Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook 2018, beaucoup de problèmes et encore plus de censure

16 janvier 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook 2018, beaucoup de problèmes et encore plus de censure

Facebook 2018, beaucoup de problèmes et encore plus de censure

Le 20 décembre 2018, le site américain Buzzfeed a passé en revue les différents problèmes ou scandales qui ont touché Facebook l’an passé. Trente et un au total, vol de données via Cambridge analytica, auditions au Congrès américain et au Parlement européen, départ du fondateur de WhattsApp Jan Koum, chute brutale du cours de l’action à l’été, évasions massives de données personnelles d’utilisateurs, fronde des employés etc. La réponse du réseau social : plus de contrôle (lisez censure) sur les contenus.

Devinette : combien de censeurs sont ils employés par Facebook ?

Le réseau les appelle des « mod­éra­teurs », ils sont par­fois employés directe­ment mais le plus sou­vent exter­nal­isés auprès de sociétés spé­cial­isées comme CCC (Com­pe­tence Call Cen­ter) qui dis­pose de 22 bureaux en Europe dont aux moins deux sont exclu­sive­ment dédiés à cette activ­ité, ce qui ne veut pas dire que d’autres n’y con­courent pas égale­ment. Un reportage du Monde du 13 décem­bre 2018 fût effec­tué dans le cen­tre de Barcelone dans des con­di­tions dra­coni­ennes. Pas de pho­tos, les ordi­na­teurs des employés en veille lors de la vis­ite, 15 min­utes pour un entre­tien sous con­trôle. Le cen­tre cata­lan compte 800 per­son­nes à plein temps .

Venons en à la devinette. Début 2017 le réseau annonçait 3.500 mod­éra­teurs ? Et fin 2018 ? Le dou­ble ? Trois fois plus ? Six fois plus ? Vous avez per­du ! Même si Face­book refuse de don­ner le chiffre exact, il annonce fière­ment autour de 30.000 con­trôleurs de l’information sur le réseau. Avec objec­tifs chiffrés, temps de con­trôle à la sec­onde, plus de 2 mil­lions de posts exam­inés par jour. Si les jus­ti­fi­ca­tions des con­trôles sont la lutte con­tre le ter­ror­isme ou la pédophilie, le désir de con­trôle poli­tique est omniprésent.

En France une alliance inédite Macron/Facebook

Nous vous en par­lions en novem­bre 2018. Le 12 novem­bre 2018, le Emman­nuel Macron annonçait au Forum sur la gou­ver­nance de l’Internet le lance­ment d’un groupe de tra­vail État français/Facebook con­tre « les dis­cours de haine ».

Nous citons une par­tie de notre arti­cle :

« Cette « expéri­ence pilote pour six mois » per­me­t­tra en théorie aux agents de l’État d’avoir accès aux méth­odes de Face­book. Et qui sait à une par­tie juteuse de ses pré­cieuses bases de don­nées aux­quelles déjà la CIA et la NSA peu­vent accéder sur sim­ple demande d’un juge améri­cain. Oubliez la con­fi­den­tial­ité de vos don­nées, elle n’existait que peu de toutes façons, le réseau social se faisant piller régulière­ment, elle sera réduite à bien peu lorsque la Dil­crah, la délé­ga­tion inter­min­istérielle con­tre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGBT (vous pou­vez com­pléter la liste) met­tra son grand nez dans vos comptes sur le réseau social. »

Les déboires du gou­verne­ment Macron/Philippe avec les gilets jaunes ne pour­ront qu’encourager les deux par­ties à col­la­bor­er plus active­ment. Face­book – attaqué de partout pour éva­sion fis­cale mas­sive – se refait une beauté poli­tique et morale et les autorités français­es vont pou­voir met­tre en pra­tique la loi « anti-fake news/infox » votée fin 2018.

De manière qua­si naïve et char­mante un arti­cle du Monde (mer­cre­di 14 novem­bre 2018) note :

« Plus large­ment, Emmanuel Macron cherche à mon­tr­er qu’il n’est pas inac­t­if face aux géants du numérique, dans la per­spec­tive des élec­tions européennes de mai 2019 » (sic).

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.