Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Présidentielle américaine : une presse militante en divorce avec son public

2 novembre 2016

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Présidentielle américaine : une presse militante en divorce avec son public

Présidentielle américaine : une presse militante en divorce avec son public

L’industrie de la presse est la seule industrie qui soit garantie par la Constitution des États-Unis. Le « quatrième pouvoir », dans la vision jeffersonienne, a un rôle de censure : “la sécurité de tous réside en une presse libre… cela est nécessaire afin de conserver la pureté des eaux.” –Thomas Jefferson à Lafayette, 1823. ME 15:491.

Retour en 2016. C’est au « qua­trième » pou­voir d’être jugé à son tour. L’institut Gallup pub­lie en octo­bre une enquête qui illus­tre la méfi­ance de l’opinion à l’égard des médias : seuls 32% des inter­rogés con­sid­èrent l’information comme fiable et équitable, en baisse de 40% par rap­port à 2015. Chez les jeunes act­ifs (18–49 ans), le taux de con­fi­ance est de 26%. Ces taux sont d’ailleurs symétriques au taux de mécon­tente­ment général, mesuré lors des sondages prési­den­tiels, qui mon­trent invari­able­ment que deux tiers des améri­cains con­sid­èrent leur pays par­ti sur une mau­vaise voie.

2016 : année charnière d’un « saut qualitatif brusque » ?

Depuis les années soix­ante, les jour­nal­istes améri­cains pris indi­vidu­elle­ment ont tou­jours été poli­tique­ment par­ti­sans. Selon l’observatoire du MRC (Media Research Cen­ter), la cor­po­ra­tion jour­nal­is­tique a tou­jours voté démoc­rate avec un solide 70–80%. Dave Levinthal et Michael Beck­el, du Cen­ter for Pub­lic Integri­ty (publicintegrity.org) révè­lent le 17 octo­bre que les jour­nal­istes de la grande presse ont mas­sive­ment don­né (96%) à la cam­pagne Clin­ton plutôt qu’à celle de Trump. Ceci en con­tra­dic­tion avec la plu­part des guides de bonne con­duite des entre­pris­es de presse qui inter­dis­ent toute con­tri­bu­tion finan­cière poli­tique à leurs jour­nal­istes.

Mais l’irruption d’un can­di­dat anti-sys­tème qui dit vouloir net­toy­er les écuries d’Augias (« asséch­er le marécage », selon son expres­sion) illus­tre une muta­tion : la grande presse, en divorce avec le pub­lic, est face à une ques­tion exis­ten­tielle, celle de sa survie économique face à la com­péti­tion de médias « alter­nat­ifs » qui ont per­mis à Trump de faire jeu égal avec Clin­ton pour env­i­ron 10% des investisse­ments pub­lic­i­taires de cette dernière (inclu­ant PACs et Super PACS ). Le com­porte­ment anti-Trump des médias, d’individuel devient indus­triel.

Jorge Ramos, jour­nal­iste vedette à Uni­vi­sion, chaine améri­caine his­panophone, résume dans un édi­to­r­i­al d’Août dernier l’attitude 2016: « la neu­tral­ité n’est pas une option! », con­clu­ant que « le Jour du Juge­ment approche pour ceux qui se taisent sur Don­ald Trump ». Trump, jouant de ses provo­ca­tions, se trou­ve ain­si en col­li­sion directe avec Mon­sieur Saban, pro­prié­taire d’Uni­vi­sion et … con­tribu­teur financier de la cam­pagne Clin­ton.

Concentration capitalistique

L’industrie de la presse vit en effet un phénomène de con­cen­tra­tion cap­i­tal­is­tique qui la déracine du « ter­roir », et trans­forme le jour­nal­iste en cadre d’entreprise. Une étude de Busi­ness Insid­er (Ash­ley Lutz, 14 juin 2012) révèle que 6 multi­na­tionales con­trôlaient la plus grande par­tie des médias améri­cains, con­tre 50 en 1983. Elles généraient plus de 275 mil­liards de dol­lars de revenus, 277 mil­lions d’américains se voy­ant « servis » par les 230 cadres supérieurs de ces firmes, selon le site Fru­gal Dad. Il est donc facile de saisir qu’au-delà de leurs biais indi­vidu­els, que cer­tains parvi­en­nent à maitris­er, les jour­nal­istes cèdent à un pen­chant bien humain : aller « dans le sens de la pente cul­turelle et poli­tique», oubliant le jour­nal­isme d’investigation, nég­ligeant la poutre qui est dans l’œil de leurs action­naires.

L’arroseur arrosé

La cam­pagne prési­den­tielle améri­caine 2016 a com­mencé comme une comédie, aboutisse­ment de plusieurs années de propul­sion de Don­ald Trump dans l’imaginaire améri­cain. Tous les médias s’accordent à dire, avec regret, que Trump a béné­fi­cié de plus d’un mil­liard de dol­lars de « pub­lic­ité gra­tu­ite » dans la pre­mière phase de la cam­pagne, lui offrant l’oxygène suff­isant pour écras­er Jeb Bush et 16 autres can­di­dats répub­li­cains. Trump était alors un Berlus­coni utile, dont toutes les incar­tades étaient pris­es avec le sourire, parce qu’il rendait les répub­li­cains ridicules, les écar­tant du chemin, en atten­dant d’imploser lui-même.

Et c’est lors de sa con­sécra­tion par la con­ven­tion répub­li­caine de juil­let que la presse a réal­isé qu’elle avait créé un mon­stre. D’ag­o­nal, le con­flit est devenu polé­mologique.

Mais est-ce effi­cace? Après trois mois d’incrimination médi­a­tique, le sondage Suffolk/USA Today du 31 octo­bre annonce que 75,9% des améri­cains sont con­va­in­cus que les médias veu­lent faire élire Hillary Clin­ton. NBC, CBS, ABC, CNN, et naturelle­ment Uni­vi­sion représen­tent le noy­au dur de la « détrump­i­sa­tion for­cée». Quelques rares com­men­ta­teurs de ces groupes se sou­vi­en­nent cepen­dant qu’ils furent jour­nal­istes dans une autre vie, tel Jack Tap­per et Char­lie Rose. Hos­tiles à Trump et ce qu’il représente, ils ne se com­por­tent cepen­dant pas en aux­il­i­aires de la cam­pagne Clin­ton et sont capa­bles d’une grande sévérité à l’égard de cette dernière.

Trump, au sein de la  cav­erne  des priv­ilégiés, ne trou­ve appui que de la part de cer­taines équipes de Fox News (celles du lever et du couch­er du jour, les autres lui étant hos­tiles selon le moment). Mais c’est « hors cav­erne » qu’il puise son mojo, dans le monde réel du nou­veau Far West médi­a­tique, celui des médias soci­aux alter­nat­ifs et anti­sys­tème, Breibart News en tête.

Le 21 octo­bre, le MRC News­busters, sous la plume de Rich Noyes explique que, du 29 juil­let au 20 octo­bre, Trump a fait l’objet d’un pilon­nage hos­tile sur 91% des sujets traités. Avec, en temps passé, 440 min­utes de con­tro­ver­s­es sur Trump, con­tre 185 min­utes sur Clin­ton mal­gré de mul­ti­ples « révéla­tions » venant de Judi­cia­ry Watch, du Project Ver­i­tas, et de Wik­ileaks. Entre les 7 et 9 octo­bre, péri­ode où Wik­ileaks a révélé les con­tenus des dis­cours de madame Clin­ton aux ban­ques (fron­tières ouvertes et libre-échange, mise en avant de deux lan­gages, pub­lic et privé), 8 min­utes ont été con­sacrées à Hillary Clin­ton, cepen­dant que 103 min­utes se focal­i­saient sur la bande mag­né­tique sex­iste de Trump (Access Hol­ly­wood), qui sor­tait au même moment. Le 20 octo­bre tout indi­quait que Trump allait vers une très grave défaite.

Renversement de tendance ?

Or, la péri­ode du 24 octo­bre au pre­mier novem­bre sem­ble invers­er la ten­dance. Les révéla­tions de Wik­ileaks sur « Clin­ton Inc. » (dérives de la Fon­da­tion), la grave sur­prise con­cer­nant l’explosion des coti­sa­tions au sys­tème de san­té Oba­macare, avaient déjà resser­ré les sondages. Mais la déci­sion du FBI de rou­vrir l’enquête sur les cour­riels Clin­ton, puis la réal­i­sa­tion que le FBI con­tin­u­ait en silence d’enquêter sur de pos­si­bles malver­sa­tions autour de la Fon­da­tion Clin­ton ont remis les comp­teurs à zéro. La cam­pagne Clin­ton a été for­cée de sor­tir plus vite que prévu sa « bombe russe » sur Trump. À savoir son « intel­li­gence avec l’ennemi sous enquête du FBI ». Les médias ont for­mé le cer­cle les deux pre­miers jours accu­sant le directeur du FBI James Comey d’esprit par­ti­san puis met­tant en doute, le 3e jour le bien-fondé légal de son inter­ven­tion. À par­tir du qua­trième jour les clin­toniens rap­por­tent que le FBI a procédé à une analyse prélim­i­naire sur deux col­lab­o­ra­teurs de Trump en regard des révéla­tions Wik­ileaks. Ils en prof­i­tent pour rap­pel­er les con­nex­ions d’affaires russ­es de Trump… nouées à la même époque où Bill et Hillary Clin­ton, ou encore leur proche John Podes­ta en nouaient eux-mêmes. À suiv­re…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).