Accueil | Actualités | Médias | Médias : Taddeï remet Patrick Cohen à sa place
Pub­lié le 15 mars 2013 | Éti­quettes : , , ,

Médias : Taddeï remet Patrick Cohen à sa place

Invité sur France 5 dans l’émission « C à vous », Frédéric Taddeï s’est retrouvé face à un gardien de la pensée unique particulièrement en forme, le journaliste Patrick Cohen.

Interrogé au sujet de son émission de débat, « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3, Taddeï s’est vu reproché d’inviter des gens jugés peu fréquentables. « Vous invitez des gens qu'on n'entend pas ailleurs mais vous invitez aussi des gens que les autres médias n'ont pas forcément envie d'entendre ! a-t-il lancé. En passant sur France 2, est-ce que vous continuerez à inviter Tariq Ramadan, Dieudonné, Alain Soral... Des gens que vous êtes le seul à honorer à la télévision. Et à mon avis, pas seulement pour de bonnes raisons. »

Défendant ses positions face à cet arbitre des élégances, Frédéric Taddeï réplique : « vous, vous faites le journal, vous ne faites pas une émission de débats intellectuels (...) Je suis sur le service public, ce n'est pas à moi d'inviter les gens en fonction de mes sympathies ou antipathies. » Mais visiblement, cette allusion au service public n’a pas troublé outre mesure M. Cohen, officiant également sur France Inter, qui rétorque : « Ce n'est pas une question de sympathie ou d'antipathie ! On a une responsabilité, quand on anime une émission de débats publics, de ne pas propager des thèses complotistes ou de ne pas donner la parole à des cerveaux malades. »

On notera au passage les « cerveaux malades » pour qualifier ceux qui ont le malheur de penser différemment que M. Cohen… L’animateur de « Ce soir (ou jamais !) » fera une seconde tentative : « J'anime une émission du service public, si j'étais sur Fox News, je ferais comme vous, je déciderais que les gens qui nous regardent doivent entendre un certain son de cloche. »

Dans la bouche du grand défenseur de la pensée raisonnable, le « complotisme » se transforme alors soudain en… « négationnisme » : « On a le droit de penser ce qu'on veut dans les limites de la loi, le négationnisme c'est quelque chose. » Ce à quoi Taddeï rappellera : « Toutes les opinions autorisées par la loi sont défendues par la constitution. Tout ce qui n'est pas interdit est autorisé et ce n'est pas à moi, animateur de télévision, qui vais décider de ce qu'on a le droit de dire (...) Vous avez le droit de faire le tri, c'est votre responsabilité (...) Je m'interdis d'être le procureur ou le défenseur des uns et des autres (...) Il y a des gens que ça choque, je le comprends. Mais il ne faut pas regarder l'émission. » Et ce dernier de préciser qu’« il n'y a jamais eu le moindre propos qui a été condamné » sur son plateau.

Après avoir remis Cohen à sa place, et ce dernier ne trouvant plus grand-chose à ajouter à son attaque déplacée, Frédéric Taddeï conclura, satisfait : « Ce soir ou (jamais !) est l’émission la plus transgressive du PAF et on vient d’en avoir la preuve ! » Patrick Cohen dans les pas de Caroline Fourest ?

Voir le portrait que l’Ojim a consacré à Patrick Cohen

Crédit photo : puremedias/France 5 via Dailymotion - capture d'écran vidéo

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux