Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette
Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

19 octobre 2012

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Grosse décep­tion pour le Groupe Canal+ : ses « bour­geois­es médi­a­tiques » sur­payées ne parvi­en­nent pas à attir­er le téléspec­ta­teur. Par exem­ple, « Le Grand 8 » ne cesse de voir son audi­ence baiss­er depuis son lance­ment le 8 octo­bre. Mar­di, l’émission « 100% girl pow­er », a séduit seule­ment 91 000 fidèles, soit 0,7% de part d’au­di­ence (PDA). Depuis, on serait descen­du aux alen­tours des 80 000. Bref, à des années lumières des 4% visés par la direc­tion du Groupe Canal en 2015 !

La pre­mière du « Grand 8 » avait attiré 240 000 téléspec­ta­teurs, soit 1,9% des qua­tre ans et plus et 2,1% des ménagères de moins de cinquante ans. Effet curiosité, con­séquence d’un matraquage pub­lic­i­taire à 3,1 mil­lions d’eu­ros sans compter la pro­mo mai­son (Canal, I>télé, etc.)… pour tout juste égaler les per­for­mances de la série Papa Schultz un an plus tôt sur la défunte Direct 8 !

Il faut dire que regarder « cinq bour­geois­es médi­a­tiques (Lau­rence Fer­rari, Rose­lyne Bach­e­lot, Audrey Pul­var, Élis­a­beth Bost et Hap­satou Sy, ndlr) faire sem­blant de ressem­bler à la femme au foy­er » n’a rien de pas­sion­nant (elles sont toutes d’ac­cord sur presque tout, le plateau est froid…) et donne même par­fois envie de cass­er sa télévi­sion.

Quant à « La mati­nale d’Ar­i­ane Massenet », sur Canal+, elle est passée de 190 000 fidèles (4,5% de PDA) l’an dernier à 147 000 (3,6%).

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.