Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le rachat du Parisien par LVMH validé

22 octobre 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le rachat du Parisien par LVMH validé

Le rachat du Parisien par LVMH validé

Mercredi, l’Autorité de la concurrence a donné son feu vert au rachat du Parisien par le groupe LVMH.

« A l’issue d’une con­sul­ta­tion des acteurs des secteurs con­cernés, l’Autorité a écarté les risques con­cur­ren­tiels sur les dif­férents marchés (lec­torat et pub­lic­ité) », a‑t-elle pré­cisé dans un com­mu­niqué. Déjà pro­prié­taire des Échos, le groupe de luxe LVMH était entré en négo­ci­a­tions exclu­sives avec le groupe Amau­ry, qui détient Le Parisien-Aujour­d’hui en France, deux­ième quo­ti­di­en français.

Bernard Arnault avait ain­si pro­posé à Marie-Odile Amau­ry 50 mil­lions d’eu­ros pour le rachat des édi­tions nationale et locale du jour­nal, ain­si que son imprimerie de Saint-Ouen, sa régie pub­lic­i­taire et son réseau de dis­tri­b­u­tion.

En dif­fi­culté depuis quelques temps après avoir vu sa dif­fu­sion payée chuter de 8 % en 2014 à 229 638 exem­plaires par jour, Le Parisien-Aujour­d’hui en France espère repass­er dans le vert en 2015. L’Au­torité de la con­cur­rence ayant autorisé un rachat « sans engage­ments », cela sig­ni­fie que le rap­proche­ment du quo­ti­di­en avec Les Échos ne devrait pos­er aucun prob­lème au marché de la presse écrite. En effet, d’après le gen­darme de la con­cur­rence, « les pro­fils de lec­torat du Parisien et Aujourd’hui en France et de celui des Échos et Inve­stir sont éloignés, ce qui réduit l’intérêt d’une vente cou­plée entre ces titres ».

De plus, cette com­bi­nai­son « afficherait une dif­fu­sion France payée d’environ 500 000 exem­plaires, pour 12 mil­lions de lecteurs numériques », notent Les Échos. Très dépen­dant des ventes en kiosque, Le Parisien-Aujour­d’hui en France devrait crois­er son expéri­ence avec la bonne ges­tion numérique du quo­ti­di­en économique.

D’ores et déjà, le PDG des Échos, Fran­cis Morel, a nom­mé Daniel Saa­da comme patron de sa régie.

Voir notre infographie du groupe Amaury

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.