Accueil | Actualités | Médias | Quand de faux journalistes reporters font régner la terreur
Pub­lié le 26 juin 2016 | Éti­quettes : , ,

Quand de faux journalistes reporters font régner la terreur

L’Ojim a déjà évoqué les pratiques mafieuses de certains JRI (Journalistes Reporters Indépendants qui captent, montent des images et les revendent aux médias) tel Gaspard Glanz fondateur de l’agence Taranis dont nous avons rappelé les habitudes qui fleurent bon le capitalisme sauvage.

Mais certains vont encore plus loin. Militants d’extrême gauche, proches des mouvances dites « antifas » qui oeuvrent en début et fin de cortège (là où les affrontements avec la police et les blessés fourniront des images monnayables) ils éliminent purement et simplement leurs concurrents en faisant régner la terreur politique.

Prenons un exemple emblématique, celui d’un individu se faisant appeler « nnoman » qui sous couvert d’une « agence » est en réalité l’exécuteur des basses œuvres de certains pseudos JRI désireux d’obtenir – en bonne logique de monopole capitaliste – l’exclusivité de certaines images en interdisant physiquement à d’autres JRI définis comme indésirables d’exercer leur métier. L’Ojim a pu se procurer une vidéo où "nnoman" (de son vrai nom Cadoret) menace un autre JRI sous un prétexte politique et l’empêche de travailler en le faisant expulser de la manifestation qu’il entendait couvrir.

De telles pratiques n’ont bien entendu aucun rapport avec le journalisme. Le petit monde des « antifas » rassemble aussi nombre de marginaux, d’asociaux et de simples voyous. « Non homme » en est un exemple parfaitement représentatif.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux