Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Schneidermann au secours de Taddeï

20 mars 2013

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Schneidermann au secours de Taddeï

Schneidermann au secours de Taddeï

L’affrontement entre Frédéric Taddeï en Patrick Cohen, la semaine dernière dans « C à vous » sur France 5, ne laisse visiblement pas indifférent le monde médiatique.

Accusé en direct par Patrick Cohen de don­ner la parole à des gens « peu fréquenta­bles », Frédéric Tad­deï était par­venu à se défendre, au nom de la lib­erté d’expression et à mouch­er son con­frère sur le plateau d’Alessandra Sub­let. Mais l’affaire fait à présent des vagues.

L’attaque de la meute

Le jour­nal­iste Bruno-Roger Petit, a ain­si affir­mé sur Le Plus du Nou­v­el Obs, que les invités de « Ce soir (ou jamais !) » n’étaient rien d’autre que des « enne­mis du sys­tème répub­li­cain », des « per­son­nal­ités peu recom­mand­ables d’un point de vue répub­li­cain » ou encore des « représen­tants des France extrémistes »… Pour lui, le prin­ci­pal prob­lème est que la con­tra­dic­tion ne leur serait jamais don­née. Quelle con­tra­dic­tion ? Celle de « la gauche tra­di­tion­nelle, celle qui est l’héri­tière directe de 1789, la gauche social­iste et social-démoc­rate, la gauche social­iste et répub­li­caine, la gauche libérale et sociale, n’est jamais la mieux représen­tée et incar­née chez Tad­deï ». La télévi­sion doit ain­si porter la bonne parole de gauche. Ça a le mérite d’être clair.

Autre sor­tie anti-Tad­deï, Frédéric Haz­iza, jour­nal­iste sur LCP et Radio J, a accusé l’animateur, sous un angle qui lui est cher, d’inviter des « pseu­do-intel­lectuels anti­sémites ». Le même Haz­iza qui sur Radio J avait déclaré en 2008 : « Tout au long de ma car­rière de jour­nal­iste, j’ai tou­jours défendu Israël ». Cyril Hanouna, ani­ma­teur de « Touche pas à mon poste », s’est quant à lui plaint d’une trop grosse place faite à la cul­ture à la télévi­sion (sic !)… « On peut pas laiss­er pass­er ça ! » s’est-il indigné, déplo­rant que Tad­deï fasse trop peu d’audience et qu’il n’y ait pas assez de place pour les copains. « On laisse trop de place à ces gens-là ! » a‑t-il pour­suivi, déter­miné. Enfin, pour con­clure en beauté, Claude Askolovitch, dans son style habituel mêlant grossièreté et indig­na­tion lyrique, estime sur son compte Twit­ter que Tad­deï « invite les salauds que les autres ne vali­dent pas ailleurs, et qu’il offre une tri­bune au racisme, à l’antisémitisme et à l’islamophobie… »

Schneidermann à la rescousse

Face à la meute clouant Tad­deï au pilori médi­a­tique, Daniel Schnei­der­mann du site @rrêt sur images a tenu à défendre l’animateur et son émis­sion dans une tri­bune parue dans Libéra­tion.

[block­quote align=“right” cite=“Daniel Schnei­der­mann” citeLink=“http://www.liberation.fr/medias/2013/03/17/la-liste-de-patrick-cohen_889214”]« Un théolo­gien, un humoriste, un pub­li­ciste inclass­able, un écrivain : voici la liste des pro­scrits, des inter­dits, des ban­nis, dressée pour la pre­mière fois, tran­quille­ment, sur un plateau de télé con­vivial et sym­pa­thique. » Daniel Schneidermann[/blockquote]

Dénonçant une « liste noire » d’invités à pro­scrire, Schnei­der­mann a fait remar­quer que « les qua­tre pro­scrits [Dieudon­né, Alain Soral, Tarik Ramadan, Marc-Edouard Nabe mis en cause par Cohen] sous une forme ou une autre, ont dit des choses désagréables sur les juifs, Israël, ou le sion­isme ». Une remar­que qui explique égale­ment le pro­fil pro-israélien de la plu­part de ceux qui se sont indignés con­tre Tad­deï. « Être jour­nal­iste, c’est choisir, tri­er, hiérar­chis­er. Mais aucune rai­son d’en faire une ques­tion de principe, et de proclamer que même la baïon­nette dans les reins, on n’invitera pas Bid­ule » a‑t-il ajouté, met­tant le doigt sur le car­ac­tère par­ti­san des posi­tions de Cohen, offi­ciant sur France Inter, et donc sur le ser­vice pub­lic.

Aus­si, le patron d’ASI con­sid­ère cet état d’esprit comme rel­e­vant de la « faute pro­fes­sion­nelle » : « se priv­er d’invités intéres­sants parce qu’on n’est pas d’accord avec eux est, pour un jour­nal­iste payé par le con­tribuable, une faute pro­fes­sion­nelle. Et non seule­ment c’est indéfend­able, mais c’est con­tre-pro­duc­tif. » « Le pré car­ré audio­vi­suel, s’il veut rester un lieu crédi­ble de débat d’idées, n’a donc plus d’autre choix que de s’ouvrir aux paroles jadis ban­nies, quitte à leur oppos­er une con­tra­dic­tion vigoureuse et argu­men­tée, ou à les pren­dre à leur pro­pre piège de la dialec­tique », a‑t-il con­clu.

Une bouf­fée d’air frais qui ne fera pas de mal à Frédéric Tad­deï et à son émis­sion, une des seules qui valent encore son pesant d’intérêt… pré­cisé­ment pour les raisons qui lui sont reprochées.

Crédit pho­to : puremedias/France 5 via Dai­ly­mo­tion – cap­ture d’écran vidéo

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).