten­dre que si on com­pare leur sit­u­a­tion au dénue­ment des migrants, les Calaisiens n’ont aucune rai­son de se plain­dre. Certes, mais à ce compte-là, on espère qu’il tien­dra le même dis­cours à ses enfants le jour où ils se fer­ont dépouiller. Encore une fois, de deux exi­gences morales con­flictuelles, celle de la sol­i­dar­ité nationale, de la défense des siens, et celle de l’accueil de l’autre, la sec­onde a sim­ple­ment annulé la pre­mière. Ce qui morale­ment n’est pas plus sat­is­faisant que s’il s’était agi de l’inverse.

Légitimité des migrants

Pour­tant, cette légitim­ité des migrants à ne capter que l’empathie, et à la capter toute, est-elle si absolue qu’on nous le présente ? Elle n’est en tout cas jamais inter­rogée. Tout d’abord, aus­si mal­heureux fussent-ils, lorsqu’ils sont inter­dits de super­marché dans le reportage de France 2 et que les jour­nal­istes « piè­gent » le vig­ile en caméra caché pour qu’il révèle les vrais raisons de ce qui sem­ble dénon­cé comme un intolérable apartheid, le vig­ile expose que les migrants n’auraient pas été refoulés s’ils s’étaient con­tentés de vol­er de la nour­ri­t­ure, mais qu’ils avaient pris l’habitude de s’approprier de la bière, du vin rosé ou du cham­pagne… C’est d’ailleurs parce qu’ils arrivent nom­breux, alcoolisés, qu’ils impor­tunent les clients et déclenchent des bagar­res qu’ils se font égale­ment refouler des bars, après quoi les patrons des étab­lisse­ments sont mal­gré tout con­traints de se jus­ti­fi­er d’une réac­tion qui paraî­trait absol­u­ment naturelle si elle con­cer­nait leurs com­pa­tri­otes. « Avant les Français étaient bons avec nous, explique un migrant éry­thréen au micro de France 2, main­tenant, il y a beau­coup de racistes dehors. » Le com­porte­ment sou­vent déplorable des migrants ain­si que leur nom­bre expo­nen­tiel éclairent pour­tant de manière limpi­de la remar­que intriguée et désolée du jeune Éry­thréen, mais ces évi­dences ne sont pas pris­es en compte. Si le Calaisien accueille, il est bon, s’il se reb­iffe même pour les raisons les plus légitimes : il est raciste. Donc crim­inel. En revanche, le migrant, quoi qu’il fasse, demeure tou­jours l’ « humil­ié. » Dans le reportage de France 2, après qu’un cafeti­er a mon­tré une vidéo de sur­veil­lance où l’on voit un migrant jeter au vis­age de la bar­maid le café qu’elle n’a accep­té de lui servir que dans un verre en car­ton (à emporter), la voix off enchaîne avec cette expres­sion : « Migrants humil­iés con­tre pop­u­la­tion dépassée. » Mais qui vient, sous nos yeux, d’humilier qui ? Sans compter qu’au-delà d’un com­porte­ment aus­si peu respectueux des pop­u­la­tions locales, il peut arriv­er que des jeunes Calaisiens soient car­ré­ment lynchés par des groupes de migrants. Auquel cas, la presse locale, comme Nord Lit­toral, dément — le témoignage avait été rap­porté par radio6. Puis les preuves fournies démon­trent la cen­sure à laque­lle la presse se livre. Aus­si le jour­nal région­al évit­era-t-il de dis­simuler en revanche l’agression sex­uelle sur une jeune Calaisi­enne dont se sont ren­dus respon­s­ables des migrants le 12 novem­bre.

Responsabilité historique

Légitim­ité absolue à sus­citer l’empathie, quelles que soient les cir­con­stances, pour le migrant. Mais au-delà, c’est le fait même de la migra­tion qui est d’emblée présen­té comme une action légitime. Le prési­dent de France Terre d’Asile félicite d’ailleurs les jour­nal­istes de France 24, dans l’émission qui le reçoit, d’avoir per­mis aux migrants de jus­ti­fi­er leur tra­jec­toire : « Dans mon pays on vous tue si vous ne rejoignez pas les Tal­ibans. », affirme le pre­mier. « Dans mon pays il n’y pas de démoc­ra­tie. Je veux vivre comme vous, en société. Je suis aus­si un être humain. », argue le sec­ond. Et per­son­ne, bien sûr, d’analyser le bien fondé de tels argu­ments. Ain­si l’Afghan serait autorisé à fuir les Tal­ibans plutôt que de les com­bat­tre aux côtés de sol­dats français qui sont venus mourir sur sa terre tan­dis que lui trou­verait refuge sur la nôtre. Ain­si l’Africain con­sid­ér­erait que sa qual­ité d’être humain suf­fit à lui don­ner un passe­port européen pour y « vivre en société », et le dis­penserait d’avoir à fonder la sienne, dans son pays. À ce compte-là, un mil­liard de Chi­nois, humains égale­ment, et souf­frant de la dic­tature com­mu­niste, pour­raient légitime­ment venir s’entasser à l’Ouest du con­ti­nent eurasien… On entre là dans le domaine des respon­s­abil­ités his­toriques.

Alors que nous fêtons le cen­te­naire de la pre­mière guerre mon­di­ale, faut-il rap­pel­er que près de deux mil­lions de jeunes français ont péri au cours de ce con­flit pour ne s’être pas (de gré ou de force) défauss­er de leur respon­s­abil­ité his­torique ? Que ces jeunes gens n’ont peut-être pas eu le courage, comme les migrants, de tra­vers­er des con­ti­nents dans des con­di­tions atro­ces, mais ont en revanche mon­tré celui d’affronter les déluges de shrap­nells. Au lieu de défendre ou de chang­er son pays, on change de pays. Voilà une ten­ta­tion tout à fait com­préhen­si­ble et humaine, bien enten­du, qu’il serait odieux de juger avec sévérité lorsqu’on se trou­ve dans la par­tie priv­ilégiée de la planète. Néan­moins, cette fuite devant sa respon­s­abil­ité his­torique ne peut pas non plus se par­er d’une légitim­ité indis­cutable.

Consommateurs post-nationaux

Mais alors que ces migrants vien­nent de pays où leur vie, pour cer­tains, serait men­acée, les voilà, une fois saufs, à Calais, se trans­for­mant en con­som­ma­teurs. Ils man­i­fes­tent con­tre la police pour réclamer des droits alors qu’ils ne sont même pas cen­sés être éli­gi­bles à celui d’être où ils sont. Quand ils ne se plaig­nent pas de n’obtenir qu’un seul repas par jour, comme si celui-là seul leur était dû, ils refusent de manger en rai­son d’un manque d’assaisonnement. Ils se plaig­nent égale­ment des squats insalu­bres où ils s’entassent, comme si l’État français eût été som­mé de béton­ner la côte d’opale afin de les accueil­lir dans des con­di­tions décentes…

Mais le pire reste que des récla­ma­tions aus­si invraisem­blables soient presque toutes relayées par les médias comme si elles étaient recev­ables ! En réal­ité, cette atti­tude sous-tend toute la logique en œuvre. Autant que des exilés mal­heureux, les migrants incar­nent des con­som­ma­teurs post-nationaux. Dans un monde post-nation­al où les notions de « respon­s­abil­ité his­torique » ou de « sol­i­dar­ité nationale » doivent dis­paraître, ne demeurent que des indi­vidus con­som­ma­teurs qui, sur le super­marché des ter­ri­toires exis­tant sur toute la sur­face de la Terre, auraient cha­cun un droit impre­scriptible à choisir celui qui leur con­vient, et sans que l’hérédité des uns con­tre­vi­en­nent à ce nou­veau droit conçu comme sacré. Et c’est bien cette vision du monde que le migrant comme icône est cen­sé divulguer en sai­sis­sant la com­pas­sion du citoyen, d’autant que cette vision est pré­cisé­ment celle des élites post-nationales qui ont elles-mêmes aban­don­né la respon­s­abil­ité his­torique qui était la leur, celle de défendre un peu­ple qui, comme sa nation, est aujourd’hui som­mé de dis­paraître.

Le peuple en angle mort

Si le migrant est absol­u­ment légitime dans sa souf­france comme dans sa migra­tion, la légitim­ité de la souf­france du Calaisien comme celle de son droit à être pro­tégé par l’État en tant que citoyen d’un pays par­ti­c­uli­er lui sont refusés. Comme nous l’avions noté dans notre dossier sur Le Grand Jour­nal, ce peu­ple était sim­ple­ment absent du « scoop » présen­té par Karim Ris­souli le 9 sep­tem­bre. Ce que le jour­nal­iste avait remar­qué d’inquiétant à Calais c’était la présence de… fachos. Face aux­quels se trou­vaient donc de pau­vres migrants à défendre. Quand le délabre­ment très con­cret de la ville de Calais, de son économie, de son état san­i­taire (réin­tro­duc­tion de la galle) et sécu­ri­taire (police débor­dée), quand le cauchemar quo­ti­di­en vécu par les routiers ont fini par oblig­er les médias à pren­dre en compte la souf­france intolérable des Calaisiens, même Le Grand Jour­nal, le 13 octo­bre, s’est mis à évo­quer la chose, avouant par là l’arnaque com­plète de la per­spec­tive qu’avait employée cette même émis­sion un mois plus tôt. Heureuse­ment, la co-réal­isatrice du film de pro­pa­gande sans-papiériste Sam­ba, était là pour remet­tre les pen­d­ules à l’heure. L’idéologie en place, quand ce n’est pas le politi­cien qui la divulgue, c’est le jour­nal­iste, quand ce n’est pas le jour­nal­iste, c’est le cul­tureux « engagé » qu’il inter­roge. La souf­france des Calaisiens était ain­si présen­tée comme illégitime, voire odieuse, par la grande âme. Mais quand il faut tout de même la pren­dre en compte un min­i­mum, elle se résume à « une exas­péra­tion ». Un sen­ti­ment à demi légitime, qui frôle l’absurde colère. Les élé­ments de lan­gage répétés par tous les médias, seront d’opposer des « migrants dés­espérés » à une « pop­u­la­tion exas­pérée ». Un choix de mots tout sauf anodin. Car on pour­rait très bien par­ler de « migrants agres­sifs et invasifs » face à une « pop­u­la­tion dés­espérée ». Ce qui serait en l’occurrence plus en accord avec la réal­ité des faits rap­portés.

Un choix moral rentable

D’un prob­lème moral com­plexe, les médias ont donc fait une chose sim­ple en déni­ant à leurs pro­pres com­pa­tri­otes la légitim­ité que leur con­fère leur citoyen­neté française. Au lieu de pren­dre en compte toutes les don­nées du drame, ils se sont rangés en masse der­rière la seule exi­gence morale d’accueillir les migrants et ont passé à la trappe celle qui leur récla­mait de défendre les Calaisiens. Non seule­ment ce choix moral a l’avantage d’être aisé et d’évacuer la con­tra­dic­tion, mais de sur­croît il sert in fine l’établissement d’un marché mon­di­al post-nation­al sur les ruines des anci­ennes patries dont toutes les élites, aux­quelles ils appar­ti­en­nent, se trou­vent être béné­fi­ci­aires. En plus des béné­fices issus du phénomène, ces élites s’accordent donc une bonne con­science tout en exerçant sur le peu­ple trahi un chan­tage moral com­plète­ment fal­lac­i­eux, afin de lui faire accepter sans révolte sa pro­pre dis­so­lu­tion. Voici donc à par­tir de quelle chaire tombent sur les têtes autant de leçons de ver­tu.


Durant l’été, l’Ojim vous propose de revivre les grands moments de l’actualité de ces derniers mois passés au crible de la critique des médias. Une période marquée par les attentats bien sûr (à Paris en janvier puis en Isère en juin), mais aussi par les élections départementales, l’acquittement des policiers dans l’affaire Zyed et Bouna, le phénomène Zemmour ou « l’affaire Ménard » dans laquelle la plupart des médias ont plongé avec délectation. Afin de contribuer à une meilleure connaissance des médias, l’Ojim continue également à enrichir sa base de données en portraits de journalistes (plus de 150 à ce jour), publiant ce que certains journalistes ne voudraient pas forcément voir publier… N’oubliez pas que l’Ojim est un site entièrement indépendant qui ne vit que grâce à vos dons. Aidez-nous à remplir notre rôle d’Observatoire des médias et à exercer librement notre critique du système médiatique. Tout don nous est utile.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision