Accueil | Actualités | Médias | Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari
Pub­lié le 4 juin 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Carte de presse : les tribulations de Laurence Ferrari

Montrer ses jambes et ses talons aiguilles, avec quatre autres « bourgeoises médiatiques », sur une chaîne de la TNT ne suffit pas pour obtenir une carte de presse. Ce n'est pas nous qui le disons, mais la très sérieuse CCIJP, la commission de la carte d'identité des journalistes professionnels...

Cette instance, composée, à parité de journalistes et de patrons de presse, considère, en effet, le Grand 8, comme une émission de divertissement et non comme une émission d'information. D'ailleurs, Audrey Pulvar, elle aussi, membre de la « bande de filles » dont « les aspérités réunies font des étincelles », selon la présentation officielle de l'émission, avait pris les devants en ne demandant pas le renouvellement de sa précieuse carte, la qualifiant même de « rectangle de plastique ». Si, dans un tweet, Laurence Ferrari a « préféré rire » de ce refus qu'elle considère comme une « aberration », il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'un coup dur pour la jolie blonde.

Invitée du Petit Journal de Yann Barthès, elle a préféré relativiser : « ce n'est pas très grave pour moi. Je suis, je reste journaliste. Je n'ai pas besoin de cette petite carte là pour me le dire. [...] Mes états de service parlent pour moi ». Estimant cependant la décision injuste pour ses collaborateurs qui « font du journalisme », elle annonçait que ces derniers feraient donc appel de cette décision. Quant à elle, elle avouait qu'elle n'engagerait pas la même démarche, sans en expliquer la raison.

Mais trois jours plus tard, on aura la réponse. Laurence Ferrari annonçait, en effet, dans un entretien au Parisien, qu'elle animerait, à partir de septembre prochain, la tranche d'info 18h–19h30 sur i>Télé. Selon le quotidien, l'animatrice-journaliste « devrait recevoir un ou deux invités, qu’elle cuisinera ». Pour L'Express, le recrutement de l'ancienne présentatrice du 20 heures de TF1 « trottait dans les têtes des dirigeants de la chaîne tout-info du groupe Canal+ qui cherchent de longue date à incarner plus solidement leur antenne ». L'objectif, clairement affiché, est de concurrencer « la toute puissante » BFM TV.

On ne sait pas si cet objectif sera tenu. Mais ce que l'on sait, en revanche, c'est que, sans aucun doute, cette nouvelle émission permettra à Laurence Ferrari de récupérer sa précieuse carte de presse, sans faire appel auprès de la CCIJP...

Source : L'Express - crédit photo : L'Observatoire des [Médias] (DR) via Youtube

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux