Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mathieu Bock-Côté décrypte l’idéologie médiatique dominante

8 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Mathieu Bock-Côté décrypte l’idéologie médiatique dominante

Mathieu Bock-Côté décrypte l’idéologie médiatique dominante

Pre­mière dif­fu­sion le 30/04/2019

Un nouvel essai signé Mathieu Bock-Côté, cela attire toujours l’œil de qui ne se rend pas chaque jour à la soupe libérale-libertaire. Encore plus quand, et c’est le cas avec L’Empire du politiquement correct, ce récent opus analyse les médias officiels et leur collaboration avec l’idéologie politique dominante.

La voix du soci­o­logue et essay­iste poli­tique québé­cois Math­ieu Bock-Côté est très présente dans le débat pub­lic français, en par­ti­c­uli­er depuis la paru­tion en 2016 de son essai con­sacré au « mul­ti­cul­tur­al­isme comme reli­gion poli­tique ». De retour avec L’Empire du poli­tique­ment cor­rect, Bock-Côté pro­longe les thès­es alors dévelop­pées, dont celle depuis lors ample­ment validée de minorités diver­si­taires et agis­santes ayant volon­té d’imposer leurs con­cep­tions du monde à toute la société, LGBT, décolo­ni­aux et autres « racisés ».

Une situation médiatique nouvelle ?

Ce très récent essai intéresse cepen­dant l’OJIM sur un autre plan, cor­re­spon­dant à son sous-titre : « Essai sur la respectabil­ité politi­co-médi­a­tique ». Math­ieu Bock-Côté, nour­ri de la lec­ture de ses con­tem­po­rains, analyse le lien qu’il présente comme dom­i­nant entre poli­tiques et médias, ce même lien sur lequel tra­vaille l’OJIM. Dans ce cadre, l’essayiste mon­tre que la main­mise sur « la mise en réc­it de la col­lec­tiv­ité » est la con­di­tion de la dom­i­na­tion de l’idéologie com­mune qui ani­me poli­tiques et médias dom­i­nants, une dom­i­na­tion qui passe par la cen­sure (soft ou dure), la volon­té de con­trôle des réseaux soci­aux et le rejet d’intellectuels con­sid­érés comme « infréquenta­bles », quand bien même la parole leur aurait été aupar­a­vant don­née avant de leur être en par­tie retirée.

C’est en effet un des phénomènes actuels : des paroles et des con­cep­tions du monde qui n’avaient il y a encore peu voix au chapitre que dans des marges sont main­tenant présentes dans les pages de médias offi­ciels ou sur les plateaux de chaînes d’information en con­tin­ue : « Con­crète­ment, écrit-il, le sys­tème médi­a­tique offi­ciel perd son mono­pole », en par­ti­c­uli­er du fait des réseaux soci­aux où « il est désor­mais pos­si­ble pour le peu­ple de se soulever con­tre les médias qui tra­di­tion­nelle­ment pré­tendaient par­ler pour lui ». Cepen­dant, Bock-Côté insiste sur la naïveté qui con­sis­terait à penser qu’il s’agit d’une accep­ta­tion de ces autres con­cep­tions du monde : il y a là sim­ple adap­ta­tion à une sit­u­a­tion.

Une volonté de garder le contrôle idéologique

Sur le fond, les médias offi­ciels con­trô­lent la lib­erté d’expression et veu­lent la cen­sur­er si elle « dérape ». Il y a donc des lois explicites et implicites qui régen­tent la vie publique en France et ce sont ces lois suiv­ies par cha­cun des jour­nal­istes offi­ciels, quand bien même pousserait-il des cris d’orfraie quand un Dupont-Aig­nan lui reproche de tra­vailler pour le pou­voir. L’essai de Bock-Côté mon­tre qu’actuellement ce n’est pas le jeu démoc­ra­tique qui fixe la parole médi­a­tique mais cette dernière qui organ­ise un jeu pour le coup plus guère démoc­ra­tique.

Pourquoi ? Les médias offi­ciels dif­fusent une parole mas­sive­ment uni­forme, ce que l’OJIM démon­tre depuis sa créa­tion. Math­ieu Bock-Côté qui ne craint de s’aliéner per­son­ne, fait ain­si par exem­ple l’éloge du tra­vail réal­isé par les sites accusés d’être de « réin­for­ma­tion », manière de leur refuser un statut d’information équiv­a­lent, et bal­aie d’un revers de bras la volon­té de les réduire à une « fachos­phère » imag­i­naire, tout comme l’est la sem­piter­nelle reduc­tio ad hitlerum, laque­lle n’intéresse que ceux qui obsédés par leurs fan­tasmes poli­tiques ne voient pas, par exem­ple, que la Ligue du Lol men­ace dans leur dos.

Fin du monopole médiatique

Le tra­vail de ces sites, trou­ve con­sid­éra­tion dans ces pages : « La révolte con­tre les médias s’accompagne aus­si d’une volon­té de plus en plus explicite de décrypter le traite­ment qu’ils pro­posent de l’information en révélant son sous-texte idéologique (…) La plu­part pro­duisent moins de l’information eux-mêmes qu’ils n’entendent hiérar­chis­er autrement l’information déjà disponible et pré­ten­dent pro­pos­er une autre lec­ture de l’actualité, à par­tir d’une autre vision du monde ce qui con­siste à dire que le sys­tème dom­i­nant en a une aus­si. Ils con­tes­tent autrement dit le mono­pole du réc­it légitime réclamé par le sys­tème médi­a­tique sur la descrip­tion du réel. Sou­vent ils sont asso­ciés de manière énig­ma­tique à la fachos­phère, sans qu’on ne sache trop pourquoi exacte­ment la cri­tique de la nar­ra­tion médi­a­tique dom­i­nante devrait être symp­to­ma­tique d’un fas­cisme plus ou moins avoué ».

Un essai à lire avec gour­man­dise.

Math­ieu Bock-Côté, L’empire du poli­tique­ment cor­rect, Cerf, 2019, 297 p, 20 €

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision