L’Opinion de Nicolas Beytout financé par les Bettencourt

L’Opinion de Nicolas Beytout financé par les Bettencourt

L’Opinion de Nicolas Beytout financé par les Bettencourt

Télécharger en PDF

Nicolas Beytout était resté très discret sur les actionnaires de son nouveau bimédia, L’Opinion. « Ça n’a pas beaucoup d’importance » avait-il déclaré à puremedias.com, ajoutant que leur démarche n’était pas politique.

Outre Nicolas Beytout, qui détient environ 30 % du capital en tant qu’actionnaire majoritaire, les autres investisseurs demeurent inconnus. Mais le mystère commence à s’éclaircir. Le Monde avait déjà spéculé à ce sujet, attribuant à Bernard Arnault, le patron de LVMH, un apport de 6 millions d’euros à titre personnel. Une information qui avait été aussitôt démentie par son entourage.

Mediapart est allé plus loin en consultant les comptes au greffe du tribunal de commerce de Paris de la holding de tête de la famille Bettencourt, la société Thétis, qui gère leur immense fortune. Ainsi, il est avéré que Thétis a pris en 2012 une participation de 13,4 % dans la SAS Bey Médias, société créée par Nicolas Beytout pour lancer L’Opinion. Cette participation est évaluée à environ 3,2 millions d’euros et aurait valorisé Bey Médias à hauteur de 23 millions d’euros de capital, alors que Beytout assurait que celui-ci se trouvait entre 12 et 15 millions.

« Cela suggère donc que Nicolas Beytout s’est octroyé une formidable prime d’émission au début du projet, en valorisant ses parts dans le capital de la société à un niveau beaucoup plus élevé que les parts offertes aux autres investisseurs », avance Mediapart. Contacté par le journal d’Edwy Plenel, Nicolas Beytout n’a ni infirmé, ni confirmé ces informations.

Lire le portrait que l’Ojim a consacré à Nicolas Beytout

Crédit photo : Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook