Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Accueil | Veille médias | Finkielkraut : « ma tête est mise à prix dans toute la presse Pigasse »

L’article que vous allez lire est gratuit. Le mois de décembre est le plus important pour nous, celui où nos lecteurs peuvent nous aider par un don avec un reçu fiscal pour 2023 de 66% de leur don. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

26 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Finkielkraut : « ma tête est mise à prix dans toute la presse Pigasse »

Finkielkraut : « ma tête est mise à prix dans toute la presse Pigasse »

Temps de lecture : 2 minutes

Récemment intronisé à l’Académie française, le philosophe Alain Finkielkraut est l’objet de critiques de plus en plus violentes de la part de nombreux médias.

Invité lun­di matin dans la mati­nale de France Inter, ce dernier a fustigé les médias hos­tiles à son intro­n­i­sa­tion : « Ma tête est mise à prix, sur tous les murs de la ville, dans ‘Libéra­tion’, et dans tout la presse Pigasse. » Il faut dire qu’en tant que pro­prié­taire du Monde (avec Pierre Bergé et Xavier Niel), de L’Obs, du Huff­in­g­ton Post et de Radio Nova, le ban­quier d’af­faires de la banque Lazard a en effet de quoi nuire.

De son côté, Finkielkraut estime, après l’épisode de l’émission « Des paroles et des actes » où il avait été pris à par­tie par une jeune femme proche des Indigènes de la République jeu­di dernier que « pour un dom­i­nant, j’ai la main molle, excusez-moi de vous le dire, j’en prends plein sur la fig­ure tous les qua­tre matins ». Et l’écrivain, qui ani­me une émis­sion sur France Cul­ture, de pour­suiv­re en expli­quant qu’« il y a une pen­sée qui était en état d’hégé­monie et qui ne […] sup­porte pas » de per­dre la main.

Traité de « néo-réac » par ces mêmes médias, Alain Finkielkraut pense que cela vient du fait qu’il « cri­tique la cul­ture de masse et l’ef­fon­drement de l’é­cole répub­li­caine ». En effet, « si vous résis­tez au présent, vous êtes un néo-réac ».

Revenant sur le cas de Matthieu Pigasse et sur son désir de « met­tre le feu », il estime que si « l’A­cadémie Française a été peut-être à un moment don­né l’in­sti­tu­tion de la bour­geoisie tri­om­phante », aujour­d’hui en revanche, « face à une nou­velle élite arro­gante et bar­bare, elle incar­ne avec son respect des formes et son amour de la belle langue la résis­tance de la civilisation ».

Voir notre infographie de Matthieu Pigasse