Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Conflits_FR sur Twitter : le buzz à tout prix ?

15 avril 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Conflits_FR sur Twitter : le buzz à tout prix ?

Conflits_FR sur Twitter : le buzz à tout prix ?

Un nouveau venu sur la twittosphère a récemment attiré l’attention de Numérama, qui, dans un article très documenté de François Manens du 16 mars 2020, s’est intéressé au compte Twitter @Conflits_FR. Se présentant comme traquant « les conflits autour du globe en temps réel & en français. (Géo)politique, terrorisme, espionnage, cyber-sécurité (…) », Conflits_FR est suivi par — tenez-vous bien — 250.000 abonnés en quatre mois d’existence. De quoi intriguer l’Ojim qui a voulu en savoir un peu plus.

Le buzz à tout prix ?

Avec plusieurs dizaines de tweets par jour retweet­és des dizaines voire des cen­taines de fois, en majeure par­tie sur l’épidémie de coro­n­avirus, le compte Twit­ter @Conflits_FR est devenu une force de frappe incon­tourn­able sur la twit­tosphère fran­coph­o­ne. Il est d’ailleurs suivi par un cer­tain nom­bre de jour­nal­istes sur le réseau social. Il ne pro­duit aucun con­tenu orig­i­nal et fonc­tionne comme une revue de presse. Chaque Tweet est précédé d’un “URGENT”, “FLASH”, don­nant l’im­pres­sion d’une infor­ma­tion exclu­sive. Ce compte se dis­tingue par sa cadence de pub­li­ca­tion extrême­ment élevée et le taux d’en­gage­ment très impor­tant généré par chaque tweet.

Le créa­teur de Conflits_FR serait un étu­di­ant de 21 ans, Stanis­las Racine, habi­tant Sar­rebruck. Il serait épaulé par deux étu­di­ants en jour­nal­isme. « La seule chose qui nous motive, c’est d’être lu », con­fie-t-il, avec une cer­taine fran­chise à Clé­ment Pétreault, jour­nal­iste au Point.

Le nom de Malik Mahieu, mil­i­tant à Debout La France, cir­cule égale­ment (à not­er que tous ses pro­fils soci­aux — Insta­gram, Face­book, Twit­ter ont récem­ment dis­paru de la toile). [Conflits_FR nous informe que Malik Mahieu a été viré de l’équipe, qui com­porte désor­mais 6 per­son­nes].

Un qua­trième étu­di­ant a quit­té le groupe après avoir sup­primé les con­tenus en ligne et en ayant tem­po­raire­ment changé tous les mots de passe, ce qui a don­né lieu à un échange pour le moins cocasse entre les dif­férents pro­tag­o­nistes.

Un compte très act­if donc, ani­mé par des très jeunes gens, avec peu ou pas de véri­fi­ca­tion des infor­ma­tions relayées, ce qui les a amenés à pub­li­er un cer­tain nom­bre d’in­for­ma­tions erronées, comme récem­ment l’annonce de la mort du chef de ser­vice de réan­i­ma­tion de l’hôpital de Col­mar due au Coro­n­avirus. Abon­dam­ment partagée, la fausse nou­velle a eu le temps de faire le tour du Net avant d’être démen­tie par l’hôpital de Col­mar. Il n’en sont pas à leur pre­mier loupé, la prop­a­ga­tion de “fake news” leur avait valu une sus­pen­sion par Twit­ter en jan­vi­er dernier.

À leur décharge toute­fois, ils ne sont pas les seuls à répan­dre des con­trevérités (une bien faible pro­por­tion en regard de la masse de con­tenus relayés), Le Monde, France Cul­ture ou l’AFP le font égale­ment très bien sur de nom­breux sujets, et même le gou­verne­ment.

Contrefaçon de marque déposée

Et si nous util­i­sions le nom « Danone » sur Twit­ter pour par­ler de pro­duits laitiers ? La bonne idée ! C’est exacte­ment ce qu’ont fait nos jeunes amis. Un exa­m­en atten­tif de la toile leur eut per­mis de décou­vrir l’existence d’une revue papi­er et inter­net inti­t­ulée Con­flits exis­tant depuis 2014 et trai­tant de… géopoli­tique. Ajoutez au nom iden­tique et à l’objet iden­tique un logo et des codes couleur très proches à quelques détails près (fond noir dans les deux cas, couleur jaune vs. couleur orange, typo sérif vs. typo sans sérif), et nous avons là un bel exem­ple de con­tre­façon.

Les créa­teurs de @Conflits_FR, que nous avons con­tac­tés, expliquent avoir décou­vert Con­flits (la revue) après coup, et ne pas savoir qu’il s’agit d’une mar­que déposée. Il se défend­ent bien sûr de toute con­tre­façon, il n’y a selon eux absol­u­ment aucun rap­port entre “Conflits_FR” (Con­flits France sur leur site inter­net) et Con­flits (la revue). Stanis­las Racine (pour­tant étu­di­ant en droit) expli­quait au jour­nal Le Point avoir voulu copi­er le mod­èle du compte Twit­ter anglo-sax­on Con­flicts News qui dif­fuse à un rythme aus­si effréné des infor­ma­tions sur des sujets géopoli­tiques. Une inter­pré­ta­tion pour le moins élas­tique du droit des mar­ques…

Bien nombreux followers

Là aus­si, la quan­tité plutôt que la qual­ité ? Nous l’écrivions plus haut : 250.000 fol­low­ers en qua­tre mois d’existence. Sur la twit­tosphère fran­coph­o­ne, par­venir à un tel résul­tat en si peu de temps, c’est une belle prouesse. Si l’appétit du grand pub­lic pour l’information anx­iogène et le con­texte par­ti­c­uli­er de la crise san­i­taire en cours expliquent cer­taine­ment le suc­cès numérique ren­con­tré par Conflits_FR, il peut être intéres­sant de se pencher sur leurs fol­low­ers.

De quoi par­le-t-on ? Dans le monde dig­i­tal, l’influence se résume sou­vent à des chiffres. Qui est suivi le sera encore davan­tage, c’est l’effet boule de neige. Un compte à 200.000 abon­nés fait égale­ment autorité (et vous per­met d’in­ter­pel­er l’Élysée, par exem­ple). Il peut donc être ten­tant de gon­fler ses sta­tis­tiques par un procédé vieux comme Twit­ter : tech­nique mar­ket­ing assez datée et très mal vue, l’achat de fol­low­ers est à la portée de n’importe qui. Même d’un Prési­dent de la République (ou dis­ons de son équipe de com­mu­ni­ca­tion), épinglé pour avoir triché sur ses fol­low­ers Twit­ter comme n’importe quelle star­lette du show bizz (sur ce sujet, voir aus­si l’analyse con­tra­dic­toire de Quentin Sai­son qui arrive à une con­clu­sion dif­férente con­cer­nant Emmanuel Macron, et très intéres­sante pour son mode de cal­cul) ? Pour moins de 300 €, vous pou­vez ain­si « ampli­fi­er votre crois­sance sociale » à coup de 50.000 fol­low­ers et faire croire à qui vous voulez que vous « pesez » sur la toile. Un site comme « Fol­low­ers par chers » vous vend non seule­ment les faux abon­nés, mais l’activité qui va avec (likes, retweets).

Il faut bien enten­du not­er que tous les comptes Twit­ter ont, au bout d’un cer­tain temps des fol­low­ers « bidons », cela est même nor­mal après plusieurs années d’existence (à l’inverse, c’est sur­prenant pour un nou­veau venu) : quelques bots aux­quels per­son­ne n’a rien demandé et un cer­tain nom­bre de comptes peu act­ifs ou devenus inac­t­ifs, con­sid­érés par les algo­rithmes des out­ils d’audit comme « bidons ». À not­er égale­ment que tout est une ques­tion de pro­por­tion et de durée. Cer­tains out­ils en ligne per­me­t­tent même de faire le ménage.

Nous avons donc procédé de deux façons dif­férentes : notre pre­mier réflexe a été d’aller voir du côté des out­ils d’audit. Nous en avons sélec­tion­nés deux qui sont assez con­nus, Twit­ter­Au­dit et Spark­Toro.

Sur Twit­ter­Au­dit, le rap­port d’audit indique 4% de fol­low­ers bidons. À titre de com­para­i­son, il en est de même pour l’Ojim, 4%. D’autres tests don­nent des chiffres dépas­sant rarement les 6%, quel que soit le compte analysé (4% pour le pro­fesseur Didi­er Raoult, 5% pour « L’ataman du Point » Éti­enne Ger­nelle, 3% pour les Watch­ing Giants, 2% pour Olivi­er Bis­caye, etc…). La marge devient beau­coup plus élevée pour les comptes des grands péri­odiques, dont le nom­bre de fol­low­ers se chiffre à plusieurs mil­lions et qui pour cer­tains ont plus de dix ans d’existence).

Sur Spark­Toro, nous avons des résul­tats très dif­férents. L’analyse des fol­low­ers de @Conflits_FR nous donne 21,6% de fol­low­ers bidons (pour rap­pel, 4 mois d’existence, chiffres du 13/04/2020). Le même out­il donne, pour l’Ojim, 19,3% (8 ans d’existence, chiffres du 13/04/2020). Nous sommes donc à plus ou moins 20% dans les deux cas.

Quel crédit don­ner à ces chiffres ? Sont-ils fiables ? Qu’est-ce qui est con­sid­éré comme « fol­low­er bidon » d’un côté, et « vrai » de l’autre ? Cela sig­ni­fie-t-il un achat de fol­low­ers ? Pas néces­saire­ment (l’O­jim par exem­ple dépasse tout juste les 6.000 abon­nés sur Twit­ter). Dans l’un et l’autre cas, ce sont des algo­rithmes qui déter­mi­nent si tel pro­fil est classé comme « faux » ou pas (les critères sont par exem­ple la pho­to de pro­fil, l’URL, l’activité, etc…). L’écart est tel entre les deux out­ils qu’il nous sem­ble dif­fi­cile de nous baser sur l’un ou sur l’autre pour en déduire quoi que ce soit.

Faute de pou­voir exploiter le résul­tat d’audits générés automa­tique­ment, nous avons passé en revue “à la main” leurs fol­low­ers. Et c’est là que le bât blesse : une liste qua­si­ment inin­ter­rompue de pro­fils inco­hérents, très peu act­ifs (ou bien à inter­valles très irréguliers), retwee­t­ant des con­tenus dont les sujets n’ont aucun rap­port les uns avec les autres (foot­ball, Koh Lan­ta, Net­flix, Conflits_FR, foot­ball, Koh Lan­ta…), des biogra­phies absur­des, ce qui laisse pré­sumer de l’achat mas­sif de comptes. Nous avons posé la ques­tion de façon directe à notre inter­locu­teur de Conflits_FR (il n’a pas souhaité don­ner son nom, préférant sign­er “L’équipe Con­flits”) sur Twit­ter : il s’est défendu d’une telle pra­tique, « qu’il ne tolère ni n’adopte ». Soit.

Les ani­ma­teurs de Conflits_FR sem­blent avoir de grandes ambi­tions puisqu’ils sont aus­si sur Insta­gram (7 pho­tos, 4163 abon­nés au 13/04/2020 et cela con­tin­ue de croître à grande vitesse alors qu’il n’y a aucune mise à jour…, même genre de pro­fils abscons par­mi les fol­low­ers), YouTube (6 vidéos de 50 sec­on­des qui ne cassent pas des briques, 2000 abon­nés au 13/04/2020), ont lancé un appel aux dons et ont déposé les noms de domaine conflits.info et conflits.news. Les requêtes Who is sur ces noms de domaine ne per­me­t­tent pas d’en iden­ti­fi­er le pro­prié­taire, qui a soigneuse­ment organ­isé son anony­mat.

Con­flits (la revue, donc, gare à ne pas con­fon­dre), que nous avons égale­ment con­tac­tée, nous informe avoir demandé il y a plusieurs semaines aux ani­ma­teurs de Conflits_FR de bien vouloir chang­er de nom, leur expli­quant qu’ils ne pou­vaient exploiter un nom iden­tique au leur. Sans résul­tat apparem­ment, bien au con­traire.

Entre con­tre­façon de mar­que déposée, très prob­a­ble achat mas­sif de fol­low­ers sur leurs pro­fils soci­aux et course effrénée au buzz, sans par­ler de sérieux doutes quant à l’i­den­tité réelle des ani­ma­teurs de @Conflits_FR, voilà une rude entrée dans le web pour ce nou­veau venu !

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).