Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Soft power : succès international pour la série ukrainienne « Serviteur du peuple »

15 avril 2022

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Soft power : succès international pour la série ukrainienne « Serviteur du peuple »

Soft power : succès international pour la série ukrainienne « Serviteur du peuple »

15 avril 2022

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis le 24 février 2022, date de l’entrée des troupes russes en Ukraine, la série télévisée « Serviteur du peuple », dans laquelle l’actuel président Zelensky, ancien comique et acteur, tient le premier rôle, rencontre un fort succès d’audience à l’international et suscite l’intérêt de plusieurs groupes de médias s’étant subitement mis à racheter les droits de diffusion de cette production.

Des millions de vues sur Arte

Trois semaines après le début des opéra­tions russ­es, la série ukraini­enne avait déjà atteint plus de trois mil­lions de vues sur Arte.tv. La chaîne en ligne du média fran­co-alle­mand dif­fuse cette fic­tion de fic­tion depuis le mois de novem­bre, mais n’avait pas réus­si à séduire son pub­lic avant le 24 févri­er, comme le déclare le directeur édi­to­r­i­al d’Arte France :

« Hélas, à la faveur de la guerre, [la série] est dev­enue une des séries incon­tourn­ables d’Arte aujourd’hui [alors qu’] elle était moins regardée que d’autres séries. »

En France, c’est Arte qui avait obtenu les droits de dif­fu­sion de cette série à l’automne dernier. La chaîne en fait aujourd’hui sa fierté, cette « fic­tion pré­moni­toire » (sic) per­me­t­trait, tou­jours selon Boris Razon, de com­pren­dre la cristalli­sa­tion des attentes d’un peu­ple par rap­port à une « classe poli­tique déval­orisée, cor­rompue, dans l’orbite russe. »

Entre 2015 et 2019, plus de 20 mil­lions d’Ukrainiens ont en effet vision­né cette série, qui reste à ce jour le plus grand suc­cès de télévi­sion en Ukraine. « Servi­teur du peu­ple », aus­si devenu le nom du par­ti poli­tique du prési­dent ukrainien, racon­te l’histoire d’un pro­fesseur d’histoire, joué par Volodomyr Zelen­sky, devenu par un con­cours de cir­con­stances prési­dent de l’Ukraine. Le scé­nario aurait été inspiré directe­ment par Zelen­sky et aurait poussé ce dernier à entamer une car­rière politique.

Voir aus­si : Arte et la fab­ri­ca­tion de l’histoire de l’ex-Yougoslavie

American hero

Cette série n’est bien évidem­ment pas le seul pro­gramme dif­fusé par la chaîne fran­co-alle­mande sur la guerre rus­so-ukraini­enne. Le 15 mars, elle dif­fu­sait « Volodomyr Zelen­sky, L’homme de Kiev », un por­trait louangeur décor­tiqué par nos con­frères alle­mands de Junge Frei­heit :

« Volodymyr Zelen­sky est désor­mais le héros de l’Occident : ce juriste de 44 ans, comé­di­en comique de méti­er, défend la lib­erté et la démoc­ra­tie, héroïque­ment et courageuse­ment, selon le tableau glob­al. Ses mes­sages vidéo, métic­uleuse­ment enreg­istrés avec un télé­phone portable, sont avide­ment partagés. En temps de crise, les héros ont apparem­ment tou­jours la cote, même à notre « ère post-héroïque »

Disponible sur Arte.tv et 6play, la série ukraini­enne a égale­ment été dif­fusée à l’antenne d’Arte le 8 avril, alors que la chaîne vient d’annoncer l’acquisition des saisons 2 et 3, qui seront disponibles sur la plate­forme en ligne au courant du mois de mai.

Une frénésie de rachat des droits de la série

Les rachats des droits de dif­fu­sion de la série se sont mul­ti­pliés depuis le 24 févri­er. Voici une liste non-exhaus­tive des chaînes ayant racheté les droits de « Servi­teur du peu­ple » et les dates de rachat :

Tring TV (Alban­ie, 14 mars), TV Klan (Alban­ie, 19 avril), Vision TV (Cana­da, 5 avril), TV3 (Estonie, 5 avril), TV3+ (Estonie, 1er avril), ANT1 (Grèce, 7 mars), RTL Klub (Hon­grie, 20 mars), La7 (Ital­ie, 4 avril), Kohav­i­sion (Koso­vo, 31 mars), TV3 (Let­tonie, 28 mars), TV3 (Litu­anie, 28 mars), Markíza (Slo­vaquie, 28 mars), Daj­to (Slo­vaquie, 2 avril), Chan­nel 4 (Roy­aume-Uni, 6 mars).

« Servi­teur du peu­ple » est égale­ment dif­fusé en ce moment en Bul­gar­ie (NOVA), en Fin­lande (Yle), au Moyen-Ori­ent (MBC), en Mol­davie (Jur­nal TV), en Roumanie (Pro TV), en Espagne (Telecin­co), en Tunisie (Han­ni­bal TV), en Suisse (RTSPlay) et aux États-Unis (HITN — espag­nol), alors que le 16 mars Net­flix a annon­cé le retour de la série dans son offre US, et que des négo­ci­a­tions sont en cours avec des chaînes turque et géorgienne.

Un épisode de la massive guerre de l’information

De l’avis général, y com­pris selon une chroniqueuse de BFMTV, cette série relate des évène­ments et joue sur des ressorts sou­vent peu sai­siss­ables par un pub­lic non-ukrainien et a résol­u­ment un « style ringard ». Que cette série soit pop­u­laire en Ukraine est une chose, mais qu’elle soit dev­enue en quelques jours un des pro­duits les plus prisés sur le secteur mon­di­al des médias ne peut s’expliquer autrement que sous l’angle d’un épisode sup­plé­men­taire de la guerre de l’information.

Voir aus­si : Le Point et la guerre russo-ukrainienne

Dif­fuser à si grande échelle à un pub­lic non-ukrainien une série de qual­ité moyenne, et au reg­istre humoris­tique peu exportable, peut-il en effet avoir d’autres objec­tifs que celui con­sis­tant à créer une image douce et roman­tique d’un prési­dent ukrainien héros de la résis­tance et de la lib­erté ? Pos­er la ques­tion, c’est déjà y répondre.

Synopsis

« Alors qu’il con­fie son dépit con­cer­nant la cor­rup­tion des élites – avec force jurons– à un collègue,le pro­fesseur d’histoire Vasyl Holoborod­ko est filmé à son insu.La vidéo, postée sur Inter­net, atteint rapi­de­ment plusieurs mil­lions de vues et l’humble citoyen est porté au pou­voir à la prési­den­tielle. La série satirique au suc­cès reten­tis­sant qui a mené jusqu’aux urnes Volodymyr Zelen­sky, humoriste et comé­di­en sans expéri­ence poli­tique, le déclarant prési­dent de l’Ukraine en 2019 avec 73% des voix. » (rts.ch)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés