Accueil | Actualités | Médias | Google côté cour : nouvelle amende de 4 milliards d’euros pour abus de position dominante
Pub­lié le 21 juillet 2018 | Éti­quettes : , ,

Google côté cour : nouvelle amende de 4 milliards d’euros pour abus de position dominante

Google est partout : il monopolise le marché des moteurs de recherche (et revend vos données aux publicistes), il s'occupe de votre messagerie et de votre répertoire de contacts avec Gmail (et peut analyser vos courriels), il s'occupe de votre géolocalisation avec Google Maps que vous utilisez pour vos recherches de déplacement (et les mémorise), il suit votre navigation internet à la trace avec Analytics, il est présent dans la recherche médicale, le véhicule autonome et investit dans l’intelligence artificielle.

Première amende en 2017

L’enquête de l’Union européenne avait commencé en 2010. À ce moment, l’espagnol Joaquin Almunia avait naïvement cherché un terrain d’entente avec Google lui demandant de mettre fin partiellement à un abus de position dominante pour Chrome, son navigateur, et pour Search. La danoise Margrethe Vestager s’est montrée plus pugnace après cinq ans de surplace et a abouti à une première condamnation de 2.4 milliards d’euros en 2017, dont Google a fait appel.

Deuxième amende

Cette fois ci c’est le système d’exploitation Android qui est en cause. Il équipe 85% des téléphones intelligents (Apple en capte 14% avec son i-phone, le reste est sous licence libre). Google ne vend pas Android, celui-ci est gratuit mais sous conditions. Les fabricants de Smartphones doivent intégrer obligatoirement GoogleMaps, gmail, Chrome et Search.

En 2017 les russes ont fait plier Google en l’obligeant à intégrer dans les téléphones vendus avec Android en Russie le moteur de recherche russe Yandex.

En Europe Google paye certains opérateurs de réseaux mobiles pour qu’ils préinstallent Google Play sur leurs appareils. Les données recueillies en particulier sur Google Search renseignent la société sur ce que vous avez recherché via l’application. Ces données sont ensuite revendues à des agences de marketing ou des marques. Ce qui explique que si vous recherchez une location à Saint Jean de Luz vous receviez ensuite d’innombrables propositions sur votre écran. C’est cet abus qui est sanctionné, Google a fait appel et attend les résultats d’une troisième enquête cette fois sur AdSense, la régie publicitaire sûre d’elle même et dominatrice de Google.

Pour les amateurs de discrétion : le moteur de recherches français existe il se nomme Qwant. Et Telegram vous permet de téléphoner, de recevoir et envoyer des messages cryptés de manière simple.

Pour les amateurs de contes de fées, ils trouveront ICI notre article du même jour qui analyse la stratégie de séduction de Google en direction des créateurs d’entreprise, des étudiants, des jeunes avec le soutien publicitaire du Monde.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This