Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Semaine de propagande médiatique à l’école ? C’est parti !
Semaine de propagande médiatique à l’école ? C’est parti !

25 mars 2021

Temps de lecture : 5 minutes

Accueil | Veille médias | Semaine de propagande médiatique à l’école ? C’est parti !

Semaine de propagande médiatique à l’école ? C’est parti !

Semaine de propagande médiatique à l’école ? C’est parti !

Comme chaque année à l’arrivée du printemps, l’Éducation nationale fait sa grande messe médiatique en forme de propagande pour les médias de grand-chemin. Cette année, l’opération de masse a commencé lundi 22 mars 2021.

La pro­pa­gande médi­a­tique annuelle est telle­ment mas­sive que l’OJIM ne manque pas de s’y intéress­er chaque année, tant au sujet des organ­ismes chargés de l’opération, comme le CLEMI, out­il d’État digne des régimes autori­taires encad­rant leur jeunesse, que de la semaine en ques­tion. Nous avons ain­si déjà pub­lié une série sur la semaine de la presse à l’école du print­emps 2019, en 2020 les étab­lisse­ments sco­laires étant fer­més l’offensive s’est avérée plus dis­crète. Les faits pro­pa­gan­distes remar­quables de l’édition de 2019 peu­vent être lus par exem­ple ici : Édu­ca­tion par les médias ou réé­d­u­ca­tion par les médias ?

La propagande avance en couple

En général, et comme ce fut le cas en 2019, la semaine de la presse à l’école ne vient pas seule. Elle est accom­pa­g­née de la semaine de la lutte con­tre le racisme et l’antisémitisme.

C’est aus­si le cas cette année puisque les enseignants de France ont reçu, le 21 mars 2021, un email de cette sorte (for­mu­la­tions divers­es selon les académies) :

« Chers collègues,
S’est ouverte aujour­d’hui la semaine de de l’éducation con­tre le racisme et l’an­tisémitisme. Nous savons bien que ce n’est pas le tra­vail d’une semaine mais une édu­ca­tion faite au quo­ti­di­en, tout au long de l’an­née, et tout par­ti­c­ulière­ment en his­toire-géo-EMC. De nom­breuses ressources sont à votre dis­po­si­tion mais nous attirons votre atten­tion sur un out­il qui ouvre au grand pub­lic cette semaine, avec un espace des­tiné aux enseignants et de cour­tes videos (2–3mn) très util­is­ables en EMC : Sapio, le cam­pus numérique de la LICRA.
Sapio a pour objec­tif de dévelop­per l’e­sprit cri­tique de chaque usager, de lui don­ner aus­si des out­ils numériques pour répon­dre aux inci­ta­tions à la haine raciste et anti­sémite, aux théories du com­plot, au développe­ment des dis­cours de haine sur inter­net. Il com­prend un espace des­tiné aux enseignants.
Sapio est artic­ulé autour dune dizaine de par­cours thé­ma­tiques: Antiracisme, Com­plo­tisme, Anti­sémitisme, Mémoire, Racisme, Rad­i­cal­i­sa­tion, Dis­crim­i­na­tions, Laïcité, Néga­tion­nisme et Sport.
Ce pro­jet a reçu des sou­tiens nom­breux par­mi lesquels ceux de la DILCRAH, du Comité inter­min­istériel de préven­tion de la délin­quance et de la rad­i­cal­i­sa­tion (CIPDR), de la Fon­da­tion pour la Mémoire de la Shoah, du Min­istère de l’En­seigne­ment Supérieur, de la Recherche et de l’in­no­va­tion, du Min­istère chargé des Sports… » 

La presse officielle, tu ingurgiteras mon fils

À cette semaine « anti-dis­crim­i­na­tion » s’ajoute donc celle de la glo­ri­fi­ca­tion des médias offi­ciels. Cette année, l’offensive pro­pa­gan­diste s’annonce offi­cielle­ment ainsi :

« Face à la pandémie, la Semaine de la presse et des médias dans l’École souvre cette année dans un for­mat inédit, 100% adap­té au con­texte san­i­taire et avec une mobil­i­sa­tion sans précé­dent des acteurs de l’éducation, des médias et du numérique.
Ce sont 20 461 écoles, collèges, lycées, représen­tant 260 000 enseignants, 4 500 000 élèves ain­si que 1800 médias parte­naires impliqués cette année. Avec une aug­men­ta­tion de 1 800 étab­lisse­ments sco­laires inscrits pour cette 32e édi­tion, la par­tic­i­pa­tion est en hausse pour la 7e année con­séc­u­tive. Les écoles pri­maires se sont très forte­ment mobil­isées, avec 7 386 inscrip­tions, ce qui con­stitue un taux de par­tic­i­pa­tion record dans lhis­toire de la Semaine de la presse et des médias dans l’École. » (source: CLEMI).

Mas­sif, l’Ojim vous le dis­ait. L’enjeu est de taille : il y va du con­trôle des con­sciences dès la maternelle.

Au menu :

« S’informer pour com­pren­dre le monde ». C’est le thème de cette année.

Et cela ne rigole pas. Le slo­gan ? En majus­cule dans le dossier de presse : MOBILISATION GENERALE DU MONDE SCOLAIRE ET DES MEDIAS

Diantre, que se passe-t-il ? La guerre est déclarée ? En tout cas, la semaine s’ouvre sur un « dis­cours d’ouverture » de Blan­quer, min­istre de l’Éducation nationale (en vidéo) et est placée sous l’égide de quelques per­son­nal­ités, dont un « grand témoin », Richard Mal­ka, avo­cat de Char­lie heb­do.

Trois temps forts

  1. Dessin de presse et lib­erté d’expression, mené par le CLEMI et l’association Car­toon­ing for peace. Une web­con­férence afin d’échanger « autour de l’utilisation péd­a­gogique du dessin de presse et d’aborder les enjeux con­tem­po­rains liés à la lib­erté d’expression ». Un thème intéres­sant et d’’actualité : « Des­sine-moi l’Afrique». Il n’est pas dou­teux que cela pour­rait per­me­t­tre de recenser un peu claire­ment l’éthnicisation de l’école française.
  1. Citoyen­neté numérique en famille. Blan­quer et l’Etat s’invitent chez vous : « La Caisse nationale d’allocations famil­iales et le CLEMI organ­isent un Face­book live à des­ti­na­tion des par­ents : s’informer sur les réseaux soci­aux, une affaire de famille ! »

Le Face­book live est orchestré par Julien Pain, rédac­teur en chef de Fran­ce­in­fo.

  1. Médias sco­laires : « L’association des jour­nal­istes jeunes, Jets d’encre, et l’observatoire des pra­tiques de presse lycéenne pro­posent un évène­ment en ligne : Pro­viseurs, com­ment favoris­er la créa­tion de médias sco­laires dans votre établissement ? »

La semaine de la presse ne dure pas que le temps des cerises

La pro­pa­gande ne s’arrête ni ne com­mence au print­emps, d’autres « temps forts », la pré­par­ent ou la ponctuent.

Par exem­ple :

Une expo­si­tion « Fake news, art, fic­tion, men­songe », du 4 mai 2021 au 30 jan­vi­er 2022, dans les locaux d’EDF à Paris. La présen­ta­tion offi­cielle : « Lexpo­si­tion « Fake news, art, fic­tion, men­songe », présentée du 4 mai 2021 au 30 jan­vi­er 2022 à lEspace Fon­da­tion EDF à Paris, fait le pari que les artistes peu­vent nous aider pour regarder le monde différemment et nous protéger de nos éventuelles dérives…La Fon­da­tion groupe EDF, fon­da­tion dentre­prise et espace dexpo­si­tion, sest associée au CLEMI et à Réseau Canopé autour dune expo­si­tion sur les fake news en sou­tenant la pro­duc­tion dun livret pédagogique et des webi­naires daccom­pa­g­ne­ment destinés aux enseignants… En complément de lexpo­si­tion, le numéro spécial du mag­a­zine Le 1 « Fake News, men­songe et vidéos » inter­roge le pou­voir de limage à tra­vers les fauss­es nou­velles en sappuyant sur des œuvres dartistes et dexem­ples con­crets pour enquêter avec pédagogie sur la pro­duc­tion des fake news, leur dif­fu­sion et leur réception. »

Il y a aus­si de très nom­breuses activ­ités de mars à mai 2020, aux­quelles les étab­lisse­ments sco­laires peu­vent (doivent ?) inscrire leurs class­es et/ou leurs élèves :

« le lien BFM », une ren­con­tre avec Bruce Tou­s­saint ; une inter­ven­tion du prési­dent du CSA ; inter­ven­tions de jour­nal­istes du mag­a­zine Sci­ences humaines ; inter­ven­tions de jour­nal­istes dans les class­es ; ren­con­tre avec des jour­nal­istes tunisiens et ital­iens ; ate­lier « infox ou intox » ; les « fauss­es nou­velles à l’épreuve des faits » ; « La fab­rique du men­songe : fake news sur ordon­nance » ; ate­lier « L’image, quel pou­voir de per­sua­sion ? » ; « décryptage de fake news sur les réseaux soci­aux » ; ren­con­tre avec une jour­nal­iste exilée poli­tique ; le baromètre des médias de La Croix ; doc­u­men­taire Les damnés de la Com­mune ; « Com­bat­tre par la presse » ; inter­ven­tion de Thomas Sot­to ; « faire de l’éducation aux médias grâce à un pro­jet col­lab­o­ratif européen » ; « La dés­in­for­ma­tion et la sci­ence » ; « Com­ment com­bat­tre la dés­in­for­ma­tion : présen­ta­tion du robot con­ver­sa­tion­nel des Décryp­teurs de Radio Cana­da » ; « Théories du complot » 

Les parte­naires sont nom­breux, claire­ment iden­ti­fiés à gauche, tant en ce qui con­cerne les médias retenus (Elé­ments, L’OJIM, L’incorrect, Valeurs Actuelles, Présent, TVLib­ertés, RT… ne sont pas invités) que des asso­ci­a­tions, comme par exem­ple « La Chance. Pour la diver­sité dans les médias ».

Pour qui serait désireux d’en savoir un peu plus sur cette fatidique semaine de défense de la lib­erté d’expression, les con­tacts presse sont : Choukri Kouas, Natia Dhal et Aude Mouyanan­ga, joignables par communication@clemi.fr ou directe­ment par télé­phone au CLEMI.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.