Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Borderless : le nouveau documentaire de Lauren Southern

30 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Borderless : le nouveau documentaire de Lauren Southern

Borderless : le nouveau documentaire de Lauren Southern

30 mai 2019

En dehors des médias traditionnels, un journalisme d’investigation indépendant semble émerger ces dernières années. Pour ne citer que quelques exemples, en France, Vincent Lapierre a consacré quelques reportages sur le mouvement des gilets jaunes en sortant des sentiers battus et de la couverture sensationnaliste des médias de grand chemin. Il y a peu, nous relations le documentaire réalisé par Eric Dick sur l’arrivée de migrants en Vendée. Depuis le 24 mai 2019, le dernier documentaire de Lauren Southern, Borderless, est disponible en ligne. Ce qu’il montre à voir est édifiant.

De migrant à réfugié

Après avoir con­sacré un doc­u­men­taire – Farm­lands – à la sit­u­a­tion des Blancs en Afrique du sud vision­né plus de 2,3 mil­lions de fois, c’est sur la crise migra­toire en Europe que Lau­ren South­ern et son équipe se penchent aujourd’hui. Un pre­mier « trail­er » avait attisé notre curiosité. On y entendait la respon­s­able d’une O.N.G. affirmer qu’elle don­nait en Grèce des con­seils à des migrants pour se faire recon­naitre comme réfugié, quitte à men­tir. L’information n’a pas été démentie.

De la Grèce à la Turquie, et de la Bulgarie à l’Irlande

Bor­der­less quitte égale­ment les sen­tiers bat­tus et le dis­cours moral­isa­teur des médias de grand chemin visant à faire accepter les arrivées mas­sives de clan­des­tins en Europe. Au cours de son reportage, Lau­ren South­ern s’est ren­due en Turquie, sur l’ile de Les­bos, dans les camps de clan­des­tins du nord de Paris, au Par­lement européen, en Irlande et en Bul­gar­ie. La parole est don­née directe­ment aux prin­ci­paux intéressés sur place, ceux qui vivent la crise migra­toire organ­isée par les passeurs avec la com­plic­ité pas­sive de cer­tains gouvernements.

C’est ain­si que l’on apprend des témoignages recueil­lis qu’au point de départ des migrants pour l’Europe en Turquie, des habi­tants vivent dans la peur per­ma­nente des agres­sions des passeurs. A Les­bos, ce sont les minorités, Yézedis et Kur­des et les « héré­tiques » (les rares athées) qui sont vic­times de mau­vais traite­ments dans un campe­ment com­posé de migrants ultra majori­taire­ment musul­mans. La présence de com­bat­tants de l’Etat Islamique dans le camp est égale­ment évo­quée. A Ceu­ta (Espagne), ce sont les effets de la poli­tique lax­iste de cer­tains pays européens qui sont révélés. Si des clan­des­tins cherchent inces­sam­ment à pass­er la fron­tière, c’est parce qu’ils savent qu’une fois celle-ci franchie, ils ne seront pas recon­duits d’où ils vien­nent (« they nev­er send us back »).

En Irlande, alors que le pays con­nait une crise du loge­ment d’une grande inten­sité, se traduisant par les loy­ers chers et de longues listes d’attente pour les loge­ments soci­aux, une jour­nal­iste locale affirme que l’on com­mence à voir de nom­breux sans-abris. Ceci alors qu’un tiers des loge­ments soci­aux sont attribués à des étrangers. Ce qui lui fait dire que l’on ne peut pas ouvrir les fron­tières si on ne s’occupe pas des locaux. (« You can’t open bor­ders when you can’t look after your peo­ple »).

Censure de YouTube

Ce doc­u­men­taire dérangerait-il en s’éloignant du tra­di­tion­nel catéchisme pro-migrants ? Il a été sup­primé le 24 mai des vidéos en ligne par la fil­iale de Google, YouTube. Une ver­sion de sec­ours a été mise en place.

Le doc­u­men­taire – pour le moment exclu­sive­ment en anglais — est égale­ment acces­si­ble sur le site de Lau­ren South­ern. L’incident tech­nique invo­qué par la firme améri­caine ne con­va­inc pas tout le monde, compte tenu des précé­dents exis­tants.

Voir aussi

Lau­ren South­ern, doc­u­men­tariste hérétique

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés