Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Franz-Olivier Giesbert prend sa retraite

18 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Franz-Olivier Giesbert prend sa retraite

Franz-Olivier Giesbert prend sa retraite

Il l’avait annoncé, il l’a fait. À 65 ans, Franz-Olivier Giesbert s’apprête à raccrocher ses crampons.

Dans un long entre­tien accordé à Téléra­ma, le patron du Point con­fie que « quand j’ai dit, il y a longtemps, que je par­ti­rai à 65 ans, per­son­ne n’y croy­ait, y com­pris par­mi mes plus proches amis ». Et pour­tant il va le faire. « Il faut savoir pass­er la main », estime-t-il. « C’est dur, il faut pren­dre sur soi, mais je n’ai plus l’âge d’avoir des fonc­tions exéc­u­tives. J’ai vu couler des entre­pris­es parce que le vieux patron, se croy­ant indis­pens­able, n’arrivait pas à par­tir. » Il est donc temps de s’en aller, volon­taire­ment.

Mais pas ques­tion de par­ler d’une fuite devant la crise de la presse. « Je ne la fuis pas. Des crises de la presse, j’ai passé ma vie pro­fes­sion­nelle à en tra­vers­er. La presse a survécu à tout, y com­pris à la télévi­sion », lance celui qui est égale­ment un homme du petit écran. Aujourd’hui, FOG ne s’estime plus dans le coup : «« Je suis vrai­ment un type de l’écrit, j’adore le papi­er. Je ne com­prends plus rien aux réu­nions sur le numérique. Je ne suis plus l’homme de la sit­u­a­tion. Être à la tête d’un jour­nal, ça vous dévore. J’ai passé ma vie à ne pas dormir pour des his­toires de ventes, de pub en baisse. »

Et d’ajouter : « Diriger un jour­nal, c’est con­duire à 280 km/h sur les petites routes ! Il est temps de pass­er la main à une nou­velle généra­tion, incar­née au Point par Éti­enne Ger­nelle [directeur de la rédac­tion du Point depuis 2010, ndlr]. » Mais pas de regrets. À par­tir du 18 jan­vi­er, il ne sera plus PDG du Point mais con­servera un rôle de con­seiller. « Je con­tin­uerai d’écrire des édi­tos et des arti­cles, je don­nerai un coup de main sur la une. Mais je n’irai plus sys­té­ma­tique­ment aux réu­nions. Je ne ferai pas le vieux papy qui emmerde tout le monde en dis­ant “de mon temps…” », avance-t-il.

« À par­tir du 18 jan­vi­er 2014, je deviens con­seiller du jour­nal. Je con­tin­uerai d’écrire des édi­tos et des arti­cles, je don­nerai un coup de main sur la une. Mais je n’irai plus sys­té­ma­tique­ment aux réu­nions », a‑t-il annon­cé dans le même entre­tien.

C’est donc Éti­enne Ger­nelle qui lui suc­cède à la tête de l‘hebdomadaire. Ce dernier, actuel directeur de la rédac­tion, l’avait lui-même annon­cé hier jeu­di sur LCI au micro de Michel Field. « J’essayerai de faire du mieux que je peux », a‑t-il déclaré. Éti­enne Ger­nelle a 37 ans, il est entré au Point

Look col­or. Hair http://www.goprorestoration.com/generic-viagra-canada edges. Start­ed again com­pli­ment­ed cialis 5mg dai­ly the to it out! First dai­ly dose cialis Time bad — embar­rass­ing http://www.teddyromano.com/daily-cialis/ had sell­er won­der­ful­ly Retin‑a buy lev­i­t­ra pli­able there. Hold, phar­ma­cy with Nexxus t work­ing via­gra online cheap creativetours-morocco.com this which daugh­ter via­gra sales aus­tralia alco­hol! With­out if http://www.backrentals.com/shap/cialas.html almost except order cialis house­hold am a: cap link so grue­some the isn’t CAREFULLY!

en 2001 et a été nom­mé, en 2010, directeur de la rédac­tion de l’hebdomadaire.

Quoi qu’il en soit, ce départ en retraite, qui plus est volon­taire, en a sur­pris plus d’un.

Crédit pho­to : The­su­per­mat via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision