Accueil | Actualités | Médias | « Fourest la menteuse » chez Marianne : l’annonce d’un naufrage ?
Pub­lié le 14 septembre 2016 | Éti­quettes : , , , ,

« Fourest la menteuse » chez Marianne : l’annonce d’un naufrage ?

Le grand public connaît l’amour compulsif de Julien Dray pour les montres de prix, les connaisseurs des médias connaissent l’amour compulsif de Caroline Fourest pour les histoires abracadabrantes sorties de sa fertile imagination de militante LGBT tendance néo-conservatrice.

Sa carrière offre une merveille d’approximations journalistiques, d’inventions pures et simples comme celle qui lui a valu une remontrance du CSA après une intervention en direct sur France Culture révélant au public horrifié que dans le Donbass les paramilitaires russes arrachaient au couteau les yeux de leurs prisonniers ukrainiens, un fantasme certainement apprécié au Département d’État américain.

Celle que Pascal Boniface considérait en 2011 comme le « triomphe médiatique des experts en mensonge », celle que Pierre Tevanian décrit comme « fameuse pour sa remarquable capacité de mensonge », celle que Marc Godin dans Bakchich de janvier 2014 définissait comme « commissaire du peuple et flic de la pensée » a intégré la rédaction de Marianne comme éditorialiste dans le numéro du 9 septembre 2016. Et sous un titre involontairement comique « La guerre, c’est du sérieux ».

Est-ce Renaud Dély (surnommé « délit d’opinion » par certaines mauvaises langues), lequel signe désormais l’éditorial ouvrant le magazine, qui l’a fait venir pour mieux écarter Joseph Macé-Scaron (relégué en page 47) en remplaçant une icône gay par une autre ? Ou le patron Chaisemartin organisant avec gourmandise des luttes internes pour mieux les arbitrer ? D’après nos informations, la rédaction hésite entre résignation et indignation silencieuse tant la situation de Marianne est fragilisée par les luttes de pouvoir et une ligne politique brouillonne où le lecteur se perd volontiers.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

35% récolté
Nous avons récolté 700€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store