Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Statues blanches, France Culture pris en flagrant délit de fake news artistique

22 novembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Statues blanches, France Culture pris en flagrant délit de fake news artistique

Statues blanches, France Culture pris en flagrant délit de fake news artistique

France Culture confond purisme esthétique et « pureté » raciale, provoquant un buzz sur les réseaux sociaux. A l’origine de la polémique ? Une petite vidéo tellement orientée qu’elle pouvait passer pour une blague, mais ce n’était pas le cas. France Culture croit vraiment à son infox.

Le mar­di 19 novem­bre 2019, France Cul­ture a posé sa can­di­da­ture offi­cielle pour les Bobards d’or en dif­fu­sant un clip d’annonce d’émission sur les réseaux soci­aux, clip con­sacré à la blancheur des stat­ues de l’histoire de l’art de la civil­i­sa­tion européenne.

La sta­tion du groupe d’État Radio France sem­ble con­naître une évo­lu­tion vers un mil­i­tan­tisme de type « nous sommes le camp du Bien » auquel elle échap­pait en par­tie jusqu’alors. Ce que mon­tre le clip en ques­tion, mais aus­si et par exem­ple des pod­casts très ori­en­tés poli­tique­ment dont l’OJIM fait actuelle­ment l’analyse :

L’objectif de cette dernière série étant de « démon­tr­er » que le grand rem­place­ment serait à la fois une théorie et un « virus français ».

Mar­di 19 novem­bre, la visée est autre : l’art est con­sid­éré comme raciste et racial­iste depuis 2000 ans, la faute au chris­tian­isme en par­ti­c­uli­er, et même au-delà, dès la Rome antique. Le tout sous cou­vert de l’autorité de deux ou trois uni­ver­si­taires, dont Philippe Jock­ey, pro­fesseur à l’université de Nan­terre (pas de sur­prise).

Les propos du Jockey (sans cheval)

Les stat­ues antiques, avant tout les stat­ues grec­ques, « étaient tout sauf blanch­es ». Rien de bien neuf ni de choquant, quiconque s’intéressant à l’art et à son his­toire étant déjà infor­mé à ce pro­pos, ain­si que tout col­légien, nom­bre de stat­ues étaient peintes. Un point à not­er, ce même Jock­ey a déjà ten­té de faire polémique à ce pro­pos en 2013, son gogo médi­a­tique n’étant pas alors France Cul­ture mais 20 Min­utes, qui réper­cu­tait un ouvrage de l’universitaire. Qu’il lui ait fal­lu 6 ans pour par­venir à l’antenne mon­tre à quel point l’entrisme idéologique du post-colo­nial­isme de la gauche iden­ti­taire est main­tenant fort dans les uni­ver­sités français­es. En réal­ité, le mythe de la blancheur des stat­ues s’est écroulé depuis longtemps.

Pour France Cul­ture et son Jock­ey, la blancheur des stat­ues ne s’explique pas par des raisons artis­tiques ou esthé­tiques, ce qui est pour­tant le cas, mais par le racisme des européens de souche. L’auditeur entend ain­si ceci :

  • les stat­ues étaient col­orées, « pour­tant il n’y a aucune trace de cette cer­ti­tude his­torique, ni dans nos musées ni dans notre imag­i­naire. C’est le résul­tat de 2000 ans d’une his­toire réac­tion­naire qui place le blanc au cen­tre de ses valeurs et rejette l’impur, le bigar­ré, le métis­sage ». Autrement dit, un com­plot d’extrême droite raciste et supré­maciste blanc serait à l’oeuvre depuis… 2000 ans. C’est sur France Cul­ture que cela se dit.
  • Cette volon­té de blancheur est, dit-on, « la mar­que d’un rejet de l’autre ».
  • Un rejet act­if poli­tique­ment : « Le blanc devien­dra même un argu­ment poli­tique en 1830 quand la jeune nation grecque s’émancipe du joug ottoman et se puri­fie de ses couleurs vives ».
  • « Dans les années 30, l’idéologie de la blancheur se rad­i­calise encore quand l’écrivain Charles Mau­r­ras fait l’éloge de la blanche Athènes, posant ain­si un jalon dans l’exaltation antique reprise par les régimes fas­cistes et nazis ».
  • « On va de là appuy­er juste­ment le mythe de l’homme supérieur, de l’aryen, sur cette idéolo­gie blanche »

Chute du Jockey au premier obstacle

Ain­si pour France Cul­ture et son appren­ti Jock­ey, nous sommes sous le joug d’un racisme blanc per­ma­nent qui s’exprime dans l’art depuis 2000 ans et con­duit à Mau­r­ras qui, lui-même, con­duirait au fas­cisme et au nazisme, ce qui, con­cer­nant un Marté­gal (Mau­r­ras) ger­manophobe et anti­nazi de la pre­mière heure, touche au comique. Ceci dit, le, pod­cast de France Cul­ture l’affirme en con­clu­sion, nous sommes presque sauvés, ou en cours de l’être : « avec 1968, on com­mence à pren­dre en compte les couleurs grâce au grand retourne­ment cul­turel ».

Pour ceux qui ne com­pre­naient pas encore com­ment un être humain peut être endoc­triné, ni ce que pro­pa­gande veut dire, alors ce clip est un out­il d’apprentissage de haute volée. Comme la révo­lu­tion cul­turelle chi­noise vue avec les yeux de Sartre ou l’entrée des Khmers rouges à Phnom-Penh vue par Le Monde à la bonne époque. France Cul­ture, pau­vre cheval four­bu mon­té par un tel Jock­ey.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.