Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Curée médiatique contre Frédéric Taddeï

22 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Curée médiatique contre Frédéric Taddeï

Curée médiatique contre Frédéric Taddeï

« La démoc­ra­tie médi­a­tique chez Frédéric Tad­deï : 5 min­utes pour les Juifs, 10 min­utes pour Hitler »
Car­o­line Fourest

Un cli­mat de cen­sure pèse-t-il sur la France ? C’est la ques­tion que se posent de nom­breux spec­ta­teurs de l’émission de Frédéric Tad­deï après la con­fir­ma­tion par Thier­ry Thuil­li­er, patron de France 2, du rem­place­ment prob­a­ble de « Ce soir (ou jamais !) » par une nou­velle émis­sion d’Alessandra Sub­let. L’émission de Tad­deï serait quant à elle reportée au jeu­di soir, après « Envoyé spé­cial » et « Com­plé­ment d’enquêtes »… c’est à dire vers minu­it !

C’est que l’émission de Tad­deï gêne depuis bien longtemps. On se sou­vient qu’en mars dernier, Patrick Cohen reprochait au jour­nal­iste d’inviter sur son plateau des « cerveaux malades », par­mi lesquels… Dieudon­né. C’est du reste en « répon­dant » sur scène à Cohen que l’humoriste a déclenché la polémique qui s’est achevée par l’interdiction de son spec­ta­cle.

Le 10 jan­vi­er dernier, Tad­deï invi­tait l’écrivain Marc-Edouard Nabe dans « Ce soir (ou jamais !) » con­sacré à l’affaire Dieudon­né. L’écrivain, jadis proche de Soral et Dieudon­né, s’est pour­tant vio­lem­ment (et assez basse­ment) désol­i­darisé de l’humoriste qu’il a même traité d’« escroc ». Mais pour l’écrivain Émi­lie Frèche, égale­ment sur le plateau, c’était encore trop. Elle reprocha en effet à Tad­deï de « don­ner une tri­bune à quelqu’un dont les textes sont anti­sémites » et affir­mait le lende­main dans La Règle du jeu, la revue de BHL, qu’elle avait eu « le sen­ti­ment que Frédéric Tad­deï dis­ait aux racistes qu’ils auraient tou­jours droit de cité dans cette émis­sion ».

Pour Lau­rent David Sama­ma, jour­nal­iste aux Inrock­upt­ibles et mem­bre du comité de rédac­tion de la même Règle du jeu, Tad­deï porte une lourde respon­s­abil­ité dans l’explosion du « phénomène Dieudon­né », ain­si qu’il l’affirme dans Rue89 : « Dis­ons-le sans détour : le présen­ta­teur de “Ce soir (ou jamais !)” porte une respon­s­abil­ité dans l’avilissement du débat pub­lic. Pire, il n’est en rien étranger aux mil­lions de vues faites par Dieudon­né sur Youtube ». Selon lui en invi­tant « les assas­sins du vivre-ensem­ble », l’animateur a per­mis de faire émerg­er des « lead­ers d’opinion là où il n’y avait que des esprits malades », « il a ten­du le micro à ceux que per­son­ne ne voulait enten­dre. Il a offert de la médi­ati­sa­tion à des microphénomènes stu­pides et déviants ». Nous revoilà donc dans la lutte con­tre les « déviants » et autres « malades » à réé­du­quer, tout cela au nom de la démoc­ra­tie et de la tolérance bien enten­du.

Mais dans cette curée anti-Tad­deï, le pom­pon revient une fois de plus à Car­o­line Fourest pour qui : « Chez Tad­déi, la démoc­ra­tie médi­a­tique, c’est 5 min­utes pour les Juifs et dix min­utes pour Hitler » ! On retrou­ve là, toute la nuance de l’intellectuel soucieux de vérité…

Mais que l’on se ras­sure, la France n’est pas en train de voir l’émergence d’un « fas­cisme inver­sé », comme le craig­nent les Russ­es. Pour Thier­ry Thuil­li­er en effet, le pro­jet de déplac­er l’émission de Tad­deï n’a rien à voir avec la pres­sion qui s’exerce con­tre l’animateur et n’est en rien une sanc­tion suite à l’émission sur Dieudon­né… Et inter­dic­tion de rire, s’il vous plaît !

Crédit pho­to : Siren-Com via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision