Accueil | Actualités | Médias | BFMTV n’aurait « pas viré Éric Zemmour »
Pub­lié le 6 mai 2015 | Éti­quettes : , , ,

BFMTV n’aurait « pas viré Éric Zemmour »

Viré d'i>Télé en décembre dernier pour délit d'opinion, Éric Zemmour n'aurait pas subi le même sort sur BFMTV, a assuré son directeur général samedi dernier.

Invité de Sud Radio, Guillaume Dubois s'est vu interroger sur ce qu'aurait fait BFMTV à la place d'i>Télé suite à la polémique entourant des propos prêtés à Éric Zemmour dans la presse italienne. « On ne l'aurait pas viré. Notamment car en l’occurrence c'était une émission de débat, donc c'était pas non plus une émission de propagande », a-t-il souligné, faisant référence à l'émission « Ça se dispute » dans laquelle le chroniqueur officiait.

« Il y avait Domenach en face qui était capable de lui répondre, et qui le faisait », a jugé M. Dubois, d'autant qu'en parallèle, les « dérapages » du journaliste « profitaient en terme d'audience » à la chaîne.

Lorsque l'animateur lui demande si, un jour, Zemmour pourrait rejoindre BFMTV, le directeur général estime qu'« il pourrait », même s'il n'est « pas sûr que ce soit opportun dans le contexte actuel de suspicion qui plane sur BFMTV », accusée de « tous les maux ».

En décembre, i>Télé avait décidé de licencier son chroniqueur vedette suite à des propos qui lui avaient été prêtés dans un journal italien. Il était alors accusé de vouloir « déporter » les musulmans, mot qu'il n'avait jamais prononcé.

Voir notre portrait d'Éric Zemmour ainsi que notre dossier : « Le phénomène Zemmour, grenade dans un Bunker »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This