Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari
Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari

4 juin 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari

Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari

Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari

Montrer ses jambes et ses talons aiguilles, avec quatre autres « bourgeoises médiatiques », sur une chaîne de la TNT ne suffit pas pour obtenir une carte de presse. Ce n’est pas nous qui le disons, mais la très sérieuse CCIJP, la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels…

Cette instance, com­posée, à par­ité de jour­nal­istes et de patrons de presse, con­sid­ère, en effet, le Grand 8, comme une émis­sion de diver­tisse­ment et non comme une émis­sion d’in­for­ma­tion. D’ailleurs, Audrey Pul­var, elle aus­si, mem­bre de la « bande de filles » dont « les aspérités réu­nies font des étin­celles », selon la présen­ta­tion offi­cielle de l’émis­sion, avait pris les devants en ne deman­dant pas le renou­velle­ment de sa pré­cieuse carte, la qual­i­fi­ant même de « rec­tan­gle de plas­tique ». Si, dans un tweet, Lau­rence Fer­rari a « préféré rire » de ce refus qu’elle con­sid­ère comme une « aber­ra­tion », il n’en demeure pas moins qu’il s’ag­it d’un coup dur pour la jolie blonde.

Invitée du Petit Jour­nal de Yann Barthès, elle a préféré rel­a­tivis­er : « ce n’est pas très grave pour moi. Je suis, je reste jour­nal­iste. Je n’ai pas besoin de cette petite carte là pour me le dire. […] Mes états de ser­vice par­lent pour moi ». Esti­mant cepen­dant la déci­sion injuste pour ses col­lab­o­ra­teurs qui « font du jour­nal­isme », elle annonçait que ces derniers feraient donc appel de cette déci­sion. Quant à elle, elle avouait qu’elle n’en­gagerait pas la même démarche, sans en expli­quer la raison.

Mais trois jours plus tard, on aura la réponse. Lau­rence Fer­rari annonçait, en effet, dans un entre­tien au Parisien, qu’elle ani­merait, à par­tir de sep­tem­bre prochain, la tranche d’in­fo 18h–19h30 sur i>Télé. Selon le quo­ti­di­en, l’an­i­ma­trice-jour­nal­iste « devrait recevoir un ou deux invités, qu’elle cuisin­era ». Pour L’Ex­press, le recrute­ment de l’an­ci­enne présen­ta­trice du 20 heures de TF1 « trot­tait dans les têtes des dirigeants de la chaîne tout-info du groupe Canal+ qui cherchent de longue date à incar­n­er plus solide­ment leur antenne ». L’ob­jec­tif, claire­ment affiché, est de con­cur­rencer « la toute puis­sante » BFM TV.

On ne sait pas si cet objec­tif sera tenu. Mais ce que l’on sait, en revanche, c’est que, sans aucun doute, cette nou­velle émis­sion per­me­t­tra à Lau­rence Fer­rari de récupér­er sa pré­cieuse carte de presse, sans faire appel auprès de la CCIJP…

Source : L’Ex­press — crédit pho­to : L’Ob­ser­va­toire des [Médias] (DR) via Youtube

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.