Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google côté cour : nouvelle amende de 4 milliards d’euros pour abus de position dominante

21 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Google côté cour : nouvelle amende de 4 milliards d’euros pour abus de position dominante

Google côté cour : nouvelle amende de 4 milliards d’euros pour abus de position dominante

Google est partout : il monopolise le marché des moteurs de recherche (et revend vos données aux publicistes), il s’occupe de votre messagerie et de votre répertoire de contacts avec Gmail (et peut analyser vos courriels), il s’occupe de votre géolocalisation avec Google Maps que vous utilisez pour vos recherches de déplacement (et les mémorise), il suit votre navigation internet à la trace avec Analytics, il est présent dans la recherche médicale, le véhicule autonome et investit dans l’intelligence artificielle.

Première amende en 2017

L’enquête de l’Union européenne avait com­mencé en 2010. À ce moment, l’espagnol Joaquin Almu­nia avait naïve­ment cher­ché un ter­rain d’entente avec Google lui deman­dant de met­tre fin par­tielle­ment à un abus de posi­tion dom­i­nante pour Chrome, son nav­i­ga­teur, et pour Search. La danoise Mar­grethe Vestager s’est mon­trée plus pugnace après cinq ans de sur­place et a abouti à une pre­mière con­damna­tion de 2.4 mil­liards d’euros en 2017, dont Google a fait appel.

Deuxième amende

Cette fois ci c’est le sys­tème d’exploitation Android qui est en cause. Il équipe 85% des télé­phones intel­li­gents (Apple en capte 14% avec son i‑phone, le reste est sous licence libre). Google ne vend pas Android, celui-ci est gra­tu­it mais sous con­di­tions. Les fab­ri­cants de Smart­phones doivent inté­gr­er oblig­a­toire­ment GoogleMaps, gmail, Chrome et Search.

En 2017 les russ­es ont fait pli­er Google en l’obligeant à inté­gr­er dans les télé­phones ven­dus avec Android en Russie le moteur de recherche russe Yan­dex.

En Europe Google paye cer­tains opéra­teurs de réseaux mobiles pour qu’ils préin­stal­lent Google Play sur leurs appareils. Les don­nées recueil­lies en par­ti­c­uli­er sur Google Search ren­seignent la société sur ce que vous avez recher­ché via l’application. Ces don­nées sont ensuite reven­dues à des agences de mar­ket­ing ou des mar­ques. Ce qui explique que si vous recherchez une loca­tion à Saint Jean de Luz vous rece­viez ensuite d’innombrables propo­si­tions sur votre écran. C’est cet abus qui est sanc­tion­né, Google a fait appel et attend les résul­tats d’une troisième enquête cette fois sur AdSense, la régie pub­lic­i­taire sûre d’elle même et dom­i­na­trice de Google.

Pour les ama­teurs de dis­cré­tion : le moteur de recherch­es français existe il se nomme Qwant. Et Telegram vous per­met de télé­phon­er, de recevoir et envoy­er des mes­sages cryp­tés de manière sim­ple.

Pour les ama­teurs de con­tes de fées, ils trou­veront ICI notre arti­cle du même jour qui analyse la stratégie de séduc­tion de Google en direc­tion des créa­teurs d’entreprise, des étu­di­ants, des jeunes avec le sou­tien pub­lic­i­taire du Monde.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision