Accueil | Actualités | Médias | Comment LVMH prend ses marques au Parisien
Pub­lié le 18 mars 2016 | Éti­quettes : , , , , ,

Comment LVMH prend ses marques au Parisien

Le groupe de luxe, éditeur des Échos, prend exactement le contre-pied du précédent propriétaire du Parisien, les Éditions Amaury. Il détricote avec application la stratégie initiée par le directeur, Jean Hornain, qui quitte le quotidien.

Un an de réunions, de conciliabules, de tests balayés en quelques jours. Le projet de syndication du contenu du Parisien magazine, le supplément week-end du journal, auprès des autres titres de presse régionale, a été arrêté. Ces travaux, qui associaient La Dépêche du Midi, Sud-Ouest, La Montagne et La Nouvelle république du Centre ouest, devaient leur permettre de lancer leur propre hebdomadaire grâce au contenu national du Parisien magazine. Une idée séduisante sur le papier. LVMH l'a jugée non viable économiquement, compte tenu de la récession publicitaire qui frappe la presse depuis 2010.

Le PDG des Échos, Francis Morel, qui cornaque dans l'intérim Le Parisien, veut traiter en priorité le chantier majeur du journal : sa rénovation. Le fait qu'elle ait trop tardé, alors que les ventes baissent de 5% par an (215 000 exemplaires), a probablement coûté son poste au précédent directeur. Jean Hornain, comme son supérieur de l'époque l'ex directeur général d'Amaury, Philippe Carli, ne croyaient plus vraiment à l'avenir du papier. Ils ont poussé la famille Amaury à investir massivement sur le numérique, sans résultats réellement probants. Les recettes digitales - quelques millions d'euros - restent encore marginales au Parisien. Le nouveau propriétaire souhaite lui remettre le print au centre du jeu. Les éditions départementales verront ainsi leur pagination renforcée de 30%. LVMH compte par ce biais capter de nouveaux gisements de lecteurs en misant sur l'amélioration de l'offre de proximité. La formule du journal sera par ailleurs rénovée. Au global, Le Parisien vise un gain de 3000 à 5000 exemplaires par jour grâce à ces développements.

Avec une certaine habileté, "l'ennemi de classe" Bernard Arnault, patron de LVMH réussit même à se faire presqu'applaudir par les syndicats du Parisien, d'habitude hostiles. Les éditions régionales devraient ainsi se voir affectées une quinzaine de journalistes supplémentaires, recrutés à l'extérieur pour la plupart. Voilà des années que le quotidien d'Île-de-France était plus habitué aux plans sociaux qu'aux embauches.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This