Accueil | Actualités | Médias | Libération : la « caste blanche » doit laisser sa place dans les médias
Pub­lié le 29 octobre 2015 | Éti­quettes : , , , ,

Libération : la « caste blanche » doit laisser sa place dans les médias

Le 25 octobre sur le site de Libération, Widad Ketfi, pigiste au Bondy Blog, a publié une tribune délirante et racialisée à outrance dans laquelle elle préconise tout simplement d'imposer des quotas aux médias en matière de « diversité » afin que la « caste blanche » laisse sa place.

Citant le fameux rapport du CSA, qui estimait récemment qu'il y avait trop de blancs dans les médias, la journaliste se demande combien de temps il faudra pour que « les médias ressemblent aux Français » (mais les Français ressemblent-ils vraiment à ce que croit Mme Ketfi ?) Selon le CSA en effet, 14 % des personnes présentes à l'écran sont « perçues comme non blanches ». Et ce n'est visiblement pas assez...

Ainsi, selon la « pigiste » du Bondy Blog, les journalistes en place « peinent à laisser leur place pour permettre au cycle de la vie de suivre son cours »... Mais qu'est-ce que « le cycle de la vie » ? Doit-on comprendre que le cycle naturel de la vie conduit inévitablement à un remplacement de population ? Une chose est sûre, Widad Ketfi a l'air d'y croire.

Et celle-ci d'estimer que « les médias les plus repliés sur eux-mêmes sont en réalité les médias classiques », avant de se livrer à une diatribe hallucinante sur la « caste blanche, riche, parisienne, digne héritière » qui « domine les médias mainstream ». Aurait-on imaginé un tel constat avec des propos similaires pour évoquer la « caste noire » dans le football ou la « caste juive » dans la finance ? À l'heure où le simple fait de rappeler que le peuple français est, anthropologiquement et historiquement, de « race blanche » fait scandale, il est permis d'en douter.

Poursuivant dans la racialisation, Ketfi constate qu'il n'y a « aucun journaliste noir à Libération, à peine plus au Monde, où les journalistes non blancs se comptent sur les doigts d’une main. Idem pour Mediapart. » Et celle-ci de souligner la « moindre visibilité des rappeurs noirs, arabes et gitans dans les médias de masse »... comprenne qui pourra.

Aussi, la journaliste regrette que « les minorités, plus largement représentées sur BFMTV, ne semblent toujours pas avoir d’impact sur la ligne éditoriale de la chaîne ». Reste à savoir quel impact ces derniers sont censés avoir sur la ligne de la chaîne. Cet « impact » doit-il être forcément différent de celui d'un journaliste « blanc » ? La question reste en suspens, comme bien d'autres soulevées par cet article inquiétant...

En guise de conclusion, notre tribun, dénonce un « réflexe néocolonial » (les Français colons dans leur propre pays ?), juge que les quotas sont aujourd'hui « une nécessité » et qu'il faut tout simplement les « imposer ». « Ce que les entreprises ne font pas, il faut que la loi l’impose », affirme-t-elle. Même constat pour Amirouche Laîdi, militant associatif : « Les quotas vont devenir incontournables si on veut éviter une crise majeure. Il faut imposer les objectifs à atteindre car le simple volontarisme n’est pas efficace. »

En somme, dans l'esprit de ce jeune rédacteur du Bondy Blog, l’enjeu est tout trouvé : les médias n'ont « d’autre choix que de composer avec nous ou nous finirons par les rejeter, telle une mauvaise greffe qui ne prend pas… ». Le projet est désormais affiché, en toute décontraction, dans les lignes d'un grand quotidien grand public : les blancs s'effaceront ou seront rejetés naturellement. Ainsi l'exige le « cycle de la vie ». Il y a évidemment une hypothèse que n’envisage pas cette charmante racialiste : que les Blancs un jour perdent patience.

Voir notre dossier sur le Bondy Blog, la banlieue parle aux bobos

Crédit photo : ninikas / Shutterstock.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This