A la une
Marseille : French Disconnection

Marseille : French Disconnection

Télécharger en PDF

De Plus belle la vie à un réel autrement moche, comment la vitrine du multiculturalisme est devenue le tableau de son échec.

« Tout est politique », disaient les jeunes maos en mai 68. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cette assertion insidieusement totalitaire est juste, mais ce qui est certain, c’est que lorsque ces enfants de la bourgeoisie prirent le pouvoir – qu’ils tiennent toujours -, ils décidèrent de tout politiser. C’est ainsi qu’en France, plus que dans aucune autre démocratie européenne, toute forme de médiation devint un vecteur possible de propagande. L’Éducation, l’art contemporain, le cinéma, la chanson, aucun secteur ne devait échapper à l’effort de guerre idéologique inspiré des théories du penseur communiste italien Gramsci, pour lequel la révolution devait également s’opérer dans un renversement de l’« hégémonie culturelle ». C’est pourquoi lorsqu’on se donne pour objectif d’étudier le travail des médias, il est nécessaire, aujourd’hui en France, d’élargir le champ d’étude au-delà des médias proprement dit, tout un pan de l’activité culturelle ayant été mobilisé pour « informer » les citoyens, pour leur donner à voir la réalité de leur pays selon un prisme idéologique parfois singulièrement déformant.

Dans cet ordre des choses, le feuilleton « Plus belle la vie », diffusé tous les soirs sur France 3, chaîne publique, à une heure de grande audience, est un véritable cas d’école. Outil de propagande du « politiquement correct » offrant une image idéalisée et totalement factice du « vivre-ensemble », ce feuilleton au succès croissant divulgue à plus de quatre millions de téléspectateurs une image positive de Marseille et de la « France telle qu’elle va vers un monde meilleur », que les événements du mois d’août ont eu tendance à inverser littéralement, révélant d’une manière saisissante l’arnaque intellectuelle en œuvre derrière le feuilleton à destination des masses.

Marseille comme enjeu symbolique

Il n’est pas anodin que la série star de la télévision publique se déroule à Marseille et dans un quartier, le « Mistral », directement inspiré du quartier du « Panier », un quartier de forte immigration maghrébine aujourd’hui en phase de « gentrification ». Marseille est en effet un enjeu symbolique fort, un symbole du multiculturalisme tel qu’il doit réussir, une alternative au désastre de la Seine-Saint-Denis où la mer et les cigales se substitueraient au bitume et aux crachats. « La ville est devenue un laboratoire de la modernité, une grande expérience de cohabitation entre Français d’origine et réfugiés d’Afrique du Nord. » expliquait déjà en 2011, Julia Amalia Heyer dans Der Spiegel. Ce sont précisément ces raisons qui ont été mises en avant pour faire de Marseille la capitale européenne de la culture en 2013 : « Marseille est la ville la plus multiculturelle de France (…). Aux mutations culturelles qui touchent toute l’Europe, il faut proposer des réponses culturelles, et la dimension européenne est une clé pour dépasser les blocages postcoloniaux. Faire de Marseille une capitale européenne de la culture, c’est adresser un signe très fort à tous les néo-européens. » Ainsi s’exprimait le compositeur Pierre Sauvageot pour soutenir la candidature de la ville, sur le site Rue89. Marseille, capitale moins de la culture, donc, que de l’utopie multiculturelle proposée comme modèle positif aux « néo-européens » (i.e. les immigrés d’origine extra-européenne), et comme exemple propre à décrisper les archéo-européens récalcitrants au changement de régime. Car le « multiculturalisme », rappelons-le, ne se résume pas à l’idée d’enrichissement d’une culture particulière par des apports exogènes, processus qui a toujours existé dans n’importe quelle culture, mais à un changement de régime politico-culturel. Là où jusqu’alors, une culture locale dominante assimilait des éléments extérieurs nouveaux, le libéralisme mondialisé propose un régime de coexistence de cultures différentes, en quelque sorte « privatisées », pour que se substitue comme liant social, à une culture ancestrale commune, deux seuls référents : l’argent et la législation politiquement correcte. Tout cela se mettant bien sûr en place sur les décombres de l’ancienne culture nationale.

La question de l’Islam

L’un des principaux problèmes auquel est confronté le projet multiculturaliste, se trouve être l’expansion de l’Islam en Europe et les réactions de rejet que cette religion suscite. Forcément, on vante les joies de l’échange et de la rencontre des cultures, mais lorsque les musulmans se trouvent majoritaires sur un territoire : ils l’islamisent. Ce qui est bien naturel, au demeurant. Et le multiculturalisme n’apparaît alors que comme une phase transitoire entre deux dominations culturelles. D’où les crispations des autochtones, auxquels on avait promis une liesse bigarrée, et qui se retrouvent à vivre dans un univers particulièrement uniforme et contrôlé où ils figurent en tant que scories pressées de disparaître. L’intégration de l’Islam, quitte à passer par mille « accommodements raisonnables », est donc une priorité des tenants du multiculturalisme. Or Marseille, sur la question de l’Islam, revêt encore une dimension stratégique. Comprenant la plus importante communauté musulmane de France (un marseillais sur quatre y appartiendrait), et le projet de construction de la plus grande mosquée du pays, c’est bien là que doit se prouver la solubilité de l’Islam dans l’utopie multiculturelle. En outre, les musulmans ne s’y sentent pas « stigmatisés ». Tolérance des Marseillais ? Plus trivialement, cela tiendrait à la position de force des musulmans : « A Marseille, la communauté est tellement importante qu’on n’a pas de problème de stigmatisation. On n’en avait pas avant les débats sur le port de la burqa, on n’en aura pas non plus après« , assurait ainsi le gérant d’un snack hallal au JDD en 2010.

Une ville « euro-méditerranéenne »…

En somme, Marseille est moins devenue une capitale multiculturelle qu’une grande ville française islamisée. Pour faire digérer cette réalité, le Pouvoir a recours à des figures de style, Marseille se trouvant présentée comme le phare de l’« euroméditerranée » et, pour implanter cette idée dans la conscience collective, on ouvre le Mucem en juin dernier, le « Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ». Quelle est la mission officielle de ce musée ? Il serait « consacré à la conservation, l’étude, la présentation et la médiation d’un patrimoine anthropologique relatif à l’aire européenne et méditerranéenne, à partir de collections d’origine internationale et de recherches tournées vers une approche transdisciplinaire, concernant les sociétés dans leur totalité et dans l’épaisseur du temps. » Ce jargon technocratique trahit à quel point le projet du musée est simplement d’être un fourre-tout dénué de contours et de direction, mais qui parviendra à fabriquer de toutes pièces l’idée d’une cohérence civilisationnelle entre l’Europe et la Méditerranée, laquelle justifierait, en somme, l’africanisation de la seconde ville de France. Un dispositif de propagande qui fait songer à l’évocation de Charlemagne par les Nazis occupant la France : « Non, vous n’êtes pas envahis par les Allemands, vous venez juste de retrouver votre bon vieil empire carolingien ! » Tour de passe-passe assez grossier, surtout que dans le cas de Marseille, il ne repose sur aucune réalité tangible. S’il y a bien eu une Europe méditerranéenne, ce fut à l’époque de l’empire romain, alors que les Berbères et les Ethiopiens étaient des citoyens romains, par la suite christianisés, et cette « euroméditerranée » là s’est éteinte avec la chute de l’Empire et l’expansion musulmane, c’est dire qu’elle appartient davantage à l’archéologie qu’à une Histoire vivante.

« Plus belle la vie » ou le réalisme socialiste 2.0

« Plus belle la vie » ou le réalisme socialiste 2.0

« Plus belle la vie » ou le réalisme socialiste 2.0

C’est donc pour toutes ces raisons que Marseille est devenue le territoire d’élection de l’utopie multiculturelle, et que le feuilleton de propagation de cette utopie y a pris ses quartiers. Le titre même de la série semble suggérer au téléspectateur : « La vie sera plus belle quand elle sera vécue selon les paradigmes que nous allons exposer dans la fiction suivante. » Quels sont-ils ? Le sociologue Jean-Yves le Naour, qui a consacré une étude extasiée à la série (Plus belle la vie, la boîte à histoires, PUF) les expose ainsi : « On y voit des jeunes filles avorter, des homosexuels en veux-tu en voilà, une apologie de l’amour libre et du métissage, des plaidoiries pour les sans-papiers, etc. Même la question de l’islam (…) est abordée dans le feuilleton. Au centre du récit, on trouve le vivre-ensemble, le rejet du communautarisme, la promotion de ce que l’on appelle la « diversité », et ce n’est pas un hasard si la plupart des couples de « Plus belle la vie » sont mixtes. Les scénaristes ont même poussé la perversion démocratique jusqu’à faire tomber amoureux un flic raciste et une policière beurette. » D’une certaine manière, le feuilleton suit une démarche esthétique semblable à celle prônée autrefois par le « réalisme socialiste » en art et en littérature, transposée sur l’idéologie de l’époque, l’enjeu étant de décrire le monde non tel qu’il est, mais tel qu’il devrait être si l’utopie promue était réalisée.

Un instrument de lutte idéologique au quotidien

En plus de cette vision artificielle du monde délayée tout au long de la série, celle-ci développe au jour le jour une lutte idéologique sur les sujets que soulève l’actualité. Un récent article d’Arrêt sur images va jusqu’à affirmer qu’ « à partir de 2007/2008, la série a engagé une lutte idéologique contre le sarkozysme en détricotant complètement les arguments de l’UMP quasiment au jour le jour. » En quoi consiste ce prétendu « détricotage » ? Eh bien par exemple : « Lorsque Sarkozy s’attaqua pour la première fois aux Roms, un personnage de gentil jeune gitan apparut très peu de temps après et entama une histoire d’amour avec une des jeunes vedettes de la série. » « Détricotage » ultime, et éthiquement très limite sur le service public : « Quelques jours avant les élections présidentielles, nous avons été témoins d’une scène extraordinaire. Dans le café du Mistral qui est le point de ralliement de tous les personnages, au comptoir, le docteur Leserman, une des figures les plus positives de la série a exprimé, évidemment sans le nommer, mais de manière très claire, qu’il n’était pas question de voter pour Sarkozy. Les autres ont opiné comme si ça allait de soi. » Plus récemment, lors du débat sur le mariage gay, pour donner la parole aux opposants, d’après le site de Jean-Marc Morandini, on a vu une mère de famille acariâtre insulter deux honnêtes homosexuels qui s’embrassaient innocemment. Ce « détricotage » n’a donc strictement rien à voir avec le moindre début d’argument rationnel, il consiste simplement à exploiter le sentiment d’identification du spectateur à des figures positives, lesquelles relaient l’idéologie politiquement correct, et sont victimes de figures négatives caricaturales qui assument et résument tout discours divergeant. Une simple manipulation émotionnelle de masse sous le couvert d’un divertissement bas de gamme.

Bienvenue dans le monde réel

Dans la réalité, cependant, Marseille est loin de cette réussite voulue par le pouvoir libéral-libertaire et anticipée par « Plus belle la vie » ; dans la réalité autrement plus moche, la seconde ville de France est même l’exemple le plus manifeste de l’échec du multiculturalisme, et cette dissonance est telle qu’elle renvoie le discours officiel comme l’univers de carton pâte du feuilleton à leur nature de farce sinistre et à leur pure fonction de propagande. En effet, si Marseille a été sous le feu des projecteurs en cette fin d’été, ce n’est pas tant parce qu’elle était cette année la « capitale européenne de la culture » ou parce que le « vivre-ensemble » y était aussi merveilleux que dans le quartier du Mistral, mais parce qu’elle n’est plus que le territoire de jeu des bandes rivales maffieuses. Sur le terrain, la belle utopie marseillaise se résume à une ville dont la moitié des arrondissements est classée en zone de sécurité prioritaire et où la violence est telle et la police si dépassée par les événements, que Samia Ghali, pourtant « néo-européenne » encartée au PS en appelle depuis un an à l’armée. «Il y a un an jour pour jour, j’avais tiré la sonnette d’alarme en lançant un appel à l’armée dans les cités, et la situation est toujours la même !», a-t-elle déclaré alors que les ministres Ayrault et Vals venaient assurer un minimum de communication après le treizième meurtre de 2013 commis par les trafiquants. Il faut dire que ces règlements de compte provoquent des dommages collatéraux jusque dans les hôpitaux, comme à La Conception, le dimanche 18 août, lorsqu’un infirmier est agressé au couteau parce qu’il ne veut pas prendre assez rapidement en charge un groupe d’hommes qui venait de poignarder à mort un rival de 18 ans. Les infirmiers réclament des renforts de police aux urgences. Après l’armée dans les cités, doit-on envisager que l’Etat français ruiné paie un policier derrière chaque infirmier pour que celui-ci puisse soigner gratuitement des assassins sans risque pour sa vie ? À ce compte-là, l’utopie multiculturelle risque de coûter une fortune…

Le multiculturalisme : retour au chaos

« La France multiculturelle est un échec. Cet idéal, promu depuis trente ans par l’idéologie antiraciste, produit plus de racisme encore. C’est ce qui ressort du rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme. Il est urgent de stopper la libanisation de la France », affirmait le journaliste Yvan Rioufol, il y a quelques mois et peu de temps avant que ce laboratoire du multiculturalisme qu’est la citée phocéenne illustre son propos d’une manière aussi éloquente que sanglante. Cet échec était pourtant prévisible, non seulement parce que cette utopie est absurde, mais de surcroît parce que les conditions de son hypothétique réalisation sont absentes. En effet, comme nous l’avons dit, renonçant à faire communier le peuple dans une culture historique dominante, le projet multiculturel, projet libéral, ne dispose plus, comme facteur de lien social, que des deux ressorts de la loi et de l’argent – les bienfaits du doux commerce qui domestiquent les relations humaines sur la base de l’intérêt bien compris, et la coercition de l’Etat. Quand les prisons sont saturées et le pays en pleine crise économique, forcément, on va droit au chaos, et l’idéal multiculturel se retourne en société multi-raciste, ultra-violente et atomisée, dont les symptômes sont particulièrement nombreux à Marseille, bien au-delà des règlements de compte.

Ce que vous ne verrez jamais dans « Plus belle la vie »

Il est aisé de montrer à Marseille le revers de la fiction, en listant par exemple un ensemble d’anecdotes qui en dit beaucoup sur la réalité de cette ville et de son lien social, mais qui, pourtant, ne seront jamais exploitées par les scénaristes de « Plus belle la vie », seulement occupés à peaufiner leur décors factices. Vous ne verrez jamais, dans ce feuilleton : « des associations tenues par des dealers notoires (…) subventionnées par des fonds publics. En échange (de quoi), les caïds de quartier tiennent les bureaux de vote ! », comme le rapporte Saïd Ahamada, créateur du collectif AME. Aucun personnage, comme Fabien, victime au quotidien d’un racisme anti-blanc dans les quartiers nord, ne sera épaulé ou écouté par les clients du Mistral, alors qu’il témoignerait de son calvaire : «Plusieurs fois, dans le métro, j’ai dû subir des “sale Gaulois”, “mécréant” ou d’autres injures en arabe (…). Une fois, ils ont même sorti un couteau, j’ai pris un coup de bouteille de Coca-Cola sur la tête et un coup de poing sur la tempe. Des inscriptions “va crever, Français”, il y en a jusque sur les murs de ma rue. » Jamais, le sympathique médecin de la série ne sera confronté à une situation comme celle que rapportait dans Le Point du 16 juillet, cette médecin marseillaise, « séquestrée dans un appartement au milieu d’une dizaine de personnes qui (lui) demandent d’établir un certificat de virginité pour l’une de leurs filles. ». Jamais vous n’assisterez non plus à l’éviction violente d’un camp de Roms par des habitants maghrébins excédés, comme cela s’est produit pourtant l’année dernière sans susciter l’émotion des associations anti-racistes.

L’avenir de la France

Il serait pourtant judicieux de se pencher sur ce genre de cas, puisque si Marseille est un laboratoire du multiculturalisme, la moindre des choses serait tout de même, plutôt que fantasmer sans cesse le programme, de s’intéresser aux résultats concrets de l’expérience. Résultats d’autant plus importants qu’ils concerneraient, à terme, le territoire entier, où est déjà engagée la « multiculturisation » à marche forcée. C’est pourquoi, très naturellement et prenant au mot la doxa officielle, le journaliste dissident Éric Zemmour peut conclure au vu des événements : « La trilogie de Marseille n’est plus Marius, Fanny, César mais désindustrialisation, décentralisation, défrancisation. La trilogie noire de Marseille est la pointe émergée du malheur français, Marseille est l’avenir de la France. » Pendant ce temps, la presse dominante à d’autres combats. Relativiser la situation pour Le Monde et Libération, ou bien, comme à Télérama ou à La Provence réagissant à une enquête du Figaro, s’élever contre le « Marseille Bashing ». Ainsi, pendant que « Plus belle la vie » continue d’entretenir le rêve, la presse bien-pensante traque ceux qui tenteraient de le briser, tout cela dût-il s’achever dans le pire cauchemar.

M.D.

Crédit photos : France 3/DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook