Accueil | Actualités | Médias | Perdriel et Bergé : « On allait aux meetings de Mitterrand ensemble »

Perdriel et Bergé : « On allait aux meetings de Mitterrand ensemble »

Interrogé par Les Échos, le patron du Nouvel Obs est revenu sur les négociations avec le trio Bergé-Niel-Pigasse (actionnaires du Monde) pour la cession d’une part majoritaire de l’hebdomadaire.

« J’ai le sentiment de faire bien les choses. J’espère profondément transmettre une œuvre à des gens qui vont la défendre. C’est ma consolation. C’est une œuvre à laquelle je crois, à laquelle j’ai voué ma vie, et beaucoup d’argent. Je serais beaucoup plus riche si je n’avais pas dirigé Le Nouvel Observateur ! », explique Claude Perdriel.

Concernant les négociations, celles-ci ont débuté par l’intermédiaire de Xavier Niel. « Niel respecte certaines formes d’association. Et, donc, jamais il n’aurait fait ce qui se réalise aujourd’hui si les deux autres actionnaires du « Monde » n’avaient pas été d’accord », souligne-t-il par rapport aux réticences affichées par Pierre Bergé.

À propos de Bergé, justement, Perdriel « l’estime pour la passion qu’il a eue pour François Mitterrand, pour son mécénat, son soutien à un certain nombre de gens de gauche ». Et d’ajouter : « On allait aux meetings de Mitterrand ensemble, j’ai de bons souvenirs avec lui. » Bon copain, Perdriel estime que « les remarques de Pierre Bergé reprochant à la rédaction du Monde de ne pas tenir compte de ce qu’il pense prouvent le respect par les actionnaires de l’indépendance de la rédaction du Monde ».

Outre Pierre Bergé, c’est tout le trio BNP qui a toute son estime. « J’ai été frappé par la façon dont ils se sont comportés avec Le Monde. Je n’ai jamais rien lu dans les colonnes du Monde pour se plaindre de la façon dont les journalistes étaient traités », conclut Claude Perdriel.

Lire notre article sur la cession du Nouvel Obs aux actionnaires du Monde

Voir aussi nos infographies du groupe Le Monde, de Xavier Niel et de Matthieu Pigasse

Crédit photo : Le Figaro / le.buzz.media

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux