Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Cabinet noir : Valeurs Actuelles de nouveau attaqué

5 novembre 2013

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Cabinet noir : Valeurs Actuelles de nouveau attaqué

Cabinet noir : Valeurs Actuelles de nouveau attaqué

Valeurs Actuelles met-il le doigt là où ça fait mal ? Depuis sa nouvelle formule, qui a entrainé une forte progression de ses ventes, l’hebdomadaire de droite libérale n’en finit plus d’attirer à lui les attaques des médias comme de la classe politique.

Le cabinet noir de l’Élysée

Après ses Unes choc sur l’immigration et les Roms, qui ont fait un petit scan­dale, Valeurs Actuelles révèle cette semaine l’existence d’un « cab­i­net noir » à l’Élysée. Ce cab­i­net, piloté en sous-marin par la Prési­dence, serait chargé d’alimenter les pour­suites judi­ci­aires con­tre Nico­las Sarkozy en fouil­lant – illé­gale­ment selon VA – les archives de l’ancien prési­dent. Pour appuy­er ses dires, le mag­a­zine dirigé par Yves de Ker­drel pub­lie les déc­la­ra­tions exclu­sives de Bernard Muenkel, ancien chef du ser­vice trans­mis­sions et infor­ma­tique de l’Élysée. Celui-ci explique com­ment il a été mis au plac­ard après avoir refusé de délivr­er illé­gale­ment des infor­ma­tions au com­man­dant mil­i­taire de l’Élysée, Éric Bio-Fari­na.

Démenti de l’Élysée

Les affir­ma­tions de l’hebdomadaire sont aus­sitôt démen­ties par l’Élysée, qui affirme avoir agi « dans le strict respect du droit » par rap­port à trois réqui­si­tions judi­ci­aires : l’une con­cer­nant l’affaire Tapie, l’autre au sujet de la fusion entre les Caiss­es d’Épargne et la Banque Pop­u­laire ; la dernière demande a été faite par le Con­seil Con­sti­tu­tion­nel à pro­pos des comptes de cam­pagne de Nico­las Sarkozy. « La prési­dence de la République n’a fait qu’exé­cuter les réqui­si­tions adressées par les juges d’in­struc­tion », ajoute le Palais. Une infor­ma­tion vite relayée par les médias, qui n’ont pas hésité à con­tester l’article de VA en ne faisant que repren­dre le démen­ti de l’Élysée.

Les médias reprennent en cœur

C’est Emmanuel Berret­ta, jour­nal­iste au Point, qui a dégainé le pre­mier. Dans son arti­cle, il qual­i­fie les révéla­tions de Valeurs Actuelles de « faux-scoop ». Pour lui, il n’y a aucun scan­dale car « ne pas défér­er à une injonc­tion de la jus­tice est une faute ». Et celui-ci d’ajouter, en pure spécu­la­tion : « Pense-t-on sérieuse­ment que Nico­las Sarkozy est assez bête pour laiss­er, dans ses pro­pres archives infor­ma­tiques — celles qu’il a lui-même con­fiées aux Archives nationales — des traces com­pro­met­tantes de ces agisse­ments sup­posés ? »

Aus­si, Berret­ta ne voit pas de prob­lème con­cer­nant la divul­ga­tion du « fichi­er des loges », reg­istre des entrées et sor­ties de l’Élysée qui n’aurait pas dû être con­servé. Si la Prési­dence se jus­ti­fie en affir­mant que ces fichiers n’ont jamais été détru­its depuis 1981, leur pos­ses­sion et util­i­sa­tion est bien illé­gale. Pour preuve : Éric Bio-Fari­na lui-même le recon­naît dans un cour­riel interne repris par VA. « Légale­ment, nous ne sommes pas dans la loi, même en ayant fait la déc­la­ra­tion à la CNIL », peut-on y lire.

Le Monde s’est égale­ment chargé de descen­dre l’hebdomadaire en affir­mant que « la jus­tice a légale­ment exigé de l’Élysée des archives de Nico­las Sarkozy ». Et le quo­ti­di­en de rap­pel­er, au sujet du fichi­er des loges, l’ar­ti­cle 99–3 du code de procé­dure pénale qui dis­pose en effet qu’un juge « peut requérir (……) de toute admin­is­tra­tion publique sus­cep­ti­ble de détenir des doc­u­ments intéres­sant l’in­struc­tion, y com­pris ceux issus d’un système infor­ma­tique (……), de lui remet­tre ces doc­u­ments, sans que puisse lui être opposée, sans motif légitime, l’oblig­a­tion au secret pro­fes­sion­nel ». Mais lorsque ces mêmes archives sont cen­sées être détru­ites, est-ce légal de les con­serv­er et de les utilis­er ? Le Monde, comme d’autres, ne se pose même pas la ques­tion, se con­tentant de repren­dre le démen­ti offi­ciel de l’Élysée. Est-ce par ce que le jour­nal du soir a lui-même prof­ité de ces fichiers lors de l’affaire Tapie ?

Arrêt sur Images revient aux faits

Seul Arrêt sur images a fait le tra­vail. Dans un arti­cle pub­lié le jour de la paru­tion de l’hebdomadaire, le site de Daniel Schnei­der­mann rap­pelle quelques sujets occultés par les autres médias : un disque dur qui n’a pas été remis aux archives, tout comme le fichi­er des loges, ou encore le blocage par Bio-Fari­na des car­tons d’archives de Claude Guéant, ex secré­taire général de la Prési­dence de la République puis min­istre de l’Intérieur. Des infor­ma­tions qui n’ont pas l’air d’intéresser Le Point. Pourquoi ? L’hebdomadaire avait pub­lié en exclu­siv­ité, en juin dernier, un cour­riel interne qui « com­pro­met Claude Guéant ». Un cour­riel qui, selon VA, serait mys­térieuse­ment sor­ti des car­tons de Claude Guéant au prof­it du Point

Mal­gré son tra­vail plus appro­fon­di, Arrêt sur Images garde ses dis­tances. Si le site accuse les autres médias d’avoir pris l’information de Valeurs Actuelles « avec des pincettes », celui-ci n’a pas man­qué de l’évoquer en se bouchant le nez (« heb­do­madaire anti-Rom » par-ci, « ultra-droite » par-là…).

VA victime de son succès ?

Au regard de cet acharne­ment médi­a­tique à l’égard de Valeurs Actuelles, il est intéres­sant de se deman­der si l’hebdomadaire ne ferait pas des jaloux. Si cer­tains, comme Le Monde ou Medi­a­part, s’opposent à lui par pur con­flit idéologique, d’autres comme Le Point auraient tout intérêt à frein­er ce dan­gereux con­cur­rent. D’où, peut-être, l’article dén­i­grant d’Emmanuel Berret­ta – qui s’est ensuite livré à une joute ver­bale avec Yves de Ker­drel sur Twit­ter. Con­tac­té par l’Ojim, le jour­nal­iste qui a rédigé le dossier sur le « cab­i­net noir » main­tient ses affir­ma­tions et nous informe de la paru­tion prochaine d’un nou­v­el arti­cle sur le sujet.

Si cet exem­ple le démon­tre, les réac­tions que provo­quent cha­cune des paru­tions de l’hebdomadaire sont égale­ment un indi­ca­teur plutôt par­lant. Les ventes en kiosque ont en effet aug­men­té de 37 % et les abon­nements de 8 % au début de l’année – par rap­port à la même péri­ode l’année précé­dente. De quoi cham­bouler le paysage de la presse papi­er… En s’attaquant ain­si frontale­ment à la prési­dence social­iste et aux sujets qui préoc­cu­pent le pays réel, Valeurs Actuelles sem­ble sur la voie du suc­cès. Un chemin qui ne sera pas sans embuch­es…

Voir aussi : Yves de Kerdrel, portrait

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision