Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Présidentielle américaine : le New York Times en ordre en bataille idéologique

31 juillet 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Présidentielle américaine : le New York Times en ordre en bataille idéologique

Présidentielle américaine : le New York Times en ordre en bataille idéologique

[Pre­mière dif­fu­sion le 9 juil­let 2020]

Samedi 4 juillet 2020, jour de la fête de l’indépendance des États-Unis d’Amérique, un jour où l’Amérique se gausse des valeurs de ses Pères fondateurs, le New York Times, quotidien archétypique à l’échelle mondiale de ce que peut être un média bobo-libéral, a donné un exemple caricatural de pratique du journalisme propagandiste. La cible ? Donal Trump.

Alors que la cam­pagne prési­den­tielle bat son plein dans des con­di­tions étranges, l’épidémie de coro­n­avirus se pour­suiv­ant, et les deux can­di­dats, Biden et Trump, n’adoptant pas la même atti­tude, le pre­mier demeu­rant en retrait de l’espace pub­lic, le sec­ond menant une cam­pagne de meet­ings, le New York Times a claire­ment choisi son camp démoc­rate et surtout affronte Trump avec une absence de recul sans mesure. Le jour­nal daté du same­di 4 juil­let en est un bel exem­ple.

Le cadre de l’article

Le titre : « Trump livre un dis­cours con­flictuel et un appel à la guerre cul­turelle lors de son dis­cours du mont Rush­more »

L’accroche : « En chute dans les sondages et inca­pable de con­trôler une pandémie qui fait rage, le prési­dent s’est présen­té en com­bat­tant d’un « nou­veau fas­cisme d’ex­trême gauche » qui met en péril les valeurs améri­caines et cherche à effac­er l’histoire. »

La référence est claire : il s’agit du débat actuel sur les « minorités » et de la volon­té de réécri­t­ure de l’histoire, volon­té qui se saisit de chaque occa­sion, l’affaire Floyd actuelle­ment, les élec­tions aus­si, et à laque­lle le prin­ci­pal quo­ti­di­en de la gauche sociale libérale améri­caine, amoureux des com­bats des minorités, s’associe ouverte­ment, par exem­ple dans ses pages édu­ca­tion. Un phénomène que l’OJIM a déjà analysé en deux par­ties :

La pro­pa­gande dans ce domaine, celui de l’éducation et de la réécri­t­ure de l’histoire améri­caine con­tre l’histoire « blanche », est une véri­ta­ble machine de guerre dans les médias des « élites libérales lib­er­taires » des côtes Est et Ouest, ain­si que des cam­pus et des franges mil­i­tantes des minorités, au point qu’il est devenu habituel d’entendre, dans les médias améri­cains, que les noirs auraient été le pre­mier peu­ple d’Amérique. A cette pro­pa­gande, le New York Times se joint assidu­ment, et pas seule­ment par le biais de ses pages d’éducation. Chaque arti­cle con­sacré à Trump, qui est automa­tique­ment, et depuis son élec­tion, une charge anti-Trump, est sus­cep­ti­ble de l’attaquer à ce pro­pos. Ce fut donc le cas suite au dis­cours du prési­dent des États-Unis devant le mont Rush­more, haut lieu sym­bol­ique, con­nu dans le monde entier du fait de sculp­tures géantes des Pères fon­da­teurs des États-Unis.

Les mots de l’article

L’article démarre sur les cha­peaux de roue :

« Debout face à un amphithéâtre bondé, devant le mont Rush­more, pour célébr­er la fête de l’indépendance, le prési­dent Trump a pronon­cé un som­bre dis­cours, source de divi­sions, visant à relancer sa cam­pagne pour un sec­ond man­dat sur le ton de la lutte con­tre un « nou­veau fas­cisme d’ex­trême gauche » cher­chant à effac­er les valeurs et l’histoire de la nation. »

Le New York Times ne com­prend pas ce que dit Don­ald Trump, un fait qui est par­fois analysé comme une des raisons de l’incapacité du quo­ti­di­en à saisir les raisons pro­fondes de la mon­tée des pop­ulismes dans le monde. Pourquoi ? Comme ses homo­logues du Monde ou de Libéra­tion en France, pour les médias libéraux libertaires,l’identité des peu­ples et des civil­i­sa­tions est une chimère.

L’article est bour­ré de coups bas, presque à chaque ligne : ici, Trump est accusé d’utiliser une occa­sion offi­cielle (le dis­cours du jour de la fête de l’indépendance est pour­tant une pra­tique nor­male), le début des vacances ; de ne pas tenir compte aus­si, et de ne pas par­ler, de l’épidémie, dont il est par ailleurs jugé respon­s­able par le même quo­ti­di­en. Le tout par machi­avélisme, Trump n’étant aux yeux du New York Times mu que par une obses­sion, sa réélec­tion. Comme s’il dif­féren­ci­ait en cela des autres politi­ciens pro­fes­sion­nels, ain­si ceux soutenus par le quo­ti­di­en ces dernières années, Oba­ma ou Clin­ton par exem­ple, ou Biden actuelle­ment.

L’aveuglement du jour­nal qua­si offi­ciel du par­ti démoc­rate améri­cain est impres­sion­nant. Ain­si, Trump ne fait par moment que décrire une évi­dence que tout obser­va­teur de bonne foi ne peut qu’agréer : « Notre nation est l’objet d’une cam­pagne sans mer­ci pour effac­er notre his­toire, dif­famer nos héros, effac­er nos valeurs et endoc­triner nos enfants », a déclaré M. Trump, s’adressant à une foule de par­ti­sans agi­tant des pan­car­tes, dont peu por­taient des masques. « Des foules en colère ten­tent de démolir les stat­ues de nos fon­da­teurs, de défig­ur­er nos mon­u­ments les plus sacrés et de déclencher une vague de crimes vio­lents dans nos villes. »

N’est-ce pas ce à quoi nous avons assisté, et ce qui est importé ici en France?

Le fil rouge de cette attaque en règle con­tre le prési­dent des États-Unis est sim­ple : Trump, obsédé par sa réélec­tion et par la néces­sité de mobilis­er sa base, met en péril les Améri­cains en min­imisant la crois­sance de la pandémie et en favorisant les rassem­ble­ments impor­tants de per­son­nes non masquées. Ni dis­tan­ci­a­tion sociale ni masques, le quo­ti­di­en mime le fait d’être choqué, insiste sur ce sujet puisque c’est… l’axe de cam­pagne de « son » can­di­dat, Biden. Des pho­tos mon­trant des man­i­fes­tants anti-Trump, tous jeunes et masqués, et blancs pour l’essentiel, sont mis­es en avant dans le corps de l’article. C’est la vieille ren­gaine offi­cielle : Trump est dan­gereux. Les deux pre­mières années de son man­dat, il devait même con­duire, dis­ait-on, les États-Unis, et le monde, à une guerre con­crète avec la Chine, la Russie ou la Corée du Nord, ou même les trois. Cela n’a pas eu lieu et a donc dis­paru des pages et des écrans libéraux lib­er­taires améri­cains, comme européens d’ailleurs.

Reste que l’organisation des fes­tiv­ités devant le mont Rush­more, tan­dis que l’épidémie con­tin­ue de croître, est présen­tée comme une déci­sion volon­taire de divis­er les Améri­cains, au prix de leur vie. Le New York Times n’y va pas avec des pincettes, mal­gré son statut de jour­nal dit « de référence » à l’échelle mon­di­ale. Le jour­nal­iste note par exem­ple que « quelques per­son­nes » dans le pub­lic « fai­saient référence à CNN comme « Com­mu­nist News Net­work », un com­porte­ment que l’on sait et que le jour­nal sait minori­taire, ce qui n’est pas le cas des accu­sa­tions de racisme sys­témique à l’encontre de toute per­son­ne n’appartenant pas à l’une ou l’autre minorité, raciale ou de genre, en par­ti­c­uli­er dans les pages du New York Times. Et sur CNN, juste­ment.

Le New York Times est entré dans une péri­ode élec­torale où, comme à son habi­tude, il n’est plus un jour­nal mais un organe de pro­pa­gande par­ti­san en faveur du par­ti démoc­rate et de son can­di­dat aux prochaines prési­den­tielles, ce qu’il est déjà habituelle­ment mais de façon tout de même moins ouverte. Il n’y a ici plus de jour­nal­isme, sim­ple­ment un arti­cle qui exsude de détes­ta­tion à l’égard de Trump, au point de l’accuser de « tor­dre la réal­ité », ce qui est fort de café de la part du New York Times, et surtout de met­tre le pays en dan­ger, de par son atti­tude face au coro­n­avirus.
A aucun moment le quo­ti­di­en n’interroge sa pro­pre idéolo­gie, la mon­di­al­i­sa­tion à tout prix, une idéolo­gie dont il est et a été dès son développe­ment forcené l’un des prin­ci­paux pro­mo­teurs, une idéolo­gie qui a con­duit à la fab­ri­ca­tion d’un monde où la cir­cu­la­tion de tous les virus est en effet folle­ment favorisée. Le New York Times mon­tre du doigt mais n’interroge jamais ses pro­pres respon­s­abil­ités.

Voir égale­ment notre arti­cle sur le New-York Times et l’auto-censure, ain­si que celui sur la démis­sion du respon­s­able de sa page idées.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).