Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Rassurez-vous, les émeutes de 2005 “ne se reproduiront plus”

23 avril 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Rassurez-vous, les émeutes de 2005 “ne se reproduiront plus”

Rassurez-vous, les émeutes de 2005 “ne se reproduiront plus”

Avec les médias de grand chemin, rassurez-vous, les émeutes de 2005 “ne se reproduiront plus”… Dans la nuit du 18 au 19 avril 2020, un jeune multirécidiviste que des policiers tentaient d’interpeller a été victime d’un accident de la route en moto à Villeneuve-la-Garenne. Il s’est blessé une jambe à cette occasion. Un accident comme il en arrive malheureusement des milliers par jour en France. Par contre, le fait que celui-ci se soit passé dans une banlieue de l’immigration et que la Police soit présente sur les lieux a suffi pour déclencher une vague d’émeutes dans la France entière.
Revue d’une presse réticente à en faire un phénomène national.

Comme nous le rela­tions dans un précé­dent arti­cle, les vio­lences urbaines étaient déjà nom­breuses dans les ban­lieues avant l’accident d’un jeune mul­ti­ré­cidi­viste à Vil­leneuve-la-Garenne dans la nuit du 18 au 19 avril, à l’occasion de son inter­pel­la­tion.

Sans atten­dre le résul­tat de l’enquête qui sera peut-être dili­gen­tée suite à la plainte du jeune con­tre les policiers présents sur les lieux, c’est une réponse beau­coup plus directe que de nom­breux voy­ous ont apporté à l’accident du jeune motard.

La Police veut faire son métier : un comble !

Il est vrai que les policiers mul­ti­pli­aient les provo­ca­tions : ils voulaient non seule­ment faire leur méti­er dans une zone de non droit, mais ils avaient égale­ment l’outrecuidance de vouloir inter­peller un jeune qui, selon un syn­di­cat polici­er, pour­ris­sait la vie d’habitants du quarti­er. Comble de la provo­ca­tion, les policiers s’obstinaient alors que le jeune motard, selon toute vraisem­blance, refu­sait d’obtempérer.

Il n’en fal­lait pas plus pour qu’un large mou­ve­ment de sym­pa­thie envers le jeune motard se man­i­feste dans la France entière. Des man­i­fes­ta­tions qui témoignent d’un réel élan de sol­i­dar­ité dans cer­tains ter­ri­toires où vis­i­ble­ment le droit ne s’applique plus.

En avez-vous enten­du par­ler dans les média de grand chemin comme d’un embrase­ment dans la France entière, lun­di 20 avril, mar­di 21 avril, mer­cre­di 22 avril, après trois nuits d’émeutes ? Peut-être pas, peut-être un peu, mais très dis­crète­ment au vu de l’ampleur des échauf­fourées dans de nom­breuses ban­lieues. Un recense­ment non exhaus­tif des « inci­dents » durant les nuits agitées du 19 au 20 et du 20 au 21 avril per­met de mesur­er l’étendue du phénomène.

Nuit du 19 au 20 avril

Les vio­lences urbaines après l’accident du jeune motard à Vil­leneuve-la-Garenne n’ont pas tardé. Elles ont con­sisté dès la nuit du 19 au 20 avril selon les lieux en voitures incendiées, jets de pro­jec­tiles con­tre les forces de l’ordre et autres réjouis­sances. Elles ont eu lieu à Aulnay-sous-Bois, Champigny, Créteil, Évry, Fach­es-Thumes­nil, Fonte­nay-sous-Bois, Gen­nevil­liers, Les Mureaux, Lille Sud, Mantes-la-Jolie, Neuil­ly-sur-Marne, Ronchin, Roubaix, Rueil-Mal­mai­son, Saint-Denis, Sartrou­ville, Suresnes, Toulouse, Ville­juif, Vil­leneuve-la-Garenne, Villepinte, Saint-Ouen, Wat­tig­nies, etc.

Nuit du 20 au 21 avril

Il était dif­fi­cile à des jeunes pleins d’énergie de s’arrêter en si bon chemin. Dans la nuit du 20 au 21 avril, tou­jours en plein con­fine­ment, des voy­ous com­met­taient de mul­ti­ples vio­lences con­tre les per­son­nes et les biens sur le ter­ri­toire. Par­mi celles-ci on peut citer :

Des jeunes qui « met­tent le feu à Ril­lieux-La-Pape », dans la ban­lieue de Lyon, selon Le Point.

« Feux de poubelles, voitures de police cail­lassées, policiers pris pour cible, abribus brisés, bâti­ments publics frac­turés, tirs de morti­er et de feux d’ar­ti­fice ».

À Belfort, un véhicule de police (est) incendié sur le park­ing du com­mis­sari­at selon France Bleu.

À Vil­leneuve-la-Garenne, les forces de l’ordre ont de nou­veau été la cible de tirs de mortiers d’artifice mais égale­ment de « bombes agri­coles » selon une source poli­cière.

« La ten­sion s’étend en ban­lieue parisi­enne après l’accident de Vil­leneuve-la-Garenne » selon Le Parisien. Le quo­ti­di­en région­al pré­cise :

« Tirs de mortiers et de feux d’ar­ti­fice, bar­rières de poubelles enflam­mées… Les échauf­fourées se mul­ti­plient entre forces de l’or­dre et habi­tants de cer­taines villes de ban­lieue après l’ac­ci­dent same­di d’un motard à Vil­leneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) ». Le jour­nal men­tionne les villes d’Asnières, Nan­terre, Meudon, Cla­mart et Gen­nevil­liers.

À Stras­bourg, « Des indi­vidus ten­tent d’incendier un bâti­ment abri­tant un poste de police aux cock­tails Molo­tov, en pleine nuit » selon Actu17. On pour­rait mul­ti­pli­er les exem­ples. On vous épargne égale­ment les nuits suiv­antes, de nom­breux sauvageons ayant trou­vé une occa­sion de se dis­traire nuita­m­ment.

Dans l’édition du 22 avril du Figaro, un porte-parole du Min­istère de l’Intérieur déclarait : « À ce stade, les vio­lences demeurent néan­moins de rel­a­tive­ment faible inten­sité ». Le jour­nal­iste enchainait en faisant la com­para­i­son entre les émeutes actuelles et celles de 2005 :

« Au total, une cinquan­taine de villes ont con­nu des vio­lences depuis ce week-end. Pour mémoire, ce ne sont pas moins de 9 873 véhicules et plus de 300 bâti­ments, dont 17 lieux de culte, qui avaient été détru­its lors des trois semaines d’émeutes de 2005 ».

On aura com­pris que pour nom­bre de médias de grand chemin, la jauge est sin­gulière­ment élevée pour que des vio­lences urbaines dans une cinquan­taine de villes – à l’heure où nous écrivons ces lignes – fassent les gros titres des jour­naux.

Que nous disent ces violences au regard de leur couverture médiatique ?

On peut le voir sur Twit­ter, des jeunes de Vil­leneuve-la-Garenne ont été les pre­miers à apporter des témoignages sur les cir­con­stances de l’accident du jeune motard sur­venu dans la nuit du 18 au 19 avril. Un nom­bre impres­sion­nant de jeunes est venu filmer les policiers présents sur les lieux de l’accident avec des télé­phones porta­bles, sou­vent de façon provo­cante. Très rapi­de­ment, les images ont été dif­fusées sur les réseaux soci­aux avec des com­men­taires vic­ti­maires pour le jeune et vin­di­cat­ifs vis-à-vis de la Police. Les réseaux soci­aux se sont embal­lés, un emballe­ment soutenu par le « jour­nal­iste » Taha Bouhafs très suivi sur son compte Twit­ter et qui ne manque pas une occa­sion pour faire le buzz auprès de son « lec­torat » autant gauchiste que com­mu­nau­tariste.

Le fait qu’à 18h30 le 19 avril, 237 000 tweets avec le hash­tag #Vil­leneu­ve­La­Garenne se soient échangés mon­tre la rapid­ité et l’ampleur de la cir­cu­la­tion des mes­sages dans les réseaux com­mu­nau­taristes. Cet échange mas­sif d’informations sans fonde­ment a déclenché dès la nuit du 19 au 20 avril de nom­breuses vio­lences urbaines avec force agres­sions con­tre des policiers et destruc­tions de biens (voitures, etc. ) qui appar­ti­en­nent autant à la Police qu’à des habi­tants des quartiers. Des habi­tants qui sont les témoins effarés de la dom­i­na­tion des racailles qui y vivent égale­ment.

Out­re l’importance des réseaux soci­aux, l’autre motif d’étonnement est la faible cou­ver­ture médi­a­tique nationale qu’ont don­né les médias de grand chemin à ces événe­ments. Une faible cou­ver­ture nationale qui a tout du men­songe par occul­ta­tion.

Il est évi­dent que les voy­ous cherchent non seule­ment par réflexe trib­al à mar­quer leur ter­ri­toire, mais égale­ment à entr­er dans une com­péti­tion avec d’autres cités, que gag­n­erait celle qui se ferait le plus remar­quer. On se sou­vient que lors des émeutes de 2005, la com­mu­ni­ca­tion quo­ti­di­enne du nom­bre de voitures brulées par la pré­fec­ture de Police a été arrêtée, compte tenu de la com­péti­tion que se livraient dif­férents quartiers au plus grand nom­bre de « feux de joie ».

Il faut néan­moins le soulign­er, l’écueil dans l’euphémisation des vio­lences urbaines est qu’une par­tie de la réal­ité du pays est passée sous silence. On fait « comme si ». Depuis des décen­nies, on fait « comme si » la France était tou­jours le pays des droits de l’homme capa­ble d’accueillir la mis­ère du monde. On fait « comme si » il n’y avait pas plusieurs mil­lions de per­son­nes désœu­vrés dont cer­taines se livrent au traf­ic de drogue et autres rap­ines.

Alors « comme si » de rien n’était, on accueille encore et tou­jours plus d’immigrés chaque année. On fait « comme si » on allait régler les prob­lèmes des zones de non droit tou­jours plus nom­breuses en y déver­sant des sub­ven­tions. Comme celle par hasard annon­cée le 21 avril. « Comme si » cette vieille recette allait régler quoi ce soit.

Trou­ver la dis­tance juste dans la cou­ver­ture médi­a­tique de ces événe­ments n’est assuré­ment pas facile, mais à force de reculer, la chute n’est pas loin…

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision