Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Alice Antheaume
Mis à jour le

13 décembre 2016

Temps de lecture : 9 minutes

Alice Antheaume

La voix de Sciences Po

Née en 1980, Alice Antheaume est directrice exécutive de l’école de journalisme de Sciences Po. Elle y enseigne le journalisme en ligne depuis 2008. En parallèle, elle est aussi chroniqueuse sur Radio France et tient un blog sur Slate.fr

Située au cœur du sys­tème médi­a­tique français – de par ses fonc­tions et le puis­sant réseau pro­fes­sion­nel con­sti­tué par les enseignants de l’é­cole de jour­nal­isme de Sci­ences Po, notam­ment sous la houlette de leur ancien directeur Bruno Pati­no – elle en est aus­si à l’a­vant-garde. Elle est en effet spé­cial­iste d’un jour­nal­isme numérique qui se voit comme l’avenir de médias français dans l’ensem­ble inca­pables de s’adapter aux incer­ti­tudes et aux défis qui minent une société en per­pétuelle évo­lu­tion. Nou­veau chien de garde ou héraut d’in­no­va­tions tech­nologiques essen­tielle­ment insuf­flées aux médias français par des médias anglo-sax­ons, c’est le choix dif­fi­cile qui se pose à Alice Antheaume.

Formation

Hypokhâgne et khâgne au lycée Carnot (Dijon), puis licence de let­tres mod­ernes à l’u­ni­ver­sité de Dijon. Son mémoire de maîtrise en M1 ten­tait la com­para­i­son entre Huis-clos, le livre de Jean-Paul Sartre, et les pro­grammes de téléréal­ité, qui, en 2001, appa­rais­saient pour la pre­mière fois à la télévi­sion française. Elle est tit­u­laire du mas­ter euro-médias de l’u­ni­ver­sité de Dijon en 2002.

Parcours professionnel

Elle débute pen­dant sa 3e année de licence à Mez­zo, une chaîne de France Télévi­sions fusion­née courant 2001 avec Muzzik. Puis elle fait un stage à TF1 pen­dant six mois. Elle enchaîne plusieurs stages à Télérama.fr, puis au Monde Inter­ac­t­if (ancêtre de lemonde.fr) en 2002 alors qu’elle est en mas­ter à Dijon puis revient à Téléra­ma où elle exerce de 2003 à 2007. Ensuite, ce sera le site web du gra­tu­it 20 min­utes, de févri­er 2007 à jan­vi­er 2010. A par­tir de sep­tem­bre 2009 elle est aus­si rédac­trice en chef adjointe de 20minutes.fr. A par­tir de jan­vi­er 2010 elle tient un blog, Work in progress, sur le média Slate.fr, où elle traite du jour­nal­isme, des médias et notam­ment des l’évo­lu­tion du jour­nal­isme con­fron­té aux défis du numérique.

Elle enseigne le jour­nal­isme numérique à Sci­ences Po à par­tir de 2008. Elle est respon­s­able de la prospec­tive et du développe­ment inter­na­tion­al de l’é­cole depuis 2010, puis direc­trice exéc­u­tive de l’é­cole à par­tir de 2016.

Dans le pro­gramme offi­ciel détail­lé de l’é­cole, elle ani­me notam­ment, avec Bruno Pati­no un mod­ule d’ini­ti­a­tion à l’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle qui « donne à voir, pour les étu­di­ants de Mas­ter 1, les grands principes de recrute­ment dans une rédac­tion, soit pour un stage, soit pour un appren­tis­sage, soit pour un pre­mier emploi. Ques­tions oblig­a­toires, CV, let­tre de moti­va­tion, val­ori­sa­tion des expéri­ences, pré­pa­ra­tion de l’entretien… ». Mais aus­si, avec d’autres pro­fesseurs (Boris Razon, Anaïs Bor­dages, Cécile Dehes­din, Emma Defaud) un cours inti­t­ulé « les fon­da­men­taux du jour­nal­isme numérique », ain­si résumé : « L’ob­jec­tif de cet enseigne­ment, spé­ci­fique à l’Ecole de jour­nal­isme de Sci­ences Po, est dou­ble : don­ner aux élèves des références pour mieux utilis­er et mieux com­pren­dre le Web, l’en­vi­ron­nement mobile, les for­mats édi­to­ri­aux spé­ci­fiques au numérique, la ges­tion des tem­po­ral­ités, l’or­gan­i­sa­tion des rédac­tions, et leur enseign­er les arcanes du jour­nal­isme en ligne. Com­ment cal­i­br­er les for­mats (info­gra­phie, vidéo, gif ani­mé, live, pho­to, tweet, texte) en fonc­tion du sujet cou­vert? Quel est l’im­pact des réseaux soci­aux ? Com­ment inter­a­gir avec l’au­di­ence? ».

Un autre de ses cours, mené avec Jean-François Fogel, vise à appren­dre aux jour­nal­istes à éditer en ligne : « Il s’agit de pub­li­er, comme sur un vrai site d’informations, des con­tenus jour­nal­is­tiques per­ti­nents par rap­port à l’actualité ». Les étu­di­ants appren­nent notam­ment à « faire une veille intel­li­gente, rédi­ger sous la con­trainte d’une “dead­line”, trou­ver des titres qui aident au référence­ment, relire les pro­duc­tions de ses con­frères, hiérar­chis­er les con­tenus, véri­fi­er que les infor­ma­tions sont val­ables, s’as­sur­er de leur mise à jour tout au long de la journée, et ani­mer l’ensem­ble sur les réseaux soci­aux ».

Parcours militant

Elle sem­ble n’avoir été jamais encar­tée dans un mou­ve­ment poli­tique, et ses écrits ne le lais­sent pas penser non plus.

Collaborations

  • Elle a créé en 2011 Net:lab. C’est une plate­forme ouverte de débat et de col­lab­o­ra­tion sur le thème Inter­net et Société. Elle rassem­ble des experts de la société civile, du secteur académique, du secteur privé, des insti­tu­tions, des inter­nautes, afin de con­tribuer au débat pub­lic sur le numérique et la place qu’il peut avoir dans la société de demain.
  • De sep­tem­bre 2011 à juin 2016, elle est chroniqueuse à France 5, spé­cial­isée sur le numérique, dans l’émis­sion Médias le Mag, dif­fusée chaque dimanche à 12h30.
  • Depuis août 2016, elle est chroniqueuse pour Le Nou­veau Ren­dez-vous, l’émis­sion de Lau­rent Goumarre sur France Inter, dif­fusée tous les mardis soir de 23h à minu­it.

Publications

  • Le Jour­nal­isme numérique” (édi­tions Press­es de Sci­ences Po, avril 2013 ; 2e édi­tion aug­men­tée en sep­tem­bre 2016 ; 208 pages, 14€)

Ce qu’elle gagne

Non pré­cisé.

Sa nébuleuse

Bruno Pati­no (directeur de l’é­cole de jour­nal­isme de Sci­ences Po ; Arte / France Télévi­sions jusqu’en 2015) et ses proches, recen­sés par Arrêts sur Images en 2013 : Yann Chapel­lon, Boris Razon, Eric Scher­er, Jean-Louis Fogel, Emmanuelle Defaud, Thibaud Vuit­ton, Stéphane Mazo­rat­to, Hervé Brusi­ni, Alex­is Del­cam­bre, Flo­rence Sturm, David Kessler, Anne Méaux. Plusieurs d’en­tre eux enseignent à Sci­ences-Po, voire ont été col­lègues de Bruno Pati­no dans le groupe France Télévi­sions.

Elle l’a dit

« Les trolls ser­vent au fond de baromètre de vis­i­bil­ité. Car au fond, il serait inquié­tant qu’un site d’infos d’envergure ne soit pas “trol­lé”. Cela sig­ni­fierait que ses con­tenus ne sus­ci­tent pas – assez – de réac­tions et qu’ils ne sont pas assez pop­u­laires. […] A dire vrai, les rédac­tions en ont assez des trolls. Surtout les trolls d’extrême droite, plus offen­sifs sur les sites d’infos, notent les jour­nal­istes en ligne, que ceux de l’extrême gauche. Ils ont été à la fête cet été lors des polémiques sur la sécu­rité, la déchéance de la nation­al­ité et les Roms. » Blog Work in progress (11/4/2010)

«[Une] “supra rédac­tion” s’est for­mée sur le Web français. J’emploie le mot “supra” à des­sein. Car c’est un corps de jour­nal­istes et experts du Web qui, au delà du titre qui les emploie – ou du site pour lequel ils pro­duisent des con­tenus –, tra­vail­lent par­fois de con­cert sur le même sujet. Et com­mu­niquent les uns avec les autres. Comme s’ils étaient dans la même rédac­tion.
De l’extérieur, le proces­sus est qua­si invis­i­ble. Cette con­struc­tion de l’information en temps réel, en ligne, et en com­mun, s’est instal­lée sans avoir été ni plan­i­fiée ni orchestrée. En com­mun? Mais à com­bi­en? Dif­fi­cile de déter­min­er le nom­bre exact de mem­bres de cette salle de rédac­tion virtuelle, dis­ons une petite cinquan­taine, tra­vail­lant ou sur des sites d’informations général­istes, ou des blogs, ou des sites locaux et régionaux, ou spé­cial­isés
. », Work in progress, 30 août 2010.

« Il arrive que la “supra rédac” se mette à boss­er “ensem­ble”, générale­ment sur un gros événe­ment ou une actu “chaude”, m’explique Samuel Lau­rent, jour­nal­iste poli­tique au Monde.fr, ex-lefigaro.fr. Dis­ons surtout qu’on partage des choses que l’on voit en enquê­tant. “Partager des choses”, en lan­gage Web, cela veut dire s’envoyer/poster des liens url. Sans “bon­jour” ni aucun autre mot ser­vant la fonc­tion pha­tique du lan­gage, cir­cu­lent ain­si des liens vers un doc­u­ment, vers une vidéo, vers un arti­cle paru sur un site étranger… qu’importe le con­tenu du moment qu’il apporte un élé­ment d’information inédit. Le lien, c’est la mon­naie d’échange des tra­vailleurs du Web. La col­lab­o­ra­tion entre jour­nal­istes n’est pas nou­velle. Ce qui change, c’est l’intensité de cette col­lab­o­ra­tion et la tech­nolo­gie employée pour ce faire. Sans sur­prise, les passerelles entre les mem­bres de cette “supra rédac” passent avant tout par les out­ils du Web. Mes­sagerie instan­ta­née, Skype, direct mes­sage sur Twit­ter, mes­sage via Face­book, ou sim­ple email: la plu­part des jour­nal­istes Web ont des dizaines de fenêtres ouvertes sur leur écran. De quoi tiss­er des liens en per­ma­nence, bien plus qu’entre jour­nal­istes d’antan. », ibid.

« La “supra rédac”, c’est donc un échange d’intérêts bien com­pris: à la fois sys­tème de veille et d’aide col­lec­tive, out­il d’espionnage indus­triel, et… car­net d’adresses com­mun. », ibid.

« «Dans les grandes écoles out­re-Atlan­tique, il n’y a pas seule­ment une his­toire des médias, mais aus­si une his­toire de l’en­seigne­ment du jour­nal­isme», Straté­gies, 17 mai 2012.

« Faire de la prospec­tive à l’intérieur d’une école de jour­nal­isme comme celle de Sci­ences-Po, c’est essay­er de ne pas être trop en retard sur les deman­des du marché. Tout au long de l’année nous ren­con­trons des pro­fes­sion­nels et nous leur deman­dons de nous par­ler des nou­velles pra­tiques, des nou­velles ten­dances et de l’évolution de leurs besoins en ter­mes de com­pé­tences. Je vous donne un exem­ple : il y a deux ans, le Guardian nous a dit qu’il n’avait besoin que de data jour­nal­istes. Nous avons donc crée un cer­tain nom­bre d’ateliers qui ont per­mis à des étu­di­ants de devenir réelle­ment des pro­fes­sion­nels de la data et d’être sus­cep­ti­bles d’être embauchés ensuite par le Guardian. » Culture-RP.com, 15 jan­vi­er 2015.

« Nous avons un prisme anglo-sax­on puisque nous avons un dou­ble diplôme en parte­nar­i­at avec Colum­bia, une école de jour­nal­isme à New-York. On regarde beau­coup ce qui se fait aux États-Unis. On regarde beau­coup ce qui se passe dans les pays anglo-sax­ons. Mais on regarde de plus en plus ailleurs avec, par exem­ple, ce qui se fait en Inde. On ne les invite pas encore car il faudrait que l’on puisse aller faire des repérages là-bas pour trou­ver de bons speak­ers mais cela peut faire par­tie des choses qui arriveront peut-être l’année prochaine. Le Brésil aus­si. Les brésiliens sont des fans de What­sApp et ils arrivent à dif­fuser leur con­tenu via cette appli­ca­tion. », ibid.

« Tout est flou. La fron­tière entre pub­lic­ité et infor­ma­tion, la fron­tière entre para­noïa et pro­tec­tion des sources ou encore la fron­tière entre l’humain et la robo­t­i­sa­tion. », ibid.

« Sans YouTube ni Dai­ly­mo­tion, nés en 2005, réalis­er une vidéo peut pren­dre des jours… L’ambiance était assez mag­ique car lemonde.fr ressem­blait à un petit lab­o­ra­toire. Tout était à imag­in­er et expéri­menter. C’est à ce moment-là que je tombe amoureuse du jour­nal­isme numérique et espère pou­voir en faire mon méti­er. » Blog de Jérémie Poiroux, 15 jan­vi­er 2014.

« A cette époque, en entre­tien pour un stage ou un CDD, les employeurs dis­aient : “Vous avez une for­ma­tion lit­téraire, jamais vous n’irez met­tre les mains dans le cam­bouis”, sous le capot des sites, dans le HTML. Beau­coup de jeunes jour­nal­istes qui s’imaginaient par­tir en reportage trou­vaient alors sans doute rabais­sant de touch­er à la tech­nique. Moi, pas. Alors j’ai appris à coder en HTML, et je m’en sers encore aujourd’hui. », ibid.

« Notre grande appréhen­sion, en tant que jour­nal­istes numériques et enseignants, serait de ne plus être à jour. Nous devons être en for­ma­tion per­ma­nente, nous con­fron­ter à d’autres for­mats édi­to­ri­aux et emma­gasin­er de nou­velles com­pé­tences. Pour les étu­di­ants de l’Ecole de jour­nal­isme de Sci­ences Po, les ate­liers changent tous les semes­tres pour s’adapter au marché et coller aux attentes des rédac­tions. », ibid.

« Lorsqu’il arrive dans une rédac­tion, un jeune jour­nal­iste est sup­posé être tout de suite opéra­tionnel. Il sait faire de la veille en ligne, trou­ver des infor­ma­tions que les agences n’ont pas, recueil­lir des témoignages inédits, pro­duire de l’information selon dif­férentes tem­po­ral­ités, et en vari­ant les for­mats édi­to­ri­aux, et bien con­naître ses lecteurs. Le Web est aus­si son champ d’observation. Le jour­nal­iste idéal ne trou­ve pas seule­ment des angles per­ti­nents, il sait quel for­mat utilis­er pour traiter son sujet. Vidéo, audio, papi­er, info­gra­phie… Il fait le bon choix. De plus, il pro­duit des infor­ma­tions en prenant en compte le sup­port et le tim­ing. L’ordinateur est le plus sou­vent util­isé entre 9 heures et 17 heures en semaine, pen­dant la journée de tra­vail. Le smart­phone est mas­sive­ment con­sulté au réveil et le soir. Enfin si le lecteur utilise la tablette, ce sera plutôt le soir avant de se couch­er et le week-end. Pour coller aux temps et aux usages de con­som­ma­tion de son audi­ence, le jour­nal­iste doit savoir cal­i­br­er sa pro­duc­tion jour­nal­is­tique en con­séquence. A l’heure actuelle, être un bon jour­nal­iste en ligne est devenu très dif­fi­cile. », ibid.

« Aujourd’hui, nous sommes plus sur-infor­més que sous-infor­més. De plus, nous faisons davan­tage con­fi­ance à nos proches qu’aux médias pour s’informer. Par exem­ple, pour un film, la cri­tique de Téléra­ma ou des Inrocks a moins d’influence que celle d’un ami. C’est un change­ment fon­da­men­tal qui sacre le pou­voir de la recom­man­da­tion sociale dans la con­som­ma­tion d’informations. Si un média attend que ses lecteurs tapent son URL dans la barre de recherche de son nav­i­ga­teur, il est mort. Il doit aller les chercher là où ils se trou­vent, et notam­ment sur les réseaux soci­aux. », ibid .

« Je voulais devenir jour­nal­iste depuis très longtemps. Pas­sion­née de musique, je voulais au départ devenir jour­nal­iste cul­turelle, avant de me ren­dre compte que l’actualité non prévis­i­ble est ce qui provoque le plus d’adrénaline dans ce méti­er », Le Bien Pub­lic, 19 jan­vi­er 2016.

On l’a dit à son sujet

« Nous avons sci­em­ment choisi de pren­dre [à l’é­cole de jour­nal­isme de Sci­ences-Po] un jour­nal­iste pro­fes­sion­nel, plutôt qu’un chercheur, nous ne voulions pas qu’elle fasse de la recherche fon­da­men­tale, mais qu’elle irrigue l’é­cole en temps réel », Bruno Pati­no à son sujet, pour Straté­gies, 17 mai 2012.

« Hasard égale­ment, que le par­cours de Alice Antheaume. Antheaume est jour­nal­iste au Monde.fr avant “d’être embauchée” à Téléra­ma, trois mois avant l’arrivée de Pati­no comme prési­dent. A Téléra­ma, cer­tains ont une ver­sion un peu dif­férente. “Il a essayé de faire entr­er Alice Antheaume par tous les moyens, c’est sa créa­ture, mais elle a été refusée, elle n’é­tait pas bonne”, racon­te un jour­nal­iste. De fait, Antheaume a été employée en CDD pen­dant presque 18 mois par Télérama.fr. A la fin de ce CDD, elle a ten­té de se faire tit­u­laris­er: le chef du ser­vice web et la direc­tion de la rédac­tion s’y sont opposés, mal­gré l’ap­pui de Pati­no. Mais une fois devenu directeur de l’école de jour­nal­isme, Pati­no fait appel à elle pour le poste de “direc­trice de la prospec­tive”. Son rôle est “de prévoir les ten­dances et d’aider les étu­di­ants à appréhen­der le numérique”, nous dit-on. » Arrêt sur Images, 31 jan­vi­er 2013 (l’ar­ti­cle est en accès libre ici).

« Bruno Pati­no pour­rait bien­tôt per­dre son poste de directeur de l’é­cole de jour­nal­isme de Sci­ences Po Paris […] le nou­veau Prési­dent de Sci­ences-Po Frédéric Mion reproche à Bruno Pati­no d’avoir licen­cié la direc­trice déléguée [Agnès Chau­veau], par ailleurs jour­nal­iste pro­duc­trice à France Cul­ture, avec l’idée de la rem­plac­er par Alice Antheaume, direc­trice adjointe respon­s­able de la prospec­tive de l’é­cole de jour­nal­isme sans en avoir dis­cuté avec sa hiérar­chie et sans même l’avoir prévenu. » Chal­lenges, « A Sci­ences-Po Frédéric Mion lâche Bruno Pati­no », jan­vi­er 2015. Bruno Pati­no garde finale­ment son poste, mais ne nomme pas tout de suite Alice Antheaume à la place d’Al­ice Chau­veau (Presse­News 7 avril 2015).

« L’au­teure, direc­trice de l’é­cole de jour­nal­isme de Sci­ences Po Paris et très présente sur les réseaux soci­aux, peint le paysage de façon très claire et pose les bonnes ques­tions. Les jour­nal­istes chevron­nés ne seront pas for­cé­ment d’ac­cord quand elle anticipe que la hiérar­chie de l’in­for­ma­tion sera de moins en moins régie par eux, mais par des algo­rithmes ! Ce livre devrait intéress­er les con­som­ma­teurs autant que les pro­duc­teurs d’in­for­ma­tion », Les Échos, au sujet de la réédi­tion du livre « Le jour­nal­isme numérique », sep­tem­bre 2016.

Crédit pho­to : Rodri­go SEPÚLVEDA SCHULZ via Flickr (cc)

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision