Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Entre L’Express et Libération Alain Weill doit louvoyer

6 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Entre L’Express et Libération Alain Weill doit louvoyer

Entre L’Express et Libération Alain Weill doit louvoyer

Il était une fois deux copains, Alain et Patrick. Alain Weill et Patrick Drahi s’estiment, travaillent ensemble, s’associent, se séparent un tout petit peu, se retrouvent. Survol des derniers méandres entre deux de leurs médias L’Express et Libération.

Des associés proches

Pour ceux qui veu­lent ren­tr­er dans les détails his­toriques, voir nos info­gra­phies sur Patrick Drahi et Alain Weill qui don­nent l’historique de leurs accords. Pour faire sim­ple, Alain Weill est PDG d’Altice France qui con­trôle NextTV qui elle-même con­trôle BFM, RMC, Numéro 23 et leurs épigones. Patrick Drahi est plus investi sur SFR et les réseaux télé­phoniques.

Par ailleurs, si Alain Weill n’est plus dans Libéra­tion, il est devenu en 2019 l’heureux (mal­heureux dis­ent les mau­vais­es langues qui prédis­ent au titre un som­bre avenir) pro­prié­taire de 51% de L’Express pour un euro sym­bol­ique, Patrick Drahi en con­ser­vant 49% L’Express qui, après un plan social de belle ampleur, est devenu un clone de The Econ­o­mist anglo-sax­on dont il copie servile­ment le mod­èle.

Moins de services communs avec Libération

Libéra­tion est main­tenant du côté Drahi qui annonce son inten­tion de con­fi­er cet enfant malade à une « fon­da­tion indépen­dante ». Mais les pre­miers admin­is­tra­teurs nom­més de la fon­da­tion sont tous des proches d’Altice de Drahi qui, mine de rien, gardera un œil atten­tif sur le bébé et pour­ra ain­si faire nom­mer le nou­veau directeur de la rédac­tion, Lau­rent Jof­frin par­tant fin 2020.

Prob­lème : dans le cadre général d’Altice, au moment où la société con­trôlait les deux titres, cer­tains ser­vices (essen­tielle­ment les fonc­tions dites sup­port, compt­abil­ité, abon­nements, pub­lic­ité etc) étaient mutu­al­isés pour d’évidentes raisons d’économies d’échelle. Patrick Drahi ne veut plus enten­dre par­ler du gouf­fre de son pôle médias et a déjà entre­pris des négo­ci­a­tions pour céder aus­si son kiosque numérique SFR Presse ain­si que Milib­ris, une plate-forme de numéri­sa­tion des jour­naux.

Un déménagement… et un nouveau plan social ?

Au même moment, Alain Weill annonce le démé­nage­ment du siège de L’Express. Avec un dou­ble mou­ve­ment : des trans­ferts d’une par­tie des équipes com­munes avec Libéra­tion vers le nou­veau siège ; et une nou­velle ouver­ture pour une clause de ces­sion bonifiée pour les jour­nal­istes. Cette clause de ces­sion, qui per­met aux jour­nal­istes de par­tir dans de bonnes con­di­tions, est offerte à l’équipe respon­s­able du sup­plé­ment L’Express Dix, en voie d’abandon, mais aus­si à l’ensemble des jour­nal­istes. Une belle occa­sion pour réduire encore la voil­ure à un moment où la nou­velle for­mule patine, sans qu’il soit pos­si­ble de savoir si c’est l’idée de copi­er The Econ­o­mist qui ne séduit pas le lec­torat ou si c’est un effet de la crise san­i­taire. Il pour­rait y avoir un peu des deux. Une for­mule pure­ment dig­i­tale de l’hebdomadaire per­me­t­trait de dimin­uer encore les coûts. Un pro­jet pour 2021 ? Les lecteurs et Alain Weill en décideront.

Crédit pho­to : Hisaux via Wiki­me­dia (cc)

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.