Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Grosse déception pour le Groupe Canal+ : ses « bourgeoises médiatiques » surpayées ne parviennent pas à attirer le téléspectateur. Par exemple, « Le Grand 8 » ne cesse de voir son audience baisser depuis son lancement le 8 octobre. Mardi, l’émission « 100% girl power », a séduit seulement 91 000 fidèles, soit 0,7% de part d’audience (PDA). Depuis, on serait descendu aux alentours des 80 000. Bref, à des années lumières des 4% visés par la direction du Groupe Canal+ en 2015 !

La première du « Grand 8 » avait attiré 240 000 téléspectateurs, soit 1,9% des quatre ans et plus et 2,1% des ménagères de moins de cinquante ans. Effet curiosité, conséquence d’un matraquage publicitaire à 3,1 millions d’euros sans compter la promo maison (Canal+, I>télé, etc.)… pour tout juste égaler les performances de la série Papa Schultz un an plus tôt sur la défunte Direct 8 !

Il faut dire que regarder « cinq bourgeoises médiatiques (Laurence Ferrari, Roselyne Bachelot, Audrey Pulvar, Élisabeth Bost et Hapsatou Sy, ndlr) faire semblant de ressembler à la femme au foyer » n’a rien de passionnant (elles sont toutes d’accord sur presque tout, le plateau est froid…) et donne même parfois envie de casser sa télévision.

Quant à « La matinale d’Ariane Massenet », sur Canal++, elle est passée de 190 000 fidèles (4,5% de PDA) l’an dernier à 147 000 (3,6%).