Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Aides publiques et privées à la presse : tout pour les médias les plus riches !

26 juillet 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Aides publiques et privées à la presse : tout pour les médias les plus riches !

Aides publiques et privées à la presse : tout pour les médias les plus riches !

Pre­mière dif­fu­sion le 26/02/2018

Le chloroforme des aides à la presse a été étudié sous de nombreuses formes et nous avions consacré début janvier 2018, un article aux aides directes des dix quotidiens les plus subventionnés. Les chiffres 2016 de l’aide publique ont été confirmés début février 2018 par le ministère de la Culture et ils sont éloquents. Une remarquable synthèse – analysant aussi les aides privées — a été effectuée sous la signature de Laurent Mauduit le 13 février 2018 sur Médiapart. Nous en extrayons quelques chiffres en sus de ceux du ministère de la Culture.

Les aides publiques : Arnault et Drahi bien placés

Les aides ver­sées par l’État sont un maquis, entre aides directes, aides à la dis­tri­b­u­tion, aides à la mod­erni­sa­tion sociale. Si on addi­tionne ces aides par groupes de presse on obtient pour l’année 2016 (les chiffres ont été arrondis) en Mil­lions d’€ :

Groupe Arnault/LVMH  12M (Les Échos, Le Parisien)

Groupe Ouest France     9M (Ouest France)

Groupe Drahi                   7M (Libéra­tion, L’Express)

Groupe Das­sault             6M (Le Figaro)

Groupe Le Monde           6M (Le Monde)

Groupe Crédit Mutuel       5M (un empire de la PQR)

L’Humanité                       3.5M (le plus aidé au numéro)

Il est facile de con­stater que les aides vont prin­ci­pale­ment aux mil­liar­daires qui pos­sè­dent une bonne par­tie de la presse et à une banque. L’Humanité est un cas à part, le titre est en perdi­tion et vit depuis longtemps d’abandons de créances et de sub­ven­tions.

Aides privées : Drahi et Arnault en tête, Le Monde troisième

Du côté du privé, Google est le généreux mécène. Men­acé de redresse­ments fis­caux en 2012, Google a crée en 2013 un fonds d’aide au développe­ment de la presse écrite en France afin de « soutenir le jour­nal­isme de qual­ité » (sic). Ce fonds doté de 60Md’€ (une paille par rap­port aux impôts exi­gi­bles si Google rel­e­vait du droit com­mun de tax­a­tion des entre­pris­es) cou­vrait la péri­ode 2013/2015 et a été pro­longé en 2016. Les chiffres sont disponibles pour cette dernière année, arrondis en K€:

Groupe Arnault      900K€

Groupe Drahi          670K€

Groupe Le Monde  620K€

(sans compter……..260K€ pour les Inrocks de Matthieu Pigasse)

Groupe Safa          520K€

Groupe Lagardère 440K€

Ces chiffres n’incluent pas ce qu’a dépen­sé Google pour créer le Decodex du Monde, la somme demeu­rant secrète. Un nou­veau fonds Google, européen cette fois, dit DNI doit suc­céder au fonds des­tiné à la France.

Pour sa part Face­book ne demeure pas inac­t­if. D’un côté le réseau social finance les activ­ités de ses parte­naires pour « tra­quer les fake news ». De l’autre, il verse sur des péri­odes de six mois des sommes allant de 100 à 200K€ par mois à ses parte­naires de la presse écrite pour rédi­ger du con­tenu, notam­ment vidéo, une bonne manière de tenir en laisse ces mêmes parte­naires. Et en empochant au pas­sage la plus grande par­tie de la valeur ajoutée.

Au pas­sage on apprend que la fon­da­tion Bill Gates finance entière­ment Le Monde Afrique, por­tail africain du Monde, ce dont le quo­ti­di­en du soir ne se vante pas.

Et si une toute petite par­tie de cette manne allait à des sites qui décryptent les médias et leur envi­ron­nement ? Comme Acrimed ou bien l’Observatoire du Jour­nal­isme ? Allez, c’était une plaisan­terie.

Crédit pho­to : Alexas_Photos via pix­abay (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).