Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Point célèbre ses 50 ans dans la difficulté

11 octobre 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Le Point célèbre ses 50 ans dans la difficulté

Le Point célèbre ses 50 ans dans la difficulté

11 octobre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour boucler la fin de l’année. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €.

La cinquantaine n’a pas bonne presse. Une bonne moitié de la vie derrière soi, souvent des désillusions par rapport à ses rêves de jeunesse, quelques sorties de route familiales ou professionnelles et un peu de vague à l’âme. Le Point qui a publié un numéro exceptionnel pour ses 50 ans n’y échappe pas après le scandale Zemouri et une volée de départs.

Du Nobel à la pelle !

Tu veux du Nobel ? Pour ce numéro anniver­saire, en voilà, dix au comp­teur, pour la plu­part incon­nus du grand pub­lic, de Denis Muk­wege à la sym­pa­thique Irani­enne Shirin Eba­di, en pas­sant par Mer­go Terz­ian, prix Nobel de la Paix 1999 pour Médecins sans fron­tières, l’organisation qui attire et recueille les migrants (cer­tains dis­ent qu’elle organ­ise même le mou­ve­ment), mais aus­si un prix Nobel de Chimie 2011 (Dan Shecht­man), un autre de 2020 (Jen­nifer Doud­na) qui enfi­lent les per­les avec tal­ent : amélior­er la con­di­tion humaine (qui est con­tre ?), la vie est un cadeau très rare (pre­mier prix des pon­cifs 2022). Met­tons à part le grand archi­tecte japon­ais Tadao Ando, c’est à qui enfon­cera le plus de portes ouvertes : la mal­adie, c’est mal ; la guerre, c’est méchant ; si tout le monde avait à manger per­son­ne ne mour­rait de faim.

Voir aus­si : Le Point et la guerre russo-ukrainienne

Et du people dans tous les domaines

Tu veux du poli­tique ? Dans ce numéro, tu auras François Hol­lande, Emmanuel Macron (séparé­ment pour éviter les pugi­lats) et Thier­ry Bre­ton com­mis­saire au marché intérieur à Brux­elles. Tu veux du lit­téraire ? Tu auras Houelle­becq, Bret Eas­t­on Ellis, Amélie Nothomb. Tu veux du sportif ? Tu auras Ted­dy Riner ou Isabelle Autissier. Tu veux de l’artistique ? Tu auras Björk (pour laque­lle nous avons une cer­taine ten­dresse) ou Enki Bilal (même remar­que). Tu veux du patron ? Tu auras Car­los Tavares (Stel­lan­tis) ou Tim Cook (Apple). Manque un raton laveur. Tout ceci est pres­tigieux en dia­ble, assez fourre-tout et indi­geste mais a le mérite d’intéresser… les pub­lic­i­taires. Nous avons comp­té plus de cent pages de pub­lic­ité sur un numéro riche de 234 pages. Au fond, ce numéro spé­cial, copieux, trop copieux est un excel­lent exer­ci­ce de style pour la régie pub­lic­i­taire du jour­nal, très réus­si de ce point de vue.

Mais le vague à l’âme de la cinquantaine est bien là

L’absence de François Pin­ault lors de la bril­lante récep­tion d’anniversaire des 50 ans du jour­nal a été remar­quée, plus que la présence d’une palan­quée de poli­tiques comme Bruno Le Maire ou Gérard Dar­manin. La mal­heureuse affaire Zemouri a lais­sé des traces ; et engen­dré des départs (source Let­tre A) comme celui de la rédac­trice en chef Laeti­tia Strauch-Bonart par­tie à L’Express, celui de Thomas Bour­geois-Muller par­ti chez Lagardère. Le rédac­teur en chef adjoint du ser­vice société, Marc Lep­lon­geon, serait aus­si sur le départ. Sans compter Jérôme Béglé, par­ti aupar­a­vant au JDD où l’a rejoint Marie-Lau­re Delorme, nou­velle respon­s­able des pages littéraires.

Voir aus­si : Retour sur l’affaire Zemouri, récidi­viste de l’infox

Certes, il y a eu des arrivées comme celle de la bonne plume Charles Sapin, chipé au Figaro. Il y aus­si celle de Hervé Gat­teg­no après son évic­tion du JDD. Mais il n’est pas cer­tain que l’arrivée comme sim­ple chroniqueur du poids lourd Hervé Gat­teg­no – imposé dit-on par Pin­ault – réjouisse Éti­enne Ger­nelle, le directeur de la pub­li­ca­tion, sen­si­ble au proverbe africain selon lequel on ne met pas deux gros croc­o­diles dans le même marig­ot. L’éditorial d’Étienne Ger­nelle s’intitule « La cinquan­taine hurlante », un édi­to­r­i­al sous forme per­for­ma­tive qui aurait pu aus­si bien titr­er « La cinquan­taine décli­nante ».

Voir aus­si : Éti­enne Ger­nelle, portrait

Départs en série

La direc­tion du mag­a­zine a sérieuse­ment tan­gué lors du scan­dale déclenché par les fauss­es révéla­tions visant le cou­ple Cor­bière-Gar­ri­do. Sol­idaire, le tan­dem for­mé par Éti­enne Ger­nelle et Sébastien Le Fol, s’est mal­gré tout main­tenu mais il a vu son crédit entamé auprès de son action­naire François Pinault.

Son absence, dimanche dernier, à la fête d’an­niver­saire des 50 ans du Point a sur­pris plus d’un con­vive. Même s’il se tient habituelle­ment à l’é­cart de ce genre de mon­dan­ités, François Pin­ault, pro­prié­taire du mag­a­zine via sa hold­ing Artémis était annon­cé par­mi les invités de la soirée organ­isée au dernier étage du jour­nal, aux côtés de Bruno Le MaireGérald Dar­maninJean-Michel Blan­querThier­ry Bre­tonJean-Yves Le Dri­an ou encore Alexan­dre Bom­pard.

Le mil­liar­daire voulait-il pren­dre ses dis­tances après le fias­co de l’af­faire Zemouri, encore fraîche de quelques semaines ? Quelque chose s’est en tout cas dégradé dans la rela­tion de con­fi­ance que l’homme d’af­faires entre­tient avec la direc­tion du Point. Lorsque le scan­dale éclate, le 22 juin, après la pub­li­ca­tion de fauss­es accu­sa­tions visant les députés LFI Raquel Gar­ri­do et Alex­is Cor­bière, François Pin­ault est furieux, tant l’im­age et la crédi­bil­ité de l’heb­do­madaire sont atteintes. La sanc­tion con­tre l’au­teur de l’ar­ti­cle, Aziz Zemouri — déjà en dis­grâce auprès d’une par­tie de la rédac­tion après plusieurs papiers con­testés — ne tarde pas. Quelques jours après la paru­tion de l’en­quête, le directeur de la pub­li­ca­tion, Éti­enne Ger­nelle, se plaint au micro d’Europe 1 d’avoir été “enfumé” par Aziz Zemouri. Ce dernier sera finale­ment licen­cié au cours du mois de juil­let pour faute grave. Il s’ap­prête aujour­d’hui à con­tester son limo­geage aux prud’hommes.

Ayant don­né son feu vert à la pub­li­ca­tion de l’ar­ti­cle sur le site du Point après con­sul­ta­tion de l’av­o­cat de l’heb­do­madaire et con­fronta­tion d’Az­iz Zemouri, Sébastien Le Fol, directeur de la rédac­tion, pressent toute­fois qu’une mesure plus rad­i­cale que le licen­ciement du jour­nal­iste s’im­pose : il pro­pose sa démis­sion à Éti­enne Ger­nelle, qui la refuse. Con­tac­té, ce dernier dément l’ex­is­tence de cet épisode. L’hy­pothèse d’un départ de Sébastien Le Fol aurait du reste été étudiée par l’ac­tion­naire lui-même, avant d’être rapi­de­ment écartée. Éti­enne Ger­nelle fait en effet bloc der­rière Sébastien Le Fol, tant leur tan­dem est à ses yeux indis­so­cia­ble. D’au­tant que leur équipe a été frag­ilisée en jan­vi­er par le départ au JDD de Jérôme Béglé, avec qui ils for­maient un tri­umvi­rat depuis 2014 : ce dernier jouait les pacifi­ca­teurs avec la rédac­tion, quand Sébastien Le Fol peut se mon­tr­er plus distant.

Les tur­bu­lences à la tête du Point n’ont pas échap­pé à de poten­tiels pré­ten­dants. Évincé à l’au­tomne 2021 de la direc­tion de la rédac­tion du JDDHervé Gat­teg­no s’est notam­ment posi­tion­né — ce que l’in­téressé dément auprès de La Let­tre A. Cet ancien rédac­teur en chef du Point a déjà remis un pied dans la mai­son en jan­vi­er en étant recruté comme chroniqueur (LLA du 20/12/21). Un choix poussé par l’ac­tion­naire auprès d’É­ti­enne Ger­nelle, qui ne porte pas Hervé Gat­teg­no dans son cœur.

Au-delà du fias­co Zemouri, François Pin­ault est con­trar­ié par la série de départs que subit Le Point ces derniers mois.

Géraldine Woessner promue

La direc­tion de la rédac­tion s’est toute­fois mise en ordre de bataille pour rebondir dans la foulée de l’af­faire Zemouri. Quelques jours après la polémique, le mag­a­zine a pub­lié une enquête fouil­lée sur les couliss­es de la ges­tion de la crise du Covid-19. Le très dense numéro des 50 ans parais­sant ce jeu­di ressem­ble à une ten­ta­tive de démon­stra­tion de force, com­pi­lant les con­tri­bu­tions d’Emmanuel Macron, du PDG d’Apple Tim Cook, de l’his­to­rien Yuval Noah Harari ou encore de dix Prix Nobel. Début sep­tem­bre, la jour­nal­iste Géral­dine Woess­ner a par ailleurs été pro­mue rédac­trice en chef en charge de l’é­colo­gie — une thé­ma­tique que Le Point entend cou­vrir davan­tage, comme le font déjà L’Obs ou L’Ex­press notam­ment. D’autres axes de développe­ment sont à l’étude.

Pour ten­ter d’éviter que se repro­duise un nou­veau couac sur le site du Point, la direc­tion mise par ailleurs sur la vig­i­lance col­lec­tive : de larges écrans vont prochaine­ment être instal­lés au milieu de la rédac­tion, où cha­cun pour­ra lire les arti­cles les plus sen­si­bles avant leur parution.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés