Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’hebdo Le 1  et Les Césars combattent l’apartheid

27 février 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | L’hebdo Le 1 et Les Césars combattent l’apartheid

L’hebdo Le 1 et Les Césars combattent l’apartheid

Le numéro 143 de l’hebdo Le 1 daté du 22 février 2017 et consacré au thème « Banlieues. Retour sur un Apartheid » symbolise une semaine « antiraciste » ponctuée par la cérémonie des Césars. Samedi 25 février, les stations de Radio France sont unanimes : si la cuvée des Césars n’est pas un grand cru cinématographique, elle est une vraie réussite pour la lutte contre le « racisme » des policiers et « l’apartheid » des banlieues.

Politique antiraciste d’abord

Le monde médi­a­tique est empêtré dans les affaires Théo et Mék­lat, causées par un « apartheid » selon l’hebdo Le 1 dirigé par Éric Fot­tori­no, jour­nal­iste et écrivain, ancien PDG du groupe Le Monde. Les Césars ne pou­vaient y échap­per. La céré­monie a cédé à l’ambiance de la semaine et des applaud­isse­ments unanimes ont été réservés aux dis­cours mil­i­tants con­sacrés à la lutte « antiraciste ». François Cluzet a ain­si déclaré : « Si on peut dire bam­boula c’est con­ven­able, on doit pou­voir dire enculé de raciste c’est un com­pli­ment ». Applaud­isse­ments nour­ris de par­tic­i­pants qui n’ont pas souhaité relever l’homophobie de l’expression « enculé de raciste ». La soirée a eu son lot de temps forts. L’émotion de Déb­o­rah Luku­mue­na, César du meilleur sec­ond rôle féminin pour son inter­pré­ta­tion de Maimouna dans Divines. Le pre­mier film de Hou­da Benyam­i­na est par ailleurs le grand gag­nant des Césars d’après Europe 1. Ce film avait déjà obtenu la Caméra d’or du dernier Fes­ti­val de Cannes dans un autre con­texte d’engagement pour la pro­fes­sion : en faveur des « réfugiés ». Peu avant, un grand éclat de rire a sec­oué la salle quand le maître de céré­monie, Jérôme Com­man­deur, a déclaré : « Pour remet­tre le César du meilleur film étranger, j’appelle Flo­ri­an Philip­pot ». L’engagement poli­tique du ciné­ma français atteignait cepen­dant son point d’orgue avec l’intervention de la lau­réate du César du meilleur court-métrage, la réal­isatrice d’origine séné­galaise Alice Diop qui a dédié son trophée aux plus récentes vic­times du racisme polici­er en ban­lieue. Émo­tion per­cep­ti­ble puis applaud­isse­ments nour­ris.

Le 1, l’hebdo dans le sens du vent

L’hebdo de Fot­tori­no peut se tar­guer d’avoir anticipé la grande soirée de la bobosphère sur Canal +. Dans son numéro du mer­cre­di 22 févri­er, le mag­a­zine se pro­pose de faire « retour sur l’apartheid » et le racisme polici­er qui sévi­raient dans les ban­lieues. Les médias main­stream utilisent l’expression « apartheid » de préférence à celle de « ter­ri­toires per­dus de la république », con­sid­érée comme trop mar­quée poli­tique­ment. Le dessin de Une mon­tre un jeune enfer­mé dans une ban­lieue et con­trôlé par six policiers : « Après l’agression du jeune Théo, Le 1 revient sur l’hostilité entre police et jeunes des ban­lieues ». Ce « retour sur un apartheid » suit la ligne de l’hebdo : « Chaque semaine, une ques­tion d’actualité, plusieurs regards », don­nant la parole à des per­son­nes issues de la diver­sité migra­toire des ban­lieues. Un habi­tant de Gen­nevil­liers explique ain­si n’avoir pas imag­iné qu’un polici­er « pour­rait lui tir­er dessus ». Ambiance ten­due : « Il y a six ans, un copain à moi qui roulait en voiture volée s’est fait pour­suiv­re par la police. Ils l’ont inter­pel­lé et l’ont frap­pé au sol, avec leurs pieds et avec une matraque ». Des « petits » regar­dent et risquent d’être trau­ma­tisés, les jeunes deman­dent poli­ment aux policiers d’arrêter, une mère de famille inter­vient… Rien n’y fait. Men­acé par un polici­er, le jeune témoin s’enfuit et se fait tir­er dessus. Blessé, il pré­cise : « Je sais que j’aurais dû me ren­dre mais j’étais fiché parce que j’avais fait des con­ner­ies avant. J’ai pris du sur­sis pour agres­sion, men­ace et défaut de per­mis (…) Pour l’histoire de Théo (..) il faut vrai­ment avoir de la haine pour faire ça ». Un regard par­mi d’autres pro­posé par l’hebdo, dont ceux de jeunes en réus­site à l’université, d’une enseignante de ban­lieue, d’un habi­tant d’Aubervilliers racon­tant l’entrée des policiers des stups dans son apparte­ment, avec fusils à pompe, d’un édu­ca­teur sportif, de deux « poli­tistes » et de deux policiers. Le cha­peau qui intro­duit les divers témoignages indique que Manuel Valls avait rai­son en 2015 d’utiliser le mot « apartheid » pour désign­er « la sit­u­a­tion des quartiers sen­si­bles ».

La bande dessinée comme arme culturelle

Le racisme à l’encontre des pop­u­la­tions de ban­lieue est aus­si illus­tré par une planche de bande dess­inée signée Julien Revenu. L’auteur a toute légitim­ité : il a « gran­di en Seine-Saint-Denis, à Aulnay-sous-Bois et Livry-Gar­gan ». Le 1 ne pré­cise pas s’il y a un lien entre Revenu, Théo ou l’association du frère de ce dernier. La planche racon­te les événe­ments sur­venus le 2 févri­er à Aulnay. Le texte dit : « Théo Luha­ka est grave­ment blessé lors d’une inter­pel­la­tion. Le lende­main, la radio reprend directe­ment la ver­sion poli­cière invo­quant un acci­dent. De nou­veau, les ban­lieues s’embrasent. Le prési­dent de la République appelle au calme (il dit : “Il faut respecter la police”). Quand on sait que quelques bre­tons en colère peu­vent faire capot­er une loi fon­da­men­tale, on se demande qui sont ces citoyens de sec­onde zone dont la colère ne mérite même pas une réponse poli­tique ». Plus loin : « Bien sûr, des travaux ont été engagés pour désen­claver les quartiers et rénover l’habitat… mais le vrai tra­vail sym­bol­ique reste à faire. Influ­encée par la cul­ture améri­caine et l’héritage de la pen­sée colo­niale, notre généra­tion est racial­isée (…) L’universalisme, s’il est un idéal à attein­dre, sert par­fois à mas­quer les dif­férences de traite­ment appliquées aux minorités. Nous devons affirmer haut et fort notre nou­velle iden­tité nationale, ouverte et mul­ti­cul­turelle, en réponse aux frac­tures de la société ». Julien Revenu con­clut sur les mots que les jeunes issus des migra­tions veu­lent enten­dre : « Vous êtes la France ». À l’exclusion des autres bien enten­du.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.