Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nouvelle crise au Monde : Gilles van Kote démissionne

15 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nouvelle crise au Monde : Gilles van Kote démissionne

Nouvelle crise au Monde : Gilles van Kote démissionne

Gilles van Kote a démissionné jeudi 14 mai de sa fonction de directeur du journal Le Monde. La veille, la Société des rédacteurs avait crée la surprise en rejetant la candidature de Jérôme Fenoglio, le candidat des actionnaires, qui n’a obtenu que 55% des suffrages exprimés quand il en faut 60% selon les statuts du journal pour être élu.

« La déci­sion du Monde libre [hold­ing détenue par Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, ndlr] de ne pas retenir ma can­di­da­ture au poste de directeur puis le vote de la Société des rédac­teurs du Monde qui a con­duit au rejet de la can­di­da­ture de Jérôme Fenoglio que je soute­nais, me con­duisent à met­tre un terme à cette péri­ode et donc à démis­sion­ner de ma fonc­tion de directeur du jour­nal, mem­bre du direc­toire du groupe Le Monde », a sig­nifié Gilles Van Kote dans un mes­sage pub­lié adressé à l’ensemble des salariés, avant d’appeler les action­naires « à trou­ver en urgence, en con­cer­ta­tion avec la Société des rédac­teurs du Monde, une issue à cette grave crise de gou­ver­nance ».

Cet épisode plonge à nou­veau Le Monde dans la crise. En mai 2014, Natal­ie Nougayrède avait démis­sion­né et l’intérim était depuis assuré par Gilles van Kote qui avait déjà accep­té deux pro­lon­ga­tions. Mais les action­naires du groupe Le Monde, après avoir audi­tion­né trois can­di­dats à la suc­ces­sion, dont Gilles van Kote lui-même, avaient finale­ment choisi une qua­trième per­son­ne, Jérôme Fenoglio, celui-là même qui vient d’être rejeté par la Société des rédac­teurs. Celle-ci a déclaré dans un com­mu­niqué que cette can­di­da­ture avait « vis­i­ble­ment pâti de l’attitude des action­naires, qui ont pro­longé l’intérim au-delà du raisonnable et con­tourné la procé­dure qu’ils avaient eux-mêmes mise en œuvre ».

Depuis le rachat du Groupe Le Monde par le trio d’actionnaires, en 2010, cinq directeurs se sont suc­cédés : Éric Fot­tori­no, Erik Izraelewicz (décédé bru­tale­ment en novem­bre 2012), Alain Fra­chon par intérim, Natal­ie Nougayrède et Gilles van Kote par intérim. La SRM esti­mant que « le manque de con­ti­nu­ité au poste de directeur entraîne un déséquili­bre dom­mage­able pour notre col­lec­tiv­ité » souhaite que s’ouvre désor­mais un « débat sur la gou­ver­nance du Monde et la meilleure façon de sélec­tion­ner son directeur » avec les actionnaires…

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.