Accueil | Actualités | Médias | Google côté jardin, Ateliers Numériques, publicité, complicité, amours, délices et orgues
Pub­lié le 21 juillet 2018 | Éti­quettes :

Google côté jardin, Ateliers Numériques, publicité, complicité, amours, délices et orgues

Google vous aime, Google vous veut du bien. D’ailleurs si l’entreprise ne paie (pratiquement) pas d’impôts en Europe c’est sûrement pour mieux vous aider. Également en finançant les Décodeurs du quotidien Le Monde, dans des conditions et pour un montant restés secrets. Google qui finance aussi la presse dans des conditions tout aussi opaques via le Fond pour l’innovation numérique dans les médias. Mais Google va plus loin en lançant ses Ateliers Numériques pour Monsieur tout le monde, et justement en fait la publicité dans Le Monde début juillet 2018. Visite guidée.

Ateliers Numériques dans Le Monde, mardi 10 juillet 2018

Publicité Google en pleine page dans Le Monde du jour. Grand titre La Bretagne, phare régional du numérique, les bretons seront contents. La CCI, Chambre de commerce et d’industrie de Rennes, (les CCI sont sans doute vouées à disparaître, leur gestion souvent désastreuse et la diminution de leurs prébendes les condamne à terme, NDR) s’est lancée avec enthousiasme dans l’évangélisation numérique via Google. Un boucher, une crémière témoignent. Prochainement un atelier numérique physique sera ouvert à Rennes où « les professionnels, les étudiants, les chercheurs d’emploi (larme) pourront … trouver des formations pour développer leurs projets professionnels et les familles, enfants et seniors (nouvelle petite larme) des formations aux usages basiques d’internet ».

Mais les médias ne sont pas oubliés

C’est un conte de fées qui nous est proposé, un fils de marin, lui même amateur de voiliers, fait carrière dans la presse à Paris comme journaliste sportif. Licencié il investit ses indemnités dans la création d’une agence numérique. Qui le soutient ? Le concours Google Moteurs de réussites françaises. Cocorico. Le même Google qui avec son compère Facebook assèche la publicité numérique de la presse en en raflant les trois quarts. Vous connaissez la recette du pâté d’alouettes ? Un cheval, une alouette. D’un côté on encourage un peu la création (l’alouette), de l’autre on monopolise les recettes (le cheval).

Le 11 juillet 2018 dans Le Monde, objectif jeunes

Nous citons le chapeau de l’article : « Les jeunes sont nés avec un portable dans les mains. Pourtant, ils sont nettement moins adroits quand il s’agit d’appliquer leur habileté numérique au monde du travail ». Qui va les aider ? Vous avez deviné, c’est tonton Google. Qui se vante d’avoir formé cent mille étudiants en deux ans (90% en ligne) au digital… et en même temps à ses produits.

Et un nouveau conte de fées nous est proposé. Le jeune Guillaume Rolland qui a inventé le réveil sensoriel. Il a réussi car « L’aide de Google lui a été précieuse pour peaufiner son site d’e-commerce et gagner des marchés à l’international ».

C’est le même Google qui censure à tout va sur sa filiale YouTube, le même qui se bat férocement pour échapper à l’impôt, pour protéger à tout prix sa position dominante et est condamné à de fortes amendes dont on peut douter qu’il les paie jamais (voir notre article du même jour ICI). Dr Jekkyl et Mr Hyde en somme. Hyde, just call him Hyde.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This