Accueil | Actualités | Médias | Après le naufrage de L’Ebdo, Laurent Beccaria perd le contrôle des mooks XXI et Six Mois
Pub­lié le 4 juin 2018 | Éti­quettes : ,

Après le naufrage de L’Ebdo, Laurent Beccaria perd le contrôle des mooks XXI et Six Mois

Laurent Beccaria, fondateur des éditions des Arènes qui ont connu de beaux succès éditoriaux (Valérie Trierweiler, La Vie secrète des arbres de l’allemand Peter Wohlleben) est aussi l’inventeur avec Patrick de Saint-Exupery, des mooks en France, ces produits hybrides entre livres et revues. XXI a ouvert la voie (avec beaucoup d’imitateurs) Six Mois a suivi, tous deux avec succès.

Las, les revues faisaient société commune avec les éditions Rollin qui ont lancé le désastreux Ebdo auquel nous avons consacré un dossier que vous trouverez ici et dont la liquidation a entraîné une procédure de reprise des deux titres au tribunal de commerce de Paris.

Les prétendants

Partager le lit du défunt magazine dans la même société (les éditions Rollin) a entrainé le dépôt de bilan de Rollin qui restait propriétaire des deux mooks en bonne santé. Si personne ne voulait reprendre l’hebdomadaire, beaucoup s’agitaient autour des mooks : Nicolas Miguet, le groupe Le Monde, Thierry Mandon ancien directeur de publication de l’Ebdo, Editis, le groupe Hildegarde, le directeur du Seuil et peut-être d’autres.

Exit Thierry Mandon, bonjour Hugues Jallon

La gestion, disons aventureuse, du défunt hebdomadaire par Thierry Mandon peut-être bon secrétaire d’État sous François Hollande mais à l’expérience entrepreneuriale limitée n’a pas laissé de bons souvenirs aux salariés de Rollin. Deux projets de reprise demeuraient en lice : celui d’Hugues Jallon, PDG du Seuil associé à la Revue dessinée et celui de l’ancien ministre. Consultés les salariés (63 dont seulement 15 seront repris, 48 licenciements sans plan social de sécurité) ont voté à 80% pour le projet Jallon contre le projet Mandon (soutenu par Laurent Beccaria) alors même que ce dernier reprenait quelques personnes de plus.

Les nouveaux propriétaires s’engagent à mettre un million d’euros sur la table pour relancer les titres. Morale de l’histoire pour les investisseurs dans un média : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

66% récolté
Nous avons récolté 1.320€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store