Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Conseil de l’Ordre des journalistes : mieux surveiller les médias

29 juin 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Conseil de l’Ordre des journalistes : mieux surveiller les médias

Conseil de l’Ordre des journalistes : mieux surveiller les médias

Conseil de l’Ordre des journalistes : mieux surveiller les médias

Accueil | Veille médias | Conseil de l’Ordre des journalistes : mieux surveiller les médias

29 juin 2019

Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique vient de se positionner pour la création d’un “Conseil de l’ordre des journalistes” dans une interview accordée à Reuters le 25 juin 2019, pour surveiller le monde médiatique et restreindre cette satanée liberté d’expression, déjà bien mise à mal.

Le bon vieux retour de la délation

Ce Con­seil serait géré par les jour­nal­istes eux-mêmes (mais le gou­verne­ment ne sera pas loin), il aurait pour but d’informer l’Etat dès lors qu’un média procéderait à un “man­que­ment éthique ou déon­tologique”. Cet échange d’informations pour­rait se con­cré­tis­er par la demande de retir­er un agré­ment, la néces­sité d’émettre un aver­tisse­ment, etc. Ce Con­seil serait dépourvu de pou­voir de sanc­tion. En résumé, des jour­nal­istes dénon­ceraient d’autres jour­nal­istes à l’Etat pour raisons morales, le bon vieux retour de la délation…

Et Cédric O d’ajouter que si les jour­nal­istes ne se dotent pas d’un Con­seil, “Ce sera le CSA (Con­seil supérieur de l’audiovisuel) ou une autorité indépen­dante qui va décider ce qu’est une infox ou pas.”, quand on voit la plaisan­terie qu’est le CSA, on a presque envie qu’ils se dotent eux-mêmes immé­di­ate­ment d’un Conseil…

Pour l’aspect cocasse de l’histoire, n’oublions pas que lorsque le Rassem­ble­ment Nation­al pro­po­sait une idée sim­i­laire, Emmanuel Macron n’hésitait pas à dire qu’un tel Con­seil serait directe­ment sor­ti de “l’Italie des années 1930” !

La nouvelle peur à la mode : “l’ingérence russe”

Mais c’est avant tout la peur de “l’ingérence russe” qui motive Cédric O (alias Cédric Officines, comme il est plaisam­ment surnom­mé) à créer ce Con­seil, plus que la lutte con­tre de quel­con­ques fauss­es infor­ma­tions, qui de toute façon, ne peu­vent être pro­duites que par des médias russ­es. Vieille peur déjà exprimée lors des élec­tions européennes où l’Élysée pen­sait que la Russie allait manip­uler l’élection, et qui découle d’une volon­té manip­u­la­toire com­binée à une rus­so­pho­bie ambiante que nous avions longue­ment étudié il y a 3 mois.

Pour dévelop­per ce risque d’ingérence, Cédric O(fficines) pointe à nou­veau du doigt, les deux mêmes médias habituels, Rus­sia Today (RT) et Sput­nik qui, en plus d’être les porte-paroles de la Russie, “frag­ilisent volon­taire­ment la démoc­ra­tie”. On ne voit pas bien com­ment la sim­ple dif­fu­sion d’informations pour­rait débouch­er sur cette deux­ième affir­ma­tion, et con­cer­nant la pre­mière, quid de France 24 à l’étranger ? Une volon­té de la France d’influencer les autres pays ? Quid d’AJ+ et sa pro­pa­gande qatarie (voir l’excellent arti­cle de Mar­i­anne sur le sujet) ? Sans par­ler de la French Amer­i­can Foun­da­tion, très influ­ente dans les médias français. Comme le dit l’adage : deux poids, deux mesures…

À moins que l’ami Cédric ne soit tout sim­ple­ment jaloux que ces chaînes aient par­fois plus de vis­i­bil­ité sur YouTube que BFM ou CNEWS, comme il le déplore.

Deux jours après sa pre­mière déc­la­ra­tion Mon­sieur Officines a effec­tué un rétropé­dalage accéléré, assur­ant « J’ai tenu des pro­pos qui n’engageaient que moi et qui ne sont en aucun cas la posi­tion du gou­verne­ment ».

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».