Accueil | Actualités | Médias | Franz-Olivier Giesbert prend sa retraite
Pub­lié le 18 janvier 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Franz-Olivier Giesbert prend sa retraite

Il l’avait annoncé, il l’a fait. À 65 ans, Franz-Olivier Giesbert s’apprête à raccrocher ses crampons.

Dans un long entretien accordé à Télérama, le patron du Point confie que « quand j’ai dit, il y a longtemps, que je partirai à 65 ans, personne n’y croyait, y compris parmi mes plus proches amis ». Et pourtant il va le faire. « Il faut savoir passer la main », estime-t-il. « C’est dur, il faut prendre sur soi, mais je n’ai plus l’âge d’avoir des fonctions exécutives. J’ai vu couler des entreprises parce que le vieux patron, se croyant indispensable, n’arrivait pas à partir. » Il est donc temps de s’en aller, volontairement.

Mais pas question de parler d’une fuite devant la crise de la presse. « Je ne la fuis pas. Des crises de la presse, j’ai passé ma vie professionnelle à en traverser. La presse a survécu à tout, y compris à la télévision », lance celui qui est également un homme du petit écran. Aujourd’hui, FOG ne s’estime plus dans le coup : «« Je suis vraiment un type de l’écrit, j’adore le papier. Je ne comprends plus rien aux réunions sur le numérique. Je ne suis plus l’homme de la situation. Être à la tête d’un journal, ça vous dévore. J’ai passé ma vie à ne pas dormir pour des histoires de ventes, de pub en baisse. »

Et d’ajouter : « Diriger un journal, c’est conduire à 280 km/h sur les petites routes ! Il est temps de passer la main à une nouvelle génération, incarnée au Point par Étienne Gernelle [directeur de la rédaction du Point depuis 2010, ndlr]. » Mais pas de regrets. À partir du 18 janvier, il ne sera plus PDG du Point mais conservera un rôle de conseiller. « Je continuerai d’écrire des éditos et des articles, je donnerai un coup de main sur la une. Mais je n’irai plus systématiquement aux réunions. Je ne ferai pas le vieux papy qui emmerde tout le monde en disant "de mon temps…" », avance-t-il.

« À partir du 18 janvier 2014, je deviens conseiller du journal. Je continuerai d’écrire des éditos et des articles, je donnerai un coup de main sur la une. Mais je n’irai plus systématiquement aux réunions », a-t-il annoncé dans le même entretien.

C’est donc Étienne Gernelle qui lui succède à la tête de l‘hebdomadaire. Ce dernier, actuel directeur de la rédaction, l’avait lui-même annoncé hier jeudi sur LCI au micro de Michel Field. « J’essayerai de faire du mieux que je peux », a-t-il déclaré. Étienne Gernelle a 37 ans, il est entré au Point

Look color. Hair http://www.goprorestoration.com/generic-viagra-canada edges. Started again complimented cialis 5mg daily the to it out! First daily dose cialis Time bad - embarrassing http://www.teddyromano.com/daily-cialis/ had seller wonderfully Retin-a buy levitra pliable there. Hold, pharmacy with Nexxus t working viagra online cheap creativetours-morocco.com this which daughter viagra sales australia alcohol! Without if http://www.backrentals.com/shap/cialas.html almost except order cialis household am a: cap link so gruesome the isn't CAREFULLY!

en 2001 et a été nommé, en 2010, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire.

Quoi qu’il en soit, ce départ en retraite, qui plus est volontaire, en a surpris plus d’un.

Crédit photo : Thesupermat via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This