L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment LVMH prend ses marques au Parisien

18 mars 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment LVMH prend ses marques au Parisien

Comment LVMH prend ses marques au Parisien

18 mars 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Le groupe de luxe, éditeur des Échos, prend exactement le contre-pied du précédent propriétaire du Parisien, les Éditions Amaury. Il détricote avec application la stratégie initiée par le directeur, Jean Hornain, qui quitte le quotidien.

Un an de réu­nions, de con­cil­i­ab­ules, de tests bal­ayés en quelques jours. Le pro­jet de syn­di­ca­tion du con­tenu du Parisien mag­a­zine, le sup­plé­ment week-end du jour­nal, auprès des autres titres de presse régionale, a été arrêté. Ces travaux, qui asso­ci­aient La Dépêche du Midi, Sud-Ouest, La Mon­tagne et La Nou­velle république du Cen­tre ouest, devaient leur per­me­t­tre de lancer leur pro­pre heb­do­madaire grâce au con­tenu nation­al du Parisien mag­a­zine. Une idée séduisante sur le papi­er. LVMH l’a jugée non viable économique­ment, compte tenu de la réces­sion pub­lic­i­taire qui frappe la presse depuis 2010.

Le PDG des Échos, Fran­cis Morel, qui cor­naque dans l’in­térim Le Parisien, veut traiter en pri­or­ité le chantier majeur du jour­nal : sa réno­va­tion. Le fait qu’elle ait trop tardé, alors que les ventes bais­sent de 5% par an (215 000 exem­plaires), a prob­a­ble­ment coûté son poste au précé­dent directeur. Jean Hor­nain, comme son supérieur de l’époque l’ex directeur général d’A­mau­ry, Philippe Car­li, ne croy­aient plus vrai­ment à l’avenir du papi­er. Ils ont poussé la famille Amau­ry à inve­stir mas­sive­ment sur le numérique, sans résul­tats réelle­ment probants. Les recettes dig­i­tales — quelques mil­lions d’eu­ros — restent encore mar­ginales au Parisien. Le nou­veau pro­prié­taire souhaite lui remet­tre le print au cen­tre du jeu. Les édi­tions départe­men­tales ver­ront ain­si leur pag­i­na­tion ren­for­cée de 30%. LVMH compte par ce biais capter de nou­veaux gise­ments de lecteurs en mis­ant sur l’amélio­ra­tion de l’of­fre de prox­im­ité. La for­mule du jour­nal sera par ailleurs rénovée. Au glob­al, Le Parisien vise un gain de 3000 à 5000 exem­plaires par jour grâce à ces développements.

Avec une cer­taine habileté, “l’en­ne­mi de classe” Bernard Arnault, patron de LVMH réus­sit même à se faire presqu’ap­plaudir par les syn­di­cats du Parisien, d’habi­tude hos­tiles. Les édi­tions régionales devraient ain­si se voir affec­tées une quin­zaine de jour­nal­istes sup­plé­men­taires, recrutés à l’ex­térieur pour la plu­part. Voilà des années que le quo­ti­di­en d’Île-de-France était plus habitué aux plans soci­aux qu’aux embauches.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés