Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Gavé de subventions, L’Humanité en appelle une fois de plus à ses lecteurs

26 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Gavé de subventions, L’Humanité en appelle une fois de plus à ses lecteurs

Gavé de subventions, L’Humanité en appelle une fois de plus à ses lecteurs

Journal le plus subventionné de France, L’Humanité lance pourtant un nouvel appel à ses lecteurs, huit mois seulement après le précédent.

« Nous voudri­ons sol­liciter un prêt de celles et ceux qui le peu­vent, per­son­nes, col­lec­tifs, asso­ci­a­tions ou organ­i­sa­tions », écrivait mar­di dernier Patrick Le Hyaric, directeur du jour­nal fondé en 1906 par Jean Jau­rès. En cause : une impor­tante baisse des ressources pub­lic­i­taires, à hau­teur de 400 000 euros, une chute des ventes de 20 % depuis 2010, et des « endet­te­ments antérieurs ».

Pour­tant le jour­nal a été le titre le plus sub­ven­tion­né de France en 2014, avec 5,96 mil­lions d’eu­ros pour seule­ment 38 000 exem­plaires ven­dus au quo­ti­di­en. L’Hu­man­ité a égale­ment vu sa dette (de 4 mil­lions d’eu­ros) effacée par l’É­tat en décem­bre 2013. Vis­i­ble­ment, ça n’est encore pas assez… Et l’aug­men­ta­tion des tar­ifs n’y a rien changé non plus.

Ain­si son directeur a‑t-il procédé a un énième appel à la générosité, promet­tant de rem­bours­er ses lecteurs avant fin mai 2016.

Plutôt que de se met­tre, bon per­dant, sur la touche, L’Hu­man­ité sem­ble s’ac­crocher à ses illu­sions, con­tin­u­ant sans relâche à aspir­er l’ar­gent du con­tribuable (et de ses derniers lecteurs), l’en­traî­nant dans sa chute. « Par les temps qui courent, j’ai con­science de deman­der beau­coup », déclare Patrick Le Hyaric. Au moins, il le recon­naît…

Voir notre infographie de L’Humanité

Dessin : © Mila­dy de Win­ter pour l’Ojim

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.