Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Viktor Orbán encore pire que le coronavirus ?

4 avril 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Viktor Orbán encore pire que le coronavirus ?

Viktor Orbán encore pire que le coronavirus ?

Y a‑t-il plus inquiétant que le coronavirus ? L’Union européenne, cette herbivore dans un monde de carnivores, semble bien impuissante et est en position de spectatrice face à la crise sanitaire. Pas tout-à-fait pourtant car Ursula von der Leyden s’est découvert un ennemi encore plus dangereux pour les Européens, la Hongrie de Viktor Orbán. Revue de la presse européenne sur le sujet.

À en croire Libéra­tion, « C’est dans les crises que les car­ac­tères se révè­lent, dans l’épreuve que l’on juge les gou­ver­nants. Cela vaut pour les dirigeants démoc­ra­tiques qui font en per­ma­nence l’objet de débats ser­rés et sévères. Cela vaut, a for­tiori, pour les dirigeants pop­ulistes qu’une forte houle a portés récem­ment au pou­voir. Pour eux, il s’agit du pre­mier grand test de leur apti­tude, du pre­mier grand exa­m­en con­cret de leur per­for­mance. Le résul­tat est acca­blant. On se doutait bien que la dém­a­gogie et le nation­al­isme qui leur ont valu la vic­toire ne les pré­paraient pas à l’exercice des respon­s­abil­ités. On n’imaginait pas que leur fail­lite serait aus­si immé­di­ate et spec­tac­u­laire. » Suit une liste des dirigeants pop­ulistes dont la fail­lite face à la pandémie actuelle serait, selon Libéra­tion, « spec­tac­u­laire » (au con­traire de celle des anti-pop­ulistes au pou­voir en France, en Ital­ie et en Espagne ?) : Trump et Bol­sonaro, qui ont trop longtemps refusé de voir venir la cat­a­stro­phe (au con­traire de Con­te, de Sánchez et du tan­dem Macron-Philippe?), et aus­si bien enten­du les dirigeants polon­ais et hon­grois. « À force de trich­er per­pétuelle­ment avec les faits, les gou­ver­nants pop­ulistes finis­sent apparem­ment par croire à leurs pro­pres men­songes. La ten­ta­tion de l’autoritarisme voire de l’autocratie les saisit de nou­veau dans la crise et leur nation­al­isme les aveu­gle. Les deux gou­verne­ments de l’Union européenne dirigés par les pop­ulistes l’illustrent une fois de plus. En Hon­grie, Vik­tor Orbán se saisit de l’épidémie pour impos­er le recours aux ordon­nances sans lim­i­ta­tion de temps, ce qui en somme équiv­aut à un arti­cle 16 per­ma­nent et presque à un con­sulat, le tout en con­tra­dic­tion fla­grante avec les règles européennes. Quant à la Pologne, elle a préféré se claque­mur­er et s’opposer le plus pos­si­ble aux mesures de sol­i­dar­ités européennes en débat. Égoïsme nation­al d’abord. »

Pour­tant, quoi qu’en dise Libéra­tion, en ce qui con­cerne la lutte con­tre la pandémie, la Hon­grie et la Pologne, comme les autres pays du Groupe de Viseg­rád, s’en sor­tent pour le moment beau­coup mieux que la France, l’Italie et l’Espagne, et ce avec des mesures moins strictes de con­fine­ment et donc des restric­tions moins pesantes des lib­ertés indi­vidu­elles.

En revanche, l’autre accu­sa­tion de Libéra­tion mérite que l’on se penche dessus car elle était présente dans bien d’autres médias européens, y com­pris dans ceux de ces trois pays qui sont en Europe les plus grave­ment affec­tés par la prop­a­ga­tion du coro­n­avirus : « En Hon­grie, Vik­tor Orbán se saisit de l’épidémie pour impos­er le recours aux ordon­nances sans lim­i­ta­tion de temps, ce qui en somme équiv­aut à un arti­cle 16 per­ma­nent et presque à un con­sulat, le tout en con­tra­dic­tion fla­grante avec les règles européennes ».

Dans un autre arti­cle inti­t­ulé « En plein coro­n­avirus, Vik­tor Orbán s’attribue les pleins pou­voirs en Hon­grie » et pub­lié le 30 mars, Libéra­tion, sous la plume de sa cor­re­spon­dante Flo­rence La Bruyère, écrit par ailleurs :

« En plein coro­n­avirus, Vik­tor Orbán s’attribue les pleins pou­voirs en Hon­grie. Un mys­térieux virus rav­age la planète. Sous pré­texte de pro­téger son pays, le dirigeant d’une petite nation fait parad­er des blind­és dans la cap­i­tale, nomme des mil­i­taires à la direc­tion logis­tique des hôpi­taux et s’octroie les pleins pou­voirs pour une durée illim­itée. Le tour­nage d’une nou­velle fic­tion ? Non, ça se passe en ce moment même, en plein cœur de l’Europe, en Hon­grie. Lun­di, le Pre­mier min­istre sou­verain­iste Vik­tor Orbán a fait vot­er par sa majorité de droite nation­al­iste une loi pro­longeant l’état d’urgence san­i­taire instau­ré le 11 mars. Le gou­verne­ment pour­ra légifér­er sur tous les sujets par décret, sus­pendre les élec­tions et déroger à n’importe quelle loi… pour une péri­ode indéfinie. »

Le Figaro, s’il n’adopte pas ce ton apoc­a­lyp­tique, par­lait quant à lui le 1er avril d’un « nou­v­el aver­tisse­ment pour le pre­mier min­istre hon­grois, Vik­tor Orbán, qui a fait vot­er lun­di une loi lui don­nant les pleins pou­voirs sans lim­i­ta­tion de durée. »

« Dans une déc­la­ra­tion com­mune, treize pays de l’UE, met­tent en garde la Hon­grie tout en se gar­dant bien d’écrire son nom noir sur blanc. ‘Dans cette sit­u­a­tion sans précé­dent, il est légitime que les États mem­bres adoptent des mesures extra­or­di­naires pour pro­téger leurs citoyens et sur­mon­ter la crise. Nous sommes toute­fois pro­fondé­ment préoc­cupés par le risque de vio­la­tions des principes de l’État de droit, de la démoc­ra­tie et des droits fon­da­men­taux résul­tant de l’adoption de cer­taines mesures d’urgence’, écrivent les sig­nataires, par­mi lesquels la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie, l’Espagne, la Grèce, la Fin­lande et la Bel­gique.»

Le jour­nal espag­nol ABC, de cen­tre-droit, évo­quait lui aus­si le 2 avril ce com­mu­niqué des « gou­verne­ments d’Allemagne, de Bel­gique, du Dane­mark, de Fin­lande, de France, de Grèce, d’Irlande, d’Italie, du Lux­em­bourg, de Hol­lande, d’Espagne, du Por­tu­gal et de Suède », dans lequel ils se dis­ent « pro­fondé­ment préoc­cupés ». Mais, fait remar­quer ABC, « s’ils affir­ment qu’il est ‘légitime’ de faire front avec des mesures excep­tion­nelles face à cette ‘sit­u­a­tion sans précé­dent’ et s’ils ne men­tion­nent pas directe­ment Vik­tor Orbán, on com­prend qu’ils se réfèrent à ce qui vient d’être approu­vé par le par­lement de Budapest et ils par­lent ‘du risque de vio­la­tion des principes de l’État de droit, de la démoc­ra­tie et des droits fon­da­men­taux’ ». Dans un autre arti­cle pub­lié le 31 mars, ABC explique le prob­lème à ses lecteurs : la loi d’exception hon­groise «va beau­coup plus loin que les mesures san­i­taires ou de con­fine­ment. Elle per­me­t­tra au pre­mier min­istre hon­grois de gou­vern­er par décrets, sans con­trôle par­lemen­taire, de faire taire les médias et de pro­longer l’état d’urgence pen­dant cinq ans. Ce sont des mesures qui instau­rent dans la pra­tique un régime à car­ac­tère dic­ta­to­r­i­al.»

Le jour­nal ital­ien de gauche La Repub­bli­ca a choisi d’interroger l’ancien pre­mier min­istre social­iste hon­grois (de 2004 à 2009) Fer­enc Gyurcsány, ex-cadre des jeuness­es com­mu­nistes devenu oli­gar­que après le pas­sage à l’économie de marché, qui s’était dis­tin­gué par la vio­lence des répres­sions con­tre les gross­es man­i­fes­ta­tions pop­u­laires de 2006 (des répres­sions dont les médias européens n’avaient que très peu par­lé), en reprenant en titre la cita­tion suiv­ante tirée de l’entretien avec Gyurcsány : « Orbán veut gou­vern­er comme un mil­i­taire. Nous sommes dans un état de guerre ».

Le jour­nal ital­ien de droite Il Gior­nale, dans un édi­to­r­i­al pub­lié le 1er avril, est quant à lui très méfi­ant face aux accu­sa­tions de dic­tature portées à l’encontre du dirigeant hon­grois :

« Les mêmes jour­naux et les mêmes politi­ciens qui accusent Orbán aujourd’hui sont, dans bien des cas, ceux qui qual­i­fi­aient de dic­ta­teur un grand ami du pre­mier min­istre hon­grois, Sil­vio Berlus­coni, qui a été com­paré dans le passé non seule­ment à Mus­soli­ni mais aus­si à Kad­hafi, à Hitler et même aux despotes com­mu­nistes ».

Il Gior­nale énumère ensuite les trois con­di­tions qui per­me­t­tent de par­ler de dic­tature – l’absence d’élections libres, la con­cen­tra­tion des pou­voirs entre les mains d’une seule per­son­ne ou d’un seul organe de pou­voir, et la vio­lence poli­tique con­tre les opposants – pour con­stater qu’aucune de ces con­di­tions n’est rem­plie aujourd’hui en Hon­grie. Et le jour­nal ital­ien d’évoquer l’éditorial du quo­ti­di­en hon­grois Nep­sza­va, « le plus proche des soci­aux-démoc­rates dans l’opposition, qui fai­sait l’éloge de Con­te. Ce même Con­te qui a recou­ru aux pleins pou­voirs avant de con­vo­quer le par­lement et non pas après, comme l’a fait Orbán ».

Mar­ta Par­davi, coprési­dente du Comité Helsin­ki en Hon­grie, une ONG spé­cial­isée sur les droits de l’homme (et cofi­nancée par l’Open Soci­ety Foun­da­tions de George Soros), explique le vrai prob­lème aux lecteurs français du Figaro : « Ce que cette loi dit, c’est que toute action gou­verne­men­tale doit avoir un rap­port avec la crise ou ses con­séquences. Pour rester con­sti­tu­tion­nelle, celle-ci doit être néces­saire et pro­por­tion­nelle. Mais pour s’assurer qu’elle le reste bien, il faudrait un con­trôle, du Par­lement par exem­ple, ce qui ne se pro­duira sans doute pas, étant don­né la répar­ti­tion des forces poli­tiques. »

En Hon­grie, la coali­tion gou­verne­men­tale for­mée par le Fidesz avec ses alliés chré­tiens-démoc­rates (KDNP) détient une majorité des deux tiers qui lui per­met de vot­er n’importe quelle loi et même de chang­er la con­sti­tu­tion, si elle le désir­ait. « Par con­séquent », explique le média spé­cial­isé dans l’actualité d’Europe cen­trale Viseg­rád Post dans un arti­cle inti­t­ulé « Non, Vik­tor Orbán n’a pas instau­ré la dic­tature en Hon­grie », le gou­verne­ment hon­grois « ne dis­po­sait déjà d’aucune entrave par­lemen­taire à tout pro­jet lég­is­latif qu’il aurait voulu voir entr­er en vigueur. Cela se passe ain­si car les électeurs hon­grois l’ont voulu (en 2018, le par­ti d’Orbán a obtenu 49% des suf­frages, tan­dis que le pre­mier par­ti d’opposition cul­mi­nait à 19%). » Le Viseg­rád Post pré­cise encore que, en don­nant au gou­verne­ment le pou­voir de gou­vern­er par décrets pour toute la durée de l’épidémie (mais unique­ment dans le domaine con­cerné par la lutte con­tre l’épidémie), « les dirigeants hon­grois ont activé l’article 53 de la Con­sti­tu­tion » et que « en com­para­i­son, l’article 16 de la Con­sti­tu­tion française instau­rant les pou­voirs excep­tion­nels est beau­coup plus éten­du que l’article 53 de la Con­sti­tu­tion hon­groise relatif à l’état de dan­ger. »

La pseu­do men­ace de dic­tature en Hon­grie sem­ble être en toutes cir­con­stances une excuse bien utile des grands médias d’Europe occi­den­tale pour ne pas s’intéresser de trop près aux man­que­ments dont se ren­dent coupables les dirigeants dans leur pro­pre pays. Lais­sons donc le mot de la fin au Viseg­rád Post : « Les cen­taines de Français Gilets Jaunes éborgnés et mutilés par la police aux ordres de Macron ? Le main­tien crim­inel (déjà plusieurs morts par­mi ceux qui ont tenu les bureaux de vote !) des élec­tions munic­i­pales français­es en pleine pandémie ? Le tri trag­ique des patients à l’hôpital en fonc­tion de leur âge en rai­son de l’insuffisance de lits ou de res­pi­ra­teurs ? Tout cela est sans impor­tance, ce qui men­ace l’Europe c’est Vik­tor Orbán ! »

Crédit pho­to : Wiki­me­dia (cc)

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision