Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération : la « caste blanche » doit laisser sa place dans les médias

29 octobre 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Libération : la « caste blanche » doit laisser sa place dans les médias

Libération : la « caste blanche » doit laisser sa place dans les médias

Le 25 octobre sur le site de Libération, Widad Ketfi, pigiste au Bondy Blog, a publié une tribune délirante et racialisée à outrance dans laquelle elle préconise tout simplement d’imposer des quotas aux médias en matière de « diversité » afin que la « caste blanche » laisse sa place.

Citant le fameux rap­port du CSA, qui esti­mait récem­ment qu’il y avait trop de blancs dans les médias, la jour­nal­iste se demande com­bi­en de temps il fau­dra pour que « les médias ressem­blent aux Français » (mais les Français ressem­blent-ils vrai­ment à ce que croit Mme Ket­fi ?) Selon le CSA en effet, 14 % des per­son­nes présentes à l’écran sont « perçues comme non blanch­es ». Et ce n’est vis­i­ble­ment pas assez…

Ain­si, selon la « pigiste » du Bondy Blog, les jour­nal­istes en place « peinent à laiss­er leur place pour per­me­t­tre au cycle de la vie de suiv­re son cours »… Mais qu’est-ce que « le cycle de la vie » ? Doit-on com­pren­dre que le cycle naturel de la vie con­duit inévitable­ment à un rem­place­ment de pop­u­la­tion ? Une chose est sûre, Widad Ket­fi a l’air d’y croire.

Et celle-ci d’es­timer que « les médias les plus repliés sur eux-mêmes sont en réal­ité les médias clas­siques », avant de se livr­er à une dia­tribe hal­lu­ci­nante sur la « caste blanche, riche, parisi­enne, digne héri­tière » qui « domine les médias main­stream ». Aurait-on imag­iné un tel con­stat avec des pro­pos sim­i­laires pour évo­quer la « caste noire » dans le foot­ball ou la « caste juive » dans la finance ? À l’heure où le sim­ple fait de rap­pel­er que le peu­ple français est, anthro­pologique­ment et his­torique­ment, de « race blanche » fait scan­dale, il est per­mis d’en douter.

Pour­suiv­ant dans la racial­i­sa­tion, Ket­fi con­state qu’il n’y a « aucun jour­nal­iste noir à Libéra­tion, à peine plus au Monde, où les jour­nal­istes non blancs se comptent sur les doigts d’une main. Idem pour Medi­a­part. » Et celle-ci de soulign­er la « moin­dre vis­i­bil­ité des rappeurs noirs, arabes et gitans dans les médias de masse »... com­prenne qui pour­ra.

Aus­si, la jour­nal­iste regrette que « les minorités, plus large­ment représen­tées sur BFMTV, ne sem­blent tou­jours pas avoir d’impact sur la ligne édi­to­ri­ale de la chaîne ». Reste à savoir quel impact ces derniers sont cen­sés avoir sur la ligne de la chaîne. Cet « impact » doit-il être for­cé­ment dif­férent de celui d’un jour­nal­iste « blanc » ? La ques­tion reste en sus­pens, comme bien d’autres soulevées par cet arti­cle inquié­tant…

En guise de con­clu­sion, notre tri­bun, dénonce un « réflexe néo­colo­nial » (les Français colons dans leur pro­pre pays ?), juge que les quo­tas sont aujour­d’hui « une néces­sité » et qu’il faut tout sim­ple­ment les « impos­er ». « Ce que les entre­pris­es ne font pas, il faut que la loi l’impose », affirme-t-elle. Même con­stat pour Amirouche Laî­di, mil­i­tant asso­ci­atif : « Les quo­tas vont devenir incon­tourn­ables si on veut éviter une crise majeure. Il faut impos­er les objec­tifs à attein­dre car le sim­ple volon­tarisme n’est pas effi­cace. »

En somme, dans l’e­sprit de ce jeune rédac­teur du Bondy Blog, l’enjeu est tout trou­vé : les médias n’ont « d’autre choix que de com­pos­er avec nous ou nous finirons par les rejeter, telle une mau­vaise greffe qui ne prend pas… ». Le pro­jet est désor­mais affiché, en toute décon­trac­tion, dans les lignes d’un grand quo­ti­di­en grand pub­lic : les blancs s’ef­faceront ou seront rejetés naturelle­ment. Ain­si l’ex­ige le « cycle de la vie ». Il y a évidem­ment une hypothèse que n’envisage pas cette char­mante racial­iste : que les Blancs un jour per­dent patience.

Voir notre dossier sur le Bondy Blog, la banlieue parle aux bobos

Crédit pho­to : ninikas / Shutterstock.com

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.