Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Gavé de subventions, L’Humanité en appelle une fois de plus à ses lecteurs

26 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Gavé de subventions, L’Humanité en appelle une fois de plus à ses lecteurs

Gavé de subventions, L’Humanité en appelle une fois de plus à ses lecteurs

Journal le plus subventionné de France, L’Humanité lance pourtant un nouvel appel à ses lecteurs, huit mois seulement après le précédent.

« Nous voudri­ons sol­liciter un prêt de celles et ceux qui le peu­vent, per­son­nes, col­lec­tifs, asso­ci­a­tions ou organ­i­sa­tions », écrivait mar­di dernier Patrick Le Hyaric, directeur du jour­nal fondé en 1906 par Jean Jau­rès. En cause : une impor­tante baisse des ressources pub­lic­i­taires, à hau­teur de 400 000 euros, une chute des ventes de 20 % depuis 2010, et des « endet­te­ments antérieurs ».

Pour­tant le jour­nal a été le titre le plus sub­ven­tion­né de France en 2014, avec 5,96 mil­lions d’eu­ros pour seule­ment 38 000 exem­plaires ven­dus au quo­ti­di­en. L’Hu­man­ité a égale­ment vu sa dette (de 4 mil­lions d’eu­ros) effacée par l’É­tat en décem­bre 2013. Vis­i­ble­ment, ça n’est encore pas assez… Et l’aug­men­ta­tion des tar­ifs n’y a rien changé non plus.

Ain­si son directeur a‑t-il procédé a un énième appel à la générosité, promet­tant de rem­bours­er ses lecteurs avant fin mai 2016.

Plutôt que de se met­tre, bon per­dant, sur la touche, L’Hu­man­ité sem­ble s’ac­crocher à ses illu­sions, con­tin­u­ant sans relâche à aspir­er l’ar­gent du con­tribuable (et de ses derniers lecteurs), l’en­traî­nant dans sa chute. « Par les temps qui courent, j’ai con­science de deman­der beau­coup », déclare Patrick Le Hyaric. Au moins, il le reconnaît…

Voir notre infographie de L’Humanité

Dessin : © Mila­dy de Win­ter pour l’Ojim

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.