Le Washington Post va proposer du contenu payant

Le Washington Post va proposer du contenu payant

Le Washington Post va proposer du contenu payant

Télécharger en PDF

Le Washington Post va adopter le modèle « paywall », qui consiste à rendre la consultation d’articles en ligne payante au bout d’un certain seuil de lecture.

Dans un communiqué, le quotidien a expliqué cette volonté de faire payer une partie de son contenu. Ainsi, la partie payante s’effectuera à partir du 20ème article lu chaque mois. Une mesure qui ne concernera ni les abonnés au journal, ni les étudiants, enseignants, personnels administratifs d’écoles et autres employés du gouvernement à partir de leurs locaux de fonction.

« Les consommateurs d’actualités sont malins, ils savent le coût élevé d’une collecte d’informations de haute qualité, et l’importance de maintenir le genre de reportage en profondeur pour lequel le Post est connu », a précisé Katharine Weymouth, la patronne du journal.

Cette mutation vers le numérique payant est caractéristique de la presse traditionnelle, soumise à la chute des ventes et des revenus publicitaires. Le Post vient en effet de voir ses revenus de publication baisser de 7 % en 2012. Quant aux recettes publicitaires, elles ont chuté de 14 % sur la même année. Le mois dernier, le Washington Post a fait part du fait que son tirage quotidien avait baissé de 8,6 % en 2012 – 471 800 exemplaires par jour en moyenne –, tandis que le tirage dominical avait diminué de 6,2% – 687 200 exemplaires.

Aucune date n’a été communiquée quant à la sortie de ce nouveau modèle en « paywall ». En empruntant cette voie, le Post emboîte le pas au New York Times et au Wall Street Journal, de plus en plus enclins à tendre vers le numérique pour préparer l’avenir.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook