Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le cinéma lave plus racisé
Le cinéma lave plus racisé

4 mai 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le cinéma lave plus racisé

Le cinéma lave plus racisé

Le cinéma lave plus racisé

La culture de l’effacement européen ne sévit pas que dans les médias, comme le montre l’exemple du cinéma. Le whitewashing, littéralement « blanchir à la chaux » en anglais, est un concept inventé et importé des États-Unis. Ce terme « novateur » décrit le fait pour un acteur blanc de jouer le rôle d’un personnage dit « racisé », c’est-à-dire noir, asiatique ou encore maghrébin.

De Buzzfeed à Allociné

Que ce soit la presse cinéphile, les médias d’infodivertissement ou même des rédac­tions renom­mées, le con­cept du white­wash­ing a envahi le paysage médi­a­tique de log­or­rhées antiracistes, décolo­niales et autres idéolo­gies issues de la repen­tance. Ain­si, on assiste depuis 2015 à un flo­rilège d’articles tels que « 18 exem­ples de «white­wash­ing» au ciné­ma » (Buzzfeed) ou encore « White­wash­ing à Hol­ly­wood : 14 exem­ples édi­fi­ants pour com­pren­dre ! » (Allociné).

Les Césars aussi

La ques­tion de la diver­sité dans les films et séries revient régulière­ment sur le devant de la scène. Le comé­di­en Jean-Pas­cal Zadi, meilleur espoir (noir) mas­culin au César 2021 pour son film Tout sim­ple­ment noir, a ain­si remer­cié dans son dis­cours plus que ban­cal : les comé­di­ens et comé­di­ennes noires qui l’ont précédé. Certes, beau­coup de rôles de per­son­nages non-européens ont été joués par des acteurs blancs, il ne s’agit pas de nier une évi­dence. Par exem­ple, Édouard Baer, acteur blanc, joue le rôle d’un égyp­tien (Otis) dans Astérix et Obélix : Mis­sion Cléopâtre.

Pour France Info, l’origine du white­wash­ing se trou­verait dans la pra­tique de la black­face, con­sis­tant pour un blanc à se grimer en noir pour jouer le rôle d’un per­son­nage noir. Cette pra­tique remon­terait au XVIIe siècle.

Voir aussi  Buzzfeed, inventeur de fausses nouvelles, quitte la France et licencie son personnel

Le white­wash­ing est accusé de deux maux : réécrire l’histoire, en ne respec­tant pas l’ethnie his­torique du per­son­nage, et met­tre sous le bois­seau des acteurs non-blancs, en les can­ton­nant à des sec­onds rôles. En d’autres ter­mes, le white­wash­ing serait l’incarnation même du racisme sys­témique qui rongerait nos sociétés occi­den­tales. Dénon­cer le white­wash­ing, c’est dénon­cer le fameux « priv­ilège blanc ».

Arsène Lupin était noir ? Bien sûr !

Mais qu’en est-il du black­wash­ing ? C’est à dire, lorsqu’un per­son­nage blanc est joué par un acteur noir. Là aus­si, les exem­ples ne man­quent pas. Ain­si, dans la série Lupin (2021) de Net­flix, Omar Sy joue le rôle d’Arsène Lupin, gen­tle­man français (et bien blanc) qui évolue dans la France de la Belle Époque. Ou encore Jodie Turn­er-Smith, actrice bri­tan­nique noire inter­pré­tant le rôle d’Anne Boleyn, épouse d’Henri VIII d’Angleterre. Et on par­le d’un Africain pour jouer Achille dans l’Iliade, pau­vre Homère…

Ce black­wash­ing a‑t-il autant mau­vaise presse que le white­wash­ing ? Non, car il vise à apporter de la « diver­sité ». Il s’inscrit dans la cul­ture woke, qui souhaite met­tre en lumière les « injus­tices » subies à cause de la couleur de peau, mais pas de toutes les couleurs.

Le site Slate dénonçant les « cas de white­wash­ing », le 15 mars 2020, va jusqu’à affirmer que « Le black­wash­ing n’ex­iste pas », le sous-titre pré­cisant « Le white­wash­ing existe bel et bien mais il n’y a pas de symétrie qui tienne. ».

Le ciné­ma est ain­si devenu une véri­ta­ble machine de pro­pa­gande pour l’idéologie antiraciste et décolo­niale. Le white­wash­ing : c’est mal et raciste, mais le black­wash­ing, c’est bien et inclusif. Fer­mez le ban.

Voir aussi  Google en campagne pour Biden avec son moteur de recherche

Voir notre brochure illus­trant les thèmes des décolo­ni­aux et indigénistes sur L’affaire Obono-Valeurs actuelles, Retour sur un emballe­ment médi­a­tique. La Nou­velle Librairie éd, en vente sur le site de l’éditeur et sur Ama­zon.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.