Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ça tangue à Marianne

17 octobre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ça tangue à Marianne

Ça tangue à Marianne

17 octobre 2016

Temps de lecture : 2 minutes

L’hebdomadaire Marianne ne va pas fort. Après une première crise en 2013 qui avait vu le départ de Maurice Szafran comme PDG remplacé par l’actionnaire majoritaire (57%) Yves de Chaisemartin les ventes ont continué à s’effriter (moins de 150000 exemplaires ces derniers mois) et les pertes récentes – non encore publiées à ce jour – à s’accumuler voire à s’accroître.

C’est dans ce con­texte que Renaud Dély (surnom­mé délit d’opinion) a été nom­mé récem­ment à la tête de la rédac­tion sup­plan­tant Joseph Macé-Scaron exilé au-delà de la page 40 du jour­nal alors que Dély signe l’éditorial en tête de gon­do­le. La venue d’une per­son­nal­ité aus­si fade et poli­tique­ment cor­recte pou­vait éton­ner dans un jour­nal qui avait con­nu une veine pop­uliste (et d’excellentes ventes) sous la direc­tion de Jean-François Kahn. Encore plus étrange l’arrivée de Car­o­line Fourest menteuse pro­fes­sion­nelle comme édi­to­ri­al­iste provo­quant la con­ster­na­tion silen­cieuse d’une grande par­tie de la rédac­tion.

Les rédac­teurs devaient déjà sup­port­er depuis le début 2016 un nou­veau chroniqueur ciné­ma en la per­son­ne de Gré­goire Cher­tok ban­quier asso­cié chez Roth­schild et Cie, proche de Jean-François Copé, des Répub­li­cains et ami d’Alain Minc. Cette venue s’expliquant peut-être par une volon­té « d’accommodement » vis à vis des ban­ques comme le craint la société des rédac­teurs de Mar­i­anne dans un com­mu­niqué pub­lié le 17 octobre:

« La société des rédac­teurs de Mar­i­anne a appris avec stupé­fac­tion la cen­sure dont fai­sait l’objet, dans les pages Culture/Idées du jour­nal, le dernier film de Bertrand Tav­ernier, com­pagnon de route de Mar­i­anne depuis de longues années. Cette cen­sure découle de pro­pos privés tenus par Bertrand Tav­ernier relat­ifs à la présence dans Mar­i­anne d’une chronique de cri­tique ciné­matographique con­fiée au ban­quier Gré­goire Cher­tok, asso­cié-gérant et mem­bre du comité exé­cu­tif de Roth­schild & Cie.
La société des rédac­teurs de Mar­i­anne et les représen­tants des salariés au comité d’entreprise avaient for­mulé le même éton­nement lors de l’apparition de cette chronique en jan­vi­er 2016. La réponse de la direc­tion générale van­tant la cinéphilie de Gré­goire Cher­tok n’avait con­va­in­cu personne.
Cet inci­dent fait douloureuse­ment écho aux déc­la­ra­tions de Frédérick Cassegrain, directeur général et directeur de la pub­li­ca­tion de Mar­i­anne, lors du comité d’entreprise extra­or­di­naire du 30 juin 2016, con­cer­nant les arti­cles parus dans Mar­i­anne « à l’encontre des ban­ques ». Arti­cles qui, à l’en croire, obér­eraient les dis­cus­sions entre la direc­tion générale du jour­nal et les étab­lisse­ments ban­caires dans le cadre de leurs rela­tions commerciales.
La société des rédac­teurs de Mar­i­anne réaf­firme que l’indépendance édi­to­ri­ale est le bien le plus pré­cieux de ce jour­nal et con­damne toute forme de cen­sure. Elle déplore que Renaud Dély, directeur de la rédac­tion de Mar­i­anne, n’ait pas été infor­mé de ce boy­cott et se réjouit qu’il ait pris les mesures adéquates pour y met­tre un terme. »

Le bureau de la SRM
Arnaud Bouillin, Per­rine Cher­chève, Math­ias Destal, Gaëlle Gauducheau, Marie Huret

Pau­vre Mar­i­anne jadis irrévéren­cieuse, inci­sive, joyeuse réduite à une chronique ciné­matographique rel­e­vant plus du domaine financier que de la sphère artistique…

Voir aussi

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés