Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Pour le Bondy Blog, la télé est devenue « facho »
Pour le Bondy Blog, la télé est devenue « facho »

30 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Pour le Bondy Blog, la télé est devenue « facho »

Pour le Bondy Blog, la télé est devenue « facho »

Pour le Bondy Blog, la télé est devenue « facho »

Dur week-end pour le Bondy Blog. Dans un article paru lundi 28 septembre, Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah se demandent s’ils vont « continuer à regarder cette télé-facho ».

Tout com­mence jeu­di soir. Dans le « Grand Jour­nal » de Canal+, Maïte­na Biraben com­met l’ir­ré­para­ble erreur de déclar­er que le FN tient « un dis­cours de vérité ». Tol­lé dans les médias, pre­mier haut-le-cœur au Bondy Blog. Dès le lende­main, à l’oc­ca­sion de la reprise de l’émis­sion « Ce soir ou jamais », ani­mée sur France 2 par Frédéric Tad­deï, ce dernier a eu « la bonne idée d’inviter l’extrême-journaliste du Figaro, Euge­nie Bastié ».

Or Eugénie Bastié n’est pas une invitée ordi­naire pour le Bondy Blog. Elle refuse d’ac­cueil­lir toute la mis­ère du monde en France et cul­tive des craintes quant à l’avenir des Européens, ce qui est déjà beau­coup trop pour nos censeurs qui esti­ment ain­si qu’elle est celle qu’on veut « ériger en icône du Front », voire un « pan­tin qu’on ani­me quand on a besoin de la pen­sée extrême au milieu de gens qui écrivent et réfléchissent ». L’in­vi­ta­tion de cette « extrême-jour­nal­iste » dans l’émis­sion du ser­vice pub­lic est une provo­ca­tion intolérable pour le blog bobo-ban­lieusard. Quand on ne pense pas comme le Bondy Blog, on ne pense pas, qu’on se le dise.

Same­di, c’est au tour de l’émis­sion « On n’est pas couché » de som­br­er dans le fas­cisme en invi­tant Geof­froy Leje­une, rédac­teur en chef du ser­vice poli­tique de Valeurs Actuelles et auteur d’un livre de poli­tique-fic­tion sur Éric Zem­mour, ain­si que Nadine Mora­no, qu’on ne présente plus. Avant l’émis­sion, cette dernière a eu l’outre­cuid­ance de faire « une bise chaleureuse » à Cather­ine Bar­ma, pro­duc­trice de l’émis­sion. Pour le Bondy Blog, « cette ten­dresse racon­te quelque chose sur notre époque : on ouvre la porte aux cerveaux sales, on espère qu’ils dérapent pour un peu plus de vues et pour que Twit­ter s’agace. On fait applaudir à pleines mains, par un chauf­feur de salle décom­plexé, les voix de Mora­no ou Geof­froy Leje­une sur un même plateau. »

Dégoûtés, au bord de l’é­vanouisse­ment, nos deux jour­nal­istes-blogueurs en vien­nent à se deman­der s’ils vont con­tin­uer à regarder cette « télé-facho », qui pousse le fas­cisme si loin qu’elle en vient à apporter à ses pro­grammes un brin de plu­ral­ité et de con­tra­dic­tion. Il va pour­tant fal­loir s’y faire car le réel revient. Et il n’est pas content…

Voir notre dossier : Bondy Blog, la banlieue parle aux bobos

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.