Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marine Turchi

22 avril 2020

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Portraits | Marine Turchi

Marine Turchi

L’art de l’objectivité subjective

Née en 1984, Marine Turchi s’est illustrée par des débuts prometteurs dans le journalisme, avec plusieurs récompenses à la clé. Suite à cette brève ascension, elle a rejoint Médiapart, le site fondé par Edwy Plenel en 2008, lors de son lancement. Aujourd’hui, elle couvre, au sein de ce média marqué à gauche, l’information concernant la « droite et de l’extrême-droite ».

Factuelle jusqu’au bout des guillemets, on croirait par­fois ses arti­cles rédigés par un auto­mate. Cepen­dant, l’an­gle idéologique ne manque jamais de transparaître par le biais d’un procédé fort utile : faire par­ler les autres à sa place. D’où l’in­térêt des guillemets. Ain­si, lorsqu’il s’ag­it de vom­ir la droite ou ce qui est com­muné­ment appelé, dans les rangs de Médi­a­part, l’« extrême-droite », Marine Turchi parvient tou­jours à dégot­er un spé­cial­iste ou un opposant de ser­vice pour con­duire son arti­cle pré­cisé­ment là où elle le souhaite, c’est-à-dire de l’autre côté d’une ligne où pul­lu­lent les fas­cistes, nazis et autres réacs en tout genre. « Tant de tal­ent avec tant de par­tial­ité ! » dira le mag­is­trat Philippe Bil­ger sur Twit­ter, réagis­sant à un por­trait de Robert Ménard qui fai­sait l’im­passe sur beau­coup de choses.

Vu le degré d’ha­bileté, les récom­pens­es parais­sent en effet bien méritées, et l’avenir de Marine Turchi très promet­teur dans la presse main­stream. Depuis quelques années, à l’instar de son con­frère et homo­logue mas­culin David Per­rotin, elle a quelque peu délais­sé le FN pour se con­sacr­er à la thé­ma­tique en vogue des vio­lences sex­uelles.

Formation

Marine Turchi intè­gre l’ESJ (École supérieure de jour­nal­isme) de Lille en 2005. Après plusieurs stages (Le Monde, Le Nou­v­el Obs...), au cours desquels elle se spé­cialise dans la poli­tique, elle empoche son diplôme en 2009, caté­gorie « presse écrite et mul­ti­mé­dia ».

Parcours

Elle débute dans le jour­nal­isme en 2005 à La Dépêche du Midi, avant d’in­té­gr­er dans la foulée l’É­cole Supérieure de Jour­nal­isme de Lille (ESJ) où elle se spé­cialise dans la poli­tique. Lors de cette péri­ode, elle cou­vre notam­ment le Nord de la France, sur lequel elle réalise plusieurs enquêtes.

C’est en 2007, après des stages au ser­vice France du Monde (où elle suit la cam­pagne de Jean-Marie Le Pen) et au ser­vice société du Nou­v­el Obs, qu’elle ressort diplômée de l’ESJ dans la spé­cial­ité « presse écrite et mul­ti­mé­dia ».

La même année, grâce à un con­cours de l’A­cadémie Pris­ma Presse, elle intè­gre durant 7 mois la rédac­tion (papi­er et numérique) du mag­a­zine Télé 2 Semaines. Elle effectue une pige, en par­al­lèle, pour Doc­u­ments, une revue fran­co-alle­mande, et écrit des cri­tiques d’es­sais sur le site nonfiction.fr.

En 2008, elle rejoint Médi­a­part dès sa créa­tion. Sur le site d’in­for­ma­tion fondé par Edwy Plenel, elle cou­vre la « droite et l’ex­trême droite ». La vidéo sur laque­lle elle explique pourquoi elle a rejoint Médi­a­part a été ren­due privée.

Par ailleurs, elle a tenu, avant de rejoin­dre le pure-play­er, un blog sur la poli­tique et les médias, aujour­d’hui fer­mé.

Elle inter­vient épisodique­ment sur France Cul­ture dans l’émis­sion « Le secret des sources ».

Faits notoires

Le 1er mai 2012, elle se dit « agressée » par des mil­i­tants UMP lors du meet­ing du Tro­cadéro de Nico­las Sarkozy et porte plainte con­tre X. Dans sa dépo­si­tion, elle explique : « un homme d’une soix­an­taine d’an­nées a saisi mon badge de jour­nal­iste qui était attaché à mon cou et l’a levé au ciel en cri­ant : “C’est Médi­a­part !”. Ce badge était attaché à un cor­don autour de mon cou, avec égale­ment mon appareil pho­to. Après cela, il a arraché ce dit badge et l’a jeté au sol. Entre temps, les gens autour de nous se sont retournés vers moi et j’ai été insultée, notam­ment de “sale gauchiste” et ce à plusieurs repris­es. Cet homme m’a égale­ment insultée de la sorte et dis­ait avec les autres mil­i­tants : “Ils sont là!, ils sont là!”. »

« J’ai été extrême­ment choquée par cette sit­u­a­tion car j’ai été sec­ouée lors de mon pas­sage à tra­vers la foule. Je ne suis pas blessée et ne désire pas me ren­dre aux urgences-médi­co-judi­ci­aires », a‑t-elle con­clu.

Dans un papi­er pub­lié sur Médi­a­part, Edwy Plenel s’est alors pleine­ment saisi de l’af­faire pour dénon­cer des faits « d’une grav­ité autrement sym­bol­ique, rel­e­vant d’une attaque à la lib­erté fon­da­men­tale, celle de la presse », ain­si qu’« un cli­mat de vio­lence inhab­ituel dans les rassem­ble­ments de l’ex-droite répub­li­caine, une agres­siv­ité inédite à l’é­gard des jour­nal­istes des médias indépen­dants du pou­voir, une hys­térie jamais vue qui libère des pul­sions hier réservées à l’ex­trême droite ».

Début 2013, Marine Turchi est à la tête de la « chas­se à l’Obertone » lancée par Médi­a­part. Le site reproche à l’au­teur du livre à suc­cès La France Orange Mécanique, qui décrit la réal­ité de la vio­lence en France, d’avoir été un obscur blogueur d’ex­trême-droite racial­iste et xéno­phobe, le « Péli­cas­tre jouis­seur ».

Dans un arti­cle cosigné avec Louise Fes­sard, Stéphane Alliès et Jérôme Hour­deux, Marine Turchi explique que « Lau­rent Ober­tone est en fait depuis octo­bre 2009 l’au­teur d’un blog de la réa­cosphère, qual­i­fié de racial­iste voire de raciste par ses fans », avant de se lancer dans une véri­ta­ble chas­se aux sor­cières en télépho­nant à son anci­enne école et en con­tac­tant ses anciens cama­rades.

Dans la foulée, le site Atlanti­co affirmera qu’« un blogueur jour­nal­iste a revendiqué auprès d’At­lanti­co la pater­nité du site d’extrême-droite incrim­iné par Médi­a­part », et don­nera un droit de réponse à Ober­tone. « Les sources de Média-tarte sont des “con­fir­ma­tions avec cer­ti­tude mais sous cou­vert de l’anony­mat” », écrira l’au­teur, niant formelle­ment être le « Péli­cas­tre jouis­seur ». Médi­a­part, et Marine Turchi, se fendront d’un nou­v­el arti­cle réfu­tant la défense de « l’ac­cusé ».

En avril 2014, elle est refoulée d’une con­férence de presse du Front Nation­al, affir­mant sur Twit­ter avoir pour­tant été invitée par Aymer­ic Chauprade, tête de liste du FN en Île-de-France aux Européennes.

Elle rejoint le ser­vice Enquêtes de Médi­a­part en 2017. Elle cou­vre tou­jours le Front nation­al, mais aus­si les vio­lences sex­uelles (elle se charge, entre autres, de l’affaire Baupin et de l’affaire Ramadan).

En 2018, Edwy Plenel et Marine Turchi sont con­damnés par la 17ème cham­bre en octo­bre 2017 pour avoir imputé dans un arti­cle datant de 2014 à Axel Lous­tau, le tré­sori­er du micro-par­ti Jeanne, un salut fas­ciste sur une pho­to où il salue l’assistance lors de son anniver­saire. Le tri­bunal juge par­tiale l’interprétation de Marine Turchi, esti­mant que cette « référence au  code et à la gestuelle nazi du pouce replié et de la main ten­due (…) demeure de l’ordre de l’interprétation sub­jec­tive », alors que « les autres élé­ments de la scène pho­tographiée per­me­t­tent tout autant de voir dans ce geste un salut de remer­ciement adressé à l’ensemble des con­vives, dépourvu de sig­ni­fi­ca­tion idéologique ». L’avocat de Médi­a­part, Emmanuel Tord­j­man, fait appel de la déci­sion et la cour d’appel ren­verse le juge­ment en juin 2018, « con­sid­érant cette fois que son long tra­vail, con­sid­éré de sérieux et pré­cis, que les témoignages four­nis, notam­ment d’anciens cama­rades de Lous­tau du groupe rad­i­cal GUD, ou encore les cap­tures d’écran de ses comptes Face­book, ou les déc­la­ra­tions de chercheurs expli­quant le mécan­isme de dis­sim­u­la­tion que l’on observe chez tous les obsédés du nazisme et de la « ques­tion juive », per­me­t­taient de dire qu’au moment où la pho­to mon­trant Axel Lous­tau le bras ten­du avait été prise, on pou­vait bien estimer qu’il effec­tu­ait un salut fas­ciste. Et ce, bien que les per­son­nes présentes ce jour-là ne s’en soient pas for­cé­ment ren­du compte. »

Elle est à l’origine de la vague de con­tes­ta­tions fémin­istes qui ont sec­oué le ciné­ma français à par­tir de la fin de l’année 2019 lorsqu’elle relaie les accu­sa­tions d’Adèle Haenel à l’encontre du réal­isa­teur Christophe Rug­gia, qui l’a dirigée à l’époque où celle-ci était encore mineure. À l’issue de ces révéla­tions, Christophe Rug­gia est radié de la Société des Réal­isa­teurs de Films et mis en exa­m­en. Le réal­isa­teur, qui con­teste les faits, ne se fait toute­fois pas d’illusions sur les réper­cus­sions qu’auront ces accu­sa­tions sur sa vie pro­fes­sion­nelle et sociale, comme il l’exprime dans un droit de réponse pub­lié sur Médi­a­part : « J’ai bien con­science du peu de poids que mes pro­pos vont avoir. (…) L’étroitesse de la rela­tion que j’entretenais avec cette ado­les­cente suf­fit à m’accabler. Mon exclu­sion sociale est en cours et je ne peux rien faire pour y échap­per. » Cette enquête rejail­lit sur l’accueil cri­tique du film de Roman Polan­s­ki, J’accuse, car une nou­velle vic­time, Valen­tine Mon­nier, se décide à for­muler des accu­sa­tions de viol, datant de 1975, com­mis par le cinéaste suite à l’article de Médi­a­part.

Bibliographie

  • « Marine est au courant de tout…» Argent secret, finance­ments et hommes de l’om­bre : une enquête sur Marine Le Pen, avec Math­ias Destal, Flam­mar­i­on, 2017. Ce livre sert de trame au doc­u­men­taire “Front nation­al : les hommes de l’ombre” signé par les deux auteurs et dif­fusé sur France 2
  • Informer n’est pas un délit : Ensem­ble con­tre les nou­velles cen­sures, sous la direc­tion de Fab­rice Arfi & Paul Mor­eira, Cal­mann-Lévy, 2015.

Récompenses

  • Mai 2007 : Prix Charles Gide (des jeunes jour­nal­istes) du meilleur reportage en Économie sociale pour l’ar­ti­cle : « Net­toy­age à sec chez Sineo ». Récom­pense : 2 500 euros.
  • 2007 : Prix Bayard des jeunes jour­nal­istes pour un arti­cle paru dans La Croix.
  • 2007 : Prix de l’A­cadémie Pris­ma Presse, ouvrant le droit à un stage dans un jour­nal.

Elle l’a dit

« Être homo­sex­uel, une femme ou être issu de l’im­mi­gra­tion n’est pas sans con­séquence sur les par­cours pro­fes­sion­nels », sur son compte Twit­ter.

« Sur son site, l’UMP pro­pose des “ques­tions de la semaine” stig­ma­ti­sant les “étrangers”. Les for­mu­la­tions sont aus­si effarantes que les résul­tats », sur son blog Médi­a­part.

« Loin du clas­sique one man show, “Beau­coup de choses à vous djire”» fait rire autant qu’il donne à réfléchir. Sur le com­mu­nau­tarisme, dénon­cé par la voix de Fati­ma. Sur les con­cepts véhiculés pour décrire le métis­sage de la société française. Sur la coex­is­tence des cul­tures et les préjugés qui l’ac­com­pa­g­nent. Sur la dif­fi­culté de s’in­té­gr­er avec une dou­ble cul­ture, de con­cili­er moder­nité et tra­di­tions », sur son blog Médi­a­part, à pro­pos du spec­ta­cle de Souâd Bel­had­dad, « un spec­ta­cle remar­quable — et d’une actu­al­ité (mal­heureuse­ment) brûlante, en plein débat sur l’i­den­tité nationale ».

« Élu à Béziers, celui qui a été pen­dant 23 ans le secré­taire général de Reporters sans fron­tières a poussé très loin sa con­cep­tion de la lib­erté d’ex­pres­sion (…) jusqu’à défendre le droit à s’exprimer des racistes et néga­tion­nistes », sur Médi­a­part à pro­pos de Robert Ménard.

« Insi­dieuse­ment c’est plus Marine Le Pen c’est Marine, c’est plus le Front nation­al c’est le Front, c’est plus les can­di­dats lep­énistes c’est les can­di­dats marin­istes, donc il y a quand même un glisse­ment séman­tique qui per­met de s’interroger aujourd’hui », 30 octo­bre 2013, débat Médi­a­part : « Quels anti­dotes au Front nation­al ? ».

« Je viens d’un vil­lage de 1000 habi­tants et je suis allée faire mes études loin de chez moi, à Lille. J’ai tou­jours voulu être jour­nal­iste, je ne sais pas com­ment expli­quer cela. J’ai aus­si tou­jours eu un attrait pour la poli­tique et notam­ment le Front nation­al. Petite, je regar­dais beau­coup d’émissions poli­tiques et quand j’étais à Sci­ences-Po, j’étais déjà très intéressée par la soci­olo­gie poli­tique et ce qui motive le vote d’extrême droite », Bondy Blog, 25 mai 2018.

Ils l’ont dit

« Tant de tal­ent avec tant de par­tial­ité ! », Philippe Bil­ger, sur Twit­ter, réagis­sant à un por­trait de Robert Ménard.

« Devant l’im­per­turbable suc­cès de mon livre, la France orange mécanique, les bots-jour­nal­istes qui défend­ent leur utopie con­tre la réal­ité sont aux abois. Ceux de Média-tarte se sont mis en qua­tre, Louise Fes­sard, Stéphane Alliès, Jérôme Hour­daux et Marine Turchi, pas pour atta­quer le livre, non. Pour atta­quer son auteur. Pour ten­ter de me salir. Quand bot-jour­nal­iste fâché, lui tou­jours agir ain­si », Lau­rent Ober­tone sur Atlanti­co.

« Jour­nal­iste à Médi­a­part, Marine Turchi a cou­vert les élec­tions munic­i­pales par­tielles de 2009. A l’époque, j’avais pu appréci­er son pro­fes­sion­nal­isme et sa volon­té de com­pren­dre, sans les juger, les habi­tants d’Hénin-Beau­mont. Ses arti­cles, bien doc­u­men­tés, évi­taient l’écueil du mis­éra­bil­isme que l’on voit par­fois dans cer­tains reportages sur notre ville que des jour­nal­istes paresseux présen­tent par­fois comme le « fief » du Front nation­al », David Noël, secré­taire PCF d’Hénin-Beau­mont, sur son blog.

« Marine Turchi, jour­nal­iste en charge de la redi­a­boli­sa­tion du FN à Médi­a­part, a beau­coup de mal à exprimer claire­ment ses pen­sées, ou sa pen­sée. Si elle en a », Égal­ité & Réc­on­cil­i­a­tion.

« Fait par­tie des jour­nal­istes bien pen­sant qui se ser­vent de leur carte de presse pour tenir des tri­bunes par­ti­sanes », avis tiré du site Topjournaliste.com.

« Pos­sède toutes les qual­ités pour finir sa car­rière au top du jour­nal­isme main­stream », avis tiré du site Topjournaliste.com.

« Je ne résiste pas au plaisir de vous mon­tr­er le niveau sidérant de bêtise de la pseu­do-jour­nal­iste de Medi­a­part Marine Turchi. Si cette pro­fes­sion se demande pourquoi la grande majorité des Français la méprise, il suf­fit de lire les ques­tions de cette sous-flic pour le com­pren­dre. J’ai essayé de ren­tr­er dans son cerveau dérangé pour moi aus­si pos­er quelques ques­tions dans le même esprit.
Bon­soir Madame T,
Dans le cadre d’une étude que je réalise sur la pro­fes­sion d’indic de police, j’avais quelques ques­tions à vous pos­er :
– Jen­nifer Durand votre amie d’enfance a par­ticipé à un gang-bang à Ams­ter­dam le 23 juil­let 2015. Nous savons de source sûre que vous étiez vous aus­si à Ams­ter­dam à la même date. Avez-vous par­ticipé aux côtés de Jen­nifer Durand à cette fameuse soirée olé olé ?
– Quelles sont vos liens actuels avec Har­vey Weis­tein et Kevin Spacey ? On ne vous a pas enten­du les cri­ti­quer, ni vu par­ticiper à la cam­pagne Twit­ter #bal­ance­ton­porc, pou­vez-vous expli­quer ce silence assour­dis­sant ?
– Vous avez fait un retrait de 350 euros au dis­trib­u­teur de la Porte de la Chapelle à 20h47 le 30 sep­tem­bre 2017, à quoi a servi cette somme ? Si c’était pour un achat, pou­vez-vous me dire de quoi il s’agissait et le nom de mag­a­sin où vous avez fait votre achat ?
– D’après nos infor­ma­tions votre chat se prénomme Pipou. Ce nom était égale­ment celui du chat de Joseph Goebbels. Com­ment expliquez-vous cette coïn­ci­dence ? Con­damnez-vous l’idéologie nazie ? Avez-vous un lien de par­en­té avec la famille Goebbels ?
– Selon vos proches, vous avez fait plusieurs cures de dés­in­tox­i­ca­tion pour des prob­lèmes d’alcoolisme. Où en êtes-vous aujourd’hui ? Avez-vous levé le pied ou con­tin­uez-vous à vous met­tre minable ?
– Vous êtes vous ren­due à Lyon au mois d’octobre en com­pag­nie de votre amie Jen­nifer Durand pour des raisons famil­iales ou pour par­ticiper à une soirée coquine ? »
Frédéric Chatil­lon sur sa page Face­book, 1er novem­bre 2017.

« Dans le même reg­istre, on remar­quera que ces jour­nal­istes prompts à tax­er de com­plo­tisme quiconque s’interroge sur telle ou telle ques­tion mal­v­enue ne sont pas les derniers à tomber dans le pan­neau, telle notre chère Nathalie Loiseau à qui l’on doit, en grande par­tie, ce tin­ta­marre politi­co-médi­a­tique. Ain­si, Frédéric Chatil­lon, l’un des proches de Marine Le Pen, s’est-il vu soupçon­ner par Marine Turchi, de Medi­a­part, de nation­al-social­isme ram­pant, puisque sig­nant sou­vent, sur sa page Face­book, ses posts d’une icône de dauphin. Or, dauphin, en anglais, se dit « dol­phin ». Et de dol­phin à Adolphe, la sim­i­lar­ité saute aux yeux tan­dis que s’impose l’affiliation poli­tique. CQFD. », Boule­vard Voltaire, 18 mai 2019.

« Ce 5 novem­bre 2019, Marine Turchi de Medi­a­part est l’invitée de C à vous (Anne-Elis­a­beth Lemoine) pour par­ler de son enquête sur Adèle Haenel. La fake news se trou­ve à 7 min 08 de la vidéo suiv­ante : « Elle dit qu’elle ne fait pas con­fi­ance dans la jus­tice telle qu’elle est qui, dit-elle, con­damne un viol sur cent par exem­ple. » dit Marine Turchi. Cette fake news vient de Mar­lène Schi­ap­pa et avait été démen­tie dans L’Express le 6/5/2018. », Fake News France, 6 novem­bre 2019.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Médi­a­part via Youtube (DR)

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).