Accueil | Actualités | Médias | Castres : comment une polémique sur les migrants est créée et entretenue par les médias locaux
Pub­lié le 6 avril 2018 | Éti­quettes : ,

Castres : comment une polémique sur les migrants est créée et entretenue par les médias locaux

Tout est parti d’un éditorial du maire de Castres (et président de la communauté de communes Castres Mazamet), en mars 2018 dans le journal municipal. Pascal Bugis, premier édile de la commune du Tarn (droite locale) s’y interroge sur le coût de la prise en charge de mineurs étrangers hébergés dans une commune voisine, Lagarrigue, alors que « l'argent public est une denrée rare ».

Le maire y fait état d’une dotation de 160 euros par jour et par mineur versés à l’association organisant la prise en charge, « à l'instar de toutes celles qui encadrent des migrants mineurs sur le territoire français ». Ceci alors que « par le fruit de son travail un salarié rémunéré au SMIC perçoit environ 53 € nets par jour ». Il n’en fallait pas plus pour déclencher une bronca très médiatisée.

Bronca unanime des médias locaux

La Dépêche se range aux arguments des détracteurs du maire : « l'édito du maire serait «mensonger et dangereux ». Le quotidien estime que le maire a bien fait d’utiliser le conditionnel sur le coût de l’hébergement, « le coût serait de 85 euros par jour et par mineur selon le conseil départemental ». Les élus de gauche de l’opposition municipale, le premier secrétaire du PS du Tarn et une élue Les Verts sont interrogés et font part de leur indignation face à ces basses considérations matérielles.

Le Tarn libre titre sobrement sur « Castres, polémique concernant l'éditorial du maire Pascal Bugis sur l'accueil des jeunes migrants ». Mais pour argumenter le débat, le journal donne la parole aux élus de « la gauche rassemblée » et titre un chapitre sur « Des propos irresponsables » (sous-entendu : du maire).

Pour 100% Radio, le sujet est « la polémique après l'éditorial du Maire de Castres ». La radio détaille les différents coûts et le financement de l’accueil des mineurs migrants dans le Tarn. On y apprend que les mineurs reconnus « intègrent le dispositif d’aide sociale à l’enfance, (c’est le cas des mineurs de Lagarrigue) et le coût est ici de 85 euros par jour ».

La vérité des chiffres

De qui le maire et les journaux locaux ainsi que 100% Radio tirent-ils leurs chiffres ? Personne ne le saura précisément, les communiqués des médias ne font mention que du conseil départemental (PS). À défaut de le savoir, on peut toujours se référer à des sources a priori fiables, comme le rapport d’information du Sénat du 28 juin 2017 sur la prise en charge sociale des mineurs non accompagnés. On peut y lire que « l’Assemblée des départements de France, de même que les responsables associatifs, estiment le coût financier annuel moyen d’un jeune admis à l’aide sociale à l’enfance à environ 50 000 euros, à savoir 140 euros par jour ». Des chiffres plus proches de ceux du maire et très éloignés de ceux cités par les médias locaux. Et un rapport superbement ignoré par ces médias.

Alors que le nombre de mineurs étrangers arrivés en France explose et que des filières de faux mineurs sont mises à jour, la bronca médiatique qu’ont suscité les propos du maire de Castres l’amènent à affirmer que si on ne peut plus poser de questions, « on ne peut plus parler de transparence, on ne peut plus parler de liberté, il faut parler d’autre chose ». Une omerta encouragée par les médias mainstream quand il s’agit de relayer un concert de protestations outragées, visant à empêcher tout débat. La Dépêche, Le Tarn libre comme 100% Radio véhiculent bien des fake news sur le sujet. Volontairement ?

Crédit photo : domaine public

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

34% récolté
Nous avons récolté 682€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store