Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

14 août 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

« Éducation aux médias », le camp du Bien s’inquiète et accélère

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 8 mars 2018

Alors que les attaques politiques s’accentuent contre la remarquable partialité des médias dominants — comme le montre le post de Jean-Luc Mélenchon dans son blog fin février 2018 – les médias mainstream organisent coûte que coûte leur défense. Illustration sur le blog Focus Campus du Monde du 3 mars 2018.

Fillon battu par la campagne des médias ?

Après quelques pro­pos lénifi­ants et qui n’engagent à rien « les jour­nal­istes sont par­fois irri­tants voire insup­port­a­bles » et quelques portes ouvertes bien enfon­cées « Bref, les jour­nal­istes sont loin d’être par­faits » (sic), l’auteur en vient à sa défense et illus­tra­tion du qua­trième pou­voir dom­i­nant. D’une manière involon­taire­ment comique il accrédite la thèse que Fil­lon a été bat­tu non par le vote mais par la pres­sion médi­a­tique. « Sans les médias…notre pays serait sans doute présidé aujourd’hui par un homme qui a notam­ment, pen­dant de nom­breuses années, rémunéré son épouse sur des deniers publics… ». Les anciens par­ti­sans de François Fil­lon seront ravis d’avoir con­fir­ma­tion de ce qu’ils affir­ment depuis le début : la défaite de leur can­di­dat a tout à voir avec une cam­pagne de presse. Cer­tains pour­raient crier au com­plo­tisme.

Objectif rééduquer et le plus tôt possible

Mais pas­sons, pour venir au thème cen­tral du pro­pos. Il est rare dans un seul arti­cle d’observer un tel flo­rilège de con­tre-vérités de l’oligarchie médi­a­tique : les ten­ta­tives de régimes étrangers (russ­es com­prend-on) de manip­uler les élec­tions, la Pologne qui réprime la presse, les médias qui sont le meilleur rem­part con­tre les fake news, l’auteur empile les con­tre vérités avec une bonne volon­té (nous sommes indul­gents de nature) inébran­lable.

L’objectif de ce gal­i­ma­tias : la réé­d­u­ca­tion du bon peu­ple. Et ceci le plus tôt pos­si­ble « Le plus tôt sera le mieux : dès le pri­maire, le col­lège, le lycée. Et jusque dans l’enseignement supérieur. ». Ceci « pour exercer ce regard cri­tique sur la presse sous toutes ses formes. » Fort bien et qui rem­pli­ra cette noble mis­sion ? Notam­ment le « Cle­mi (Cen­tre de liai­son de l’Enseignement et des Médias d’information), un ser­vice du réseau Canopé. Depuis 1983, le Cle­mi est chargé de l’éducation aux médias dans l’ensemble du sys­tème édu­catif. » Ce même Cle­mi qui n’est qu’un cen­tre de bour­rage de crânes dirigé par d’anciens appa­ratchiks social­istes. Un organ­isme que nous avions déjà décor­tiqué en juil­let 2017. Le vieux cheval de retour de l’éducation aux médias avait été remis au goût du jour en 2015 par Najat Val­laud-Belka­cem alors min­istre de l’éducation nationale. Le réseau Canopé que nous avons étudié en févri­er 2018 est de la même eau : un con­den­sé de bien-pen­sance mil­i­tante où l’éducation n’est qu’un pré­texte à une pro­pa­gande mas­sive.

Les servants du Prince

Tou­jours dans le reg­istre bouf­fon, l’auteur recrute des aides pré­cieuses : « Un groupe de jour­nal­istes volon­taires du Monde, en com­plé­ment de l’initiative “Decodex”, effectue ain­si régulière­ment des inter­ven­tions en classe, sur la base de con­tenus péd­a­gogiques mis à dis­po­si­tion de nos lecteurs. ». Ouh ! Le Decodex financé par Google au ser­vice de la démoc­ra­tie ! Le Monde qui véhicule – comme tout le monde – de fauss­es nou­velles appelé à la rescousse. Cerise sur le gâteau (ran­ci), les écoles de jour­nal­isme – pour beau­coup des usines à décérébr­er (cer­tains résis­tent) sont appelées à inter­venir. Il faut que les médias dom­i­nants soient bien inqui­ets pour appel­er à leur sec­ours des for­mules aus­si éculées.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.