Accueil | Actualités | Médias | « Fourest la menteuse » chez Marianne : l’annonce d’un naufrage ?
Pub­lié le 14 septembre 2016 | Éti­quettes : , , , ,

« Fourest la menteuse » chez Marianne : l’annonce d’un naufrage ?

Le grand public connaît l’amour compulsif de Julien Dray pour les montres de prix, les connaisseurs des médias connaissent l’amour compulsif de Caroline Fourest pour les histoires abracadabrantes sorties de sa fertile imagination de militante LGBT tendance néo-conservatrice.

Sa carrière offre une merveille d’approximations journalistiques, d’inventions pures et simples comme celle qui lui a valu une remontrance du CSA après une intervention en direct sur France Culture révélant au public horrifié que dans le Donbass les paramilitaires russes arrachaient au couteau les yeux de leurs prisonniers ukrainiens, un fantasme certainement apprécié au Département d’État américain.

Celle que Pascal Boniface considérait en 2011 comme le « triomphe médiatique des experts en mensonge », celle que Pierre Tevanian décrit comme « fameuse pour sa remarquable capacité de mensonge », celle que Marc Godin dans Bakchich de janvier 2014 définissait comme « commissaire du peuple et flic de la pensée » a intégré la rédaction de Marianne comme éditorialiste dans le numéro du 9 septembre 2016. Et sous un titre involontairement comique « La guerre, c’est du sérieux ».

Est-ce Renaud Dély (surnommé « délit d’opinion » par certaines mauvaises langues), lequel signe désormais l’éditorial ouvrant le magazine, qui l’a fait venir pour mieux écarter Joseph Macé-Scaron (relégué en page 47) en remplaçant une icône gay par une autre ? Ou le patron Chaisemartin organisant avec gourmandise des luttes internes pour mieux les arbitrer ? D’après nos informations, la rédaction hésite entre résignation et indignation silencieuse tant la situation de Marianne est fragilisée par les luttes de pouvoir et une ligne politique brouillonne où le lecteur se perd volontiers.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This