Accueil | Actualités | Médias | « Fourest la menteuse » chez Marianne : l’annonce d’un naufrage ?
Pub­lié le 14 septembre 2016 | Éti­quettes : , , , ,

« Fourest la menteuse » chez Marianne : l’annonce d’un naufrage ?

Le grand public connaît l’amour compulsif de Julien Dray pour les montres de prix, les connaisseurs des médias connaissent l’amour compulsif de Caroline Fourest pour les histoires abracadabrantes sorties de sa fertile imagination de militante LGBT tendance néo-conservatrice.

Sa carrière offre une merveille d’approximations journalistiques, d’inventions pures et simples comme celle qui lui a valu une remontrance du CSA après une intervention en direct sur France Culture révélant au public horrifié que dans le Donbass les paramilitaires russes arrachaient au couteau les yeux de leurs prisonniers ukrainiens, un fantasme certainement apprécié au Département d’État américain.

Celle que Pascal Boniface considérait en 2011 comme le « triomphe médiatique des experts en mensonge », celle que Pierre Tevanian décrit comme « fameuse pour sa remarquable capacité de mensonge », celle que Marc Godin dans Bakchich de janvier 2014 définissait comme « commissaire du peuple et flic de la pensée » a intégré la rédaction de Marianne comme éditorialiste dans le numéro du 9 septembre 2016. Et sous un titre involontairement comique « La guerre, c’est du sérieux ».

Est-ce Renaud Dély (surnommé « délit d’opinion » par certaines mauvaises langues), lequel signe désormais l’éditorial ouvrant le magazine, qui l’a fait venir pour mieux écarter Joseph Macé-Scaron (relégué en page 47) en remplaçant une icône gay par une autre ? Ou le patron Chaisemartin organisant avec gourmandise des luttes internes pour mieux les arbitrer ? D’après nos informations, la rédaction hésite entre résignation et indignation silencieuse tant la situation de Marianne est fragilisée par les luttes de pouvoir et une ligne politique brouillonne où le lecteur se perd volontiers.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux