Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Bernard Arnault remet 65M€ dans les caisses du Parisien

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

31 août 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Bernard Arnault remet 65M€ dans les caisses du Parisien

Bernard Arnault remet 65M€ dans les caisses du Parisien

Temps de lecture : 2 minutes

Vous n’auriez pas un ou deux euros ? C’est pour pouvoir payer ma chambre et rester propre. Cette demande – familière aux utilisateurs du métro parisien – peut paraître modeste à un autre Parisien (le quotidien) qui vient de recevoir 65M€ de la part de LVMH son propriétaire.

Plus de comptes depuis 2017

Le quo­ti­di­en a été racheté fin 2015 par LVMH. Marie-Odile Amau­ry souhaitait que son groupe se con­cen­tre sur le quo­ti­di­en sportif L’Équipe en se désen­gageant d’un cen­tre de pertes et d’un titre dont les ventes en kiosque s’érodaient alors qu’il était qua­si­ment absent du secteur numérique. Le jour­nal ne pub­lie plus de comptes depuis 2017.

Mais 48M€ de pertes en 2020

C’est une enquête de la Let­tre A qui avait révélé qua­si 50M€ de pertes en 2020, pertes sans doute réduites en 2021 et 2022 mais non inférieures à 10M€ par an. D’autant qu’il a fal­lu financer un plan de licen­ciements inter­venu fin 2020 et sans compter les pertes du réseau de portage cédé à un imprimeur.

238M€ injectés au total

Faisons les comptes (source Let­tre A) : 91M€ pour racheter le titre en 2015, plus les recap­i­tal­i­sa­tions inter­v­enues dont la dernière de 65M€, nous arrivons à un total de 238M€. Ce qui per­met à Arnault de se pos­er en ange gar­di­en de la presse écrite.

Au même moment, le groupe Les Échos/Le Parisien est le pre­mier béné­fi­ci­aire des aides de l’État avec pas loin de 17M€ de sub­ven­tions en 2020. Cer­tains diront que c’est un juste retour des choses, le groupe de presse d’Arnault sou­tenant avec fer­veur Emmanuel Macron qui ne doit pas voir d’un mau­vais œil les affaires de LVMH. Et puis 238€ c’est moins de 5% du béné­fice semes­triel de LVMH en 2022. Une bonne affaire finale­ment si on en a les moyens.