Accueil | Actualités | Médias | La Presse quotidienne régionale, arme de propagande massive ?

La Presse quotidienne régionale, arme de propagande massive ?

L’équilibre dans les médias entre gouvernement/opposition dans le cadre des élections ressort de l’acrobatie, surtout quand 34 listes se présentent dont une bonne vingtaine n’auront ni professions de foi distribuées ni même bulletins de votes. L’exercice devient un tour de force quand le président de la République se lance dans le débat avec un « entretien » recalibré et relu.

Une cinquantaine de titres

Le syndicat de la presse quotidienne régionale regroupe une cinquantaine de titres dont les principaux du secteur : Ouest-France, Sud-Ouest, Midi Libre, Dernières nouvelles d’Alsace etc. Ils ont négocié collectivement (ou plutôt le service de presse de l’Élysée a négocié avec eux) un entretien avec Emmanuel Macron à paraître entre les 20 et 21 mai 2019 soit quelques jours avant le scrutin du 26 mai.

Comme l’Élysée veut bien encadrer le processus, l’entretien (avec seulement quelques journalistes choisis) devait être relu soigneusement et corrigé par les services de la présidence. Sans vouloir faire preuve de mauvais esprit, il s’agit d’une pression « amicale » pour faire voter pour la liste de LREM en mauvaise posture dans les sondages face à la liste RN.

Rébellion de deux titres

Si la plupart des quotidiens concernés ont accepté docilement de suivre les indications du service de presse élyséen, deux titres, La Voix du Nord et Le Télégramme ont refusé l’opération.

Pour la Voix du Nord, le rédacteur en chef, Patrick Jankieliewicz, voit les limites entre « relecture et exercice de réécriture » ; un exercice caviardant les réponses voire rajoutant des questions et des réponses inexistantes dans des entretiens réalisés dans le passé, il se refuse à une telle confusion . Il ajoute que l’entretien vient rompre un équilibre fragile de temps d’expression des différentes listes dans les médias.

Au Télégramme de Brest c’est la politique du mépris vis-à-vis de la PQR qui est évoquée. Hubert Coudurier, directeur de l’information voit dans cet entretien une « convocation » et une sorte de statut « hybride » entre information et propagande. Ce qui n’a pas gêné apparemment ses confrères.

Voir aussi

La presse quotidienne régionale en guerre contre les locaux identitaires

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This