Accueil | Actualités | Médias | Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

Grosse déception pour le Groupe Canal+ : ses « bourgeoises médiatiques » surpayées ne parviennent pas à attirer le téléspectateur. Par exemple, « Le Grand 8 » ne cesse de voir son audience baisser depuis son lancement le 8 octobre. Mardi, l’émission « 100% girl power », a séduit seulement 91 000 fidèles, soit 0,7% de part d'audience (PDA). Depuis, on serait descendu aux alentours des 80 000. Bref, à des années lumières des 4% visés par la direction du Groupe Canal en 2015 !

La première du « Grand 8 » avait attiré 240 000 téléspectateurs, soit 1,9% des quatre ans et plus et 2,1% des ménagères de moins de cinquante ans. Effet curiosité, conséquence d'un matraquage publicitaire à 3,1 millions d'euros sans compter la promo maison (Canal, I>télé, etc.)... pour tout juste égaler les performances de la série Papa Schultz un an plus tôt sur la défunte Direct 8 !

Il faut dire que regarder « cinq bourgeoises médiatiques (Laurence Ferrari, Roselyne Bachelot, Audrey Pulvar, Élisabeth Bost et Hapsatou Sy, ndlr) faire semblant de ressembler à la femme au foyer » n'a rien de passionnant (elles sont toutes d'accord sur presque tout, le plateau est froid...) et donne même parfois envie de casser sa télévision.

Quant à « La matinale d'Ariane Massenet », sur Canal+, elle est passée de 190 000 fidèles (4,5% de PDA) l'an dernier à 147 000 (3,6%).

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This